Espanyol 0-0 FC Barcelone: les blaugrana manquent à l'appel

Discussion dans 'Espagne' créé par simo160, 18 Avril 2010.

  1. simo160

    simo160 Accro Membre du personnel

    J'aime reçus:
    100
    Points:
    48
    [​IMG]


    Peu inspiré et réduit à dix en seconde période , le Barça n'a pu faire mieux qu'un match nul en déplacement chez son voisin de l'Espanyol. Voilà qui arrange les affaires des merengue, qui ont l'occasion de revenir à un point des blaugrana demain.

    Périlleux. C'est le premier mot qui nous venait à l'esprit avant ce déplacement particulièrement délicat au Cornella El Prat (nouveau stade de l'Espanyol inauguré cet été) pour affronter le voisin de l'Espanyol.
    Probablement le match le plus difficile du reste de la saison quand on connaît l'intensité - et souvent la violence- avec laquelle jouent les blanquiazul chaque fois qu'ils reçoivent les blaugrana. Les pericos font une saison plutôt médiocre avec seulement 6 points pris lors des 5 dernières journées et une peu glorieuse 14 ème place mais l'on connaît tous la faible pertinence des statistiques quand vient l'heure d'un des derbys les plus chauds de la planète.
    La composition alignée par Pep était similaire à celle qui avait débuté la seconde période à Bernabeu, à savoir: un quatuor Alvés-Piqué-Milito-Puyol (ce dernier prenant le côté gauche) , un double pivot Busquets-Touré pour supporter Xavi avec Maxwell et Pedro sur les côtés gauche et droits et enfin Leo Messi seul dans l'axe. Quant à Ibrahimovic et Abidal, le premier débutait sur le banc (revenant tout juste de blessure) tandis que le second, insuffisamment remis, n'entrait pas dans la convocation de Pep. A noter que Keita était initialement titulaire à la place de Touré avant de rejoindre le banc de touche quelques 20 minutes avant le début de la rencontre.

    LES FAITS ET LE JEU


    Il faudra donc plus que probablement attendre la 38 ème et dernière journée pour départager les deux champions que sont le Barça et le Real Madrid. Les blaugrana étaient pourtant prévenus: cette rencontre chez le voisin ennemi ne serait pas une partie de plaisir. Et effectivement, elle ne le fût pas.
    Débutant timidement la rencontre, comme impressionnés par ce nouveau stade qu'ils visitaient, les blaugrana ont de la peine à s'accaparer le contrôle du jeu, à l'image d'un Milito souvent fébrile dans son jeu de passe. Sans surprise, le jeu est particulièrement rude, les pericos n'hésitant pas à casser des jambes pour reprendre le ballon ou tout simplement pour briser le tempo des blaugrana, qui n'auront finalement jamais réussi à imprégner à cette rencontre ce fameux rythme qui leur est si cher. Aux fautes des locaux (Busquets est sauvagement agressé deux fois dans les 6 premières minutes de la rencontre) s'ajoutent les cafouillages défensifs des visiteurs: perte de balle de Milito et intervention en catastrophe de Valdés suivie d'une frappe d'Osvaldo qui passe au dessus. Les blaugrana sont prévenus: les locaux casseront certes des jambes, mais ils sont surtout et avant tout là pour essayer de donner la victoire à leurs supporters. La réaction du Barça (centre loupé de Pedro qui oblige Kameni à dévier en corner) n'est pas à la hauteur. Pourtant, les troupes de Pep vont progressivement prendre le contrôle du ballon mais cela se fera hélas de manière irrégulière, par intervalles de 2-3 minutes régulièrement interrompus de fautes grossières des pericos. Les consignes de l'ancien parisien Pocchetino semblent claires: empêcher coûte que coûte le Barça de développer son fabuleux jeu au sol sur la durée car c'est bien là la donnée fondamentale de cette rencontre: les blaugrana n'ont jamais véritablement réussi à entrer de plein pied dans la rencontre, pas aidés il faut l'avouer par un arbitre à la permissivité exagérée vis à vis des pericos. Les hommes de Pep, pour être dominants, ont besoin de s'établir sur le terrain en faisant tourner le ballon, chose qu'ils n'ont malheureusement jamais été en mesure de faire au Cornella El Prat.

    Et comme souvent quand le Barça ne parvient pas à mettre sa patte sur le jeu, l'adversaire a pu s'infiltrer et se créer des occasions. Il faut un grand Piqué et un Valdés vigilant pour empêcher le navire de couler en milieu de mi-temps lorsque les locaux se procurent trois occasions, entre la 18' et la 25'. En face, c'est le néant absolu. Certes, la grande tension qui règne et l'agressivité des pericos, couplée à un arbitrage 'compliqué', peuvent expliquer pas mal de choses mais de là à voir le Barça démissionner offensivement pour finir la mi-temps avec deux tirs cadrés, peu dangereux de surcroît...

    La mi-temps s'achève sur un énième avertissement pour les blaugrana lorsque Valdés détourne sur son poteau une frappe d'Osvaldo à la suite d'un centre de Callejon. Entre temps, Alvés, survolté (dans le mauvais sens du terme) se prend un jaune stupide, lourd de signification pour la suite de la rencontre. Tactiquement parlant, le positionnement de Maxwell en milieu gauche (Pep nous refait le coup du latéral qui joue ailier, mais sur le couloir gauche cette fois, après Alvés ailier droit au Clasico) a été un échec total, tout comme le fait de laisser Messi seul dans l'axe sans soutien, où il n'a tout simplement pas pu se montrer dangereux (son meilleur ami Xavi ayant été complètement mis hors d'état de nuire), hormis quelques rares éclairs de génie sans conséquence.

