Espagne : les ravisseurs d'un Marocain réclamaient 200 000 euros

Discussion dans 'Info du bled' créé par freil, 31 Août 2005.

  1. freil

    freil Libre Penseur

    Inscrit:
    9 Mars 2005
    Messages:
    4362
    J'aime reçus:
    52
    Localité:
    Casa 12° Arr
    Les ravisseurs d'un Marocain, qui viennent d'être arrêtés à Madrid, demandaient à sa famille une rançon de 200 000 euros qu'ils ont revue à la baisse, après marchandage, à 75 000 euros, a-t-on appris mardi de source autorisée.
    La bande était constituée d'au moins sept personnes, dont quatre Marocains, un Espagnol, un Hollandais et un Palestinien. Les sept malfaiteurs ont été arrêtés lors d'une opération menée par la police espagnole pour libérer le ressortissant marocain, qui était séquestré dans un appartement de quartier populaire du nord de Madrid.


    Jeudi dernier, l'un des membres de la bande, se faisant passer pour un agent de police, avait réussi à séquestrer le Marocain dans un appartement du quartier Tétouan. Plusieurs membres de la famille de la victime ont, par la suite, reçu des appels téléphoniques demandant une rançon pour sa libération.

    La police a alors tendu un piège aux membres de la bande et arrêté trois d'entre eux au moment où ils étaient venus récupérer la rançon que devait verser la famille de la victime. Il s'agit de José Carlos S.D. (40 ans), né à Madrid, Adil A. (21 ans), né à Amsterdam et Mustafa A. (37 ans), né à Tétouan.

    Une opération menée par le Groupe spécial d'intervention de la police espagnole dans l'appartement où était séquestrée la victime s'est soldée par l'arrestation de deux autres membres de la bande, Mohammed Aziz E.Q. (24 ans), né à Chefchaouen et résidant légalement en Espagne et Fadi A. (22 ans), né à Gaza (Palestine) et qui se trouve en situation irrégulière.

    Lundi à l'aube, la police a arrêté deux autres membres de la bande. Il s'agit de Abdelilah A. (33 ans), un Marocain en situation irrégulière, avec un dossier d'antécédents bien fourni, et Abdelaziz E.G. (32 ans), également un repris de justice.


    Source: MAP
     

Partager cette page

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des publicités ciblées ainsi que pour nos statistiques de fréquentation.