    Au retour des vestiaires, on note un semblant de mieux avec des blaugrana qui s'installent de manière un peu plus durable dans la surface adverse mais la vitesse et la volonté semblent toujours absentes. Pep décide alors de faire deux changements simultanés: Milito, très mauvais ce soir, cède sa place à Keita tandis que Henry pousse Touré à la sortie. Cela provoque le repositionnement de Maxwell et Puyol respectivement à gauche et au centre de la défense. Ces changements semblent faire du bien aux visiteurs qui prennent un peu mieux le contrôle des opérations avant que... la catastrophe Alvés fasse parler d'elle. Le brésilien, incroyablement naïf sur ce coup, tente de stopper Osvaldo parti en contre. Le contact est léger ( et ne vaut certainement pas un jaune) et il y a simulation certes, mais quelle manque de lucidité du brésilien !

    À dix, nul doute que les cartes étaient redistribuées. L'expulsion d'Alvés n'inverse pourtant pas le cours de la rencontre en faveur des pericos, mais elle n'améliore pas non plus la situation des blaugrana, maintenant donc en l'état le statut quo. Dès lors, l'intensité baisse du côté des locaux qui se contentent de placer leur double rideau défensif en attendant tranquillement que les 'vaguelettes' blaugrana se brisent. L'entrée d'Ibrahimovic donne un peu d'allant à une rencontre bien monotone mais survient trop tardivement pour changer quoique ce soit. 0-0 score final.

    Quelles conclusions tirer ? D'abord qu'on ne peut pas toujours expliquer les mauvais résultats chez le voisin uniquement par l'agressivité des locaux et le laxisme de l'arbitre. Oui ces deux facteurs existent bel et bien et handicaperaient 99 % des équipes de Liga mais le Barça n'est pas inclus dans le 99 %. À l'agressivité, le Barça répond normalement par la maîtrise technique et la possession de balle, deux secteurs où il a failli aujourd'hui. En faveur des troupes de Pep, difficile de construire le jeu et de contrôler la rencontre lorsque l'arbitre siffle des fautes aux 60 secondes, brisant ainsi systématiquement l'élan des joueurs.

    Le positionnement de Messi seul en attaque fût également problématique car une bonne partie de ce match s'est finalement jouée sans avant centre: Xavi le principal pourvoyeur de ballon s'est fait mangé au milieu, privant ainsi Leo de sa 'nourriture'. L'argentin, voyant qu'il était esseulé devant, a logiquement commencé à décrocher pour chercher des ballons plus bas, laissant l'axe désert. Pep Guardiola semble s'être aperçu de ce problème et l'entrée de Henry était supposée régler cela. En effet, le français (avant l'expulsion d'Alvés) a pris la position d'attaquant central, Messi jouant derrière lui et faisant reculer d'un cran Xavi qui allait désormais jouer en double pivot avec Busquets. L'expulsion du brésilien a malheureusement empêché cette nouvelle configuration de durer dans le temps.

    Il demeure difficile voire impossible d'en vouloir aux blaugrana pour ce non-match, tant les circonstances difficiles fûrent nombreuses :fatigue due au cumul de matchs dont une grande débauche d'énergie à Madrid, projection des joueurs à mardi et la demi-finale de Champion's League, arbitrage foireux et agressivité accrue des pericos. Vu comme cela, il est certain que la contre-performance apparaît plus acceptable. Surtout, Madrid reste derrière et n'a pas encore gagné son match face à Valence. Pour l'instant, Barcelone dispose de 4 points d'avance, un si on considère que Valence n'a aucune chance.

    LES JOUEURS
    Valdés: 7 Le mur. Impeccable durant l'intégralité de la rencontre.

    Alvés: 3.5 Une performance désastreuse de l'ex sévillan. Un lot de déchets dans la lignée de ses derniers matchs. Aucun centre valable et des pertes de balles en zone dangereuse. Nerveux, auteur de fautes stupides, il est logiquement expulsé (même si le second jaune est sévère). On se demande parfois s'il a vraiment un cerveau

    Piqué: 7 Le seul qui ait véritablement tenu la baraque. Une série d'interventions sûres et une présence toujours rassurante pour ses coéquipiers.

    Milito: 4 Il n'aura donc pas reproduit sa somptueuse performance du Bernabeu. Auteur de nombreux ballons perdus (certains très dangereux) à cause d'une relance défaillante. Logiquement remplacé en début de seconde période par Keita qui a fait le job qu'on lui demandait, ni plus ni moins.

    Puyol: 6 Capitaine courage a comme d'habitude répondu présent, même positionné à gauche de la défense. Présence offensive proche du néant cependant.

    Touré: 5 Une performance discrète. Ne parvient plus à faire parler sa puissance comme lors des deux dernières saisons. Remplacé par Henry, globalement inconsistant.

    Busquets: 5 Une bonne présence dans la couverture mais n'a pas répondu au défi physique imposé par les pericos.

    Maxwell: 4.5 A manqué de tranchant dans son nouveau rôle de milieu gauche. Un manque de complémentarité évident avec Puyol.

    Pedro: 5.5 Beaucoup de déchets et des choix de jeu pas toujours lucides.Remplacé par Ibrahimovic, entré bien trop tard pour réussir quelque chose de bon.

    Xavi: 5 N'a tout simplement pas existé, complètement asphyxié par l'agressivité et la densité physique imposées par les pericos. Une capitulation en bonne et due forme.

    Messi: 6 Quelques raids solitaires dont il a l'habitude au milieu d'un océan de solitude. On ne peut rien lui reprocher sur ce match, tant la disposition tactique ne l'avantageait pas ce soir, le laissant esseulé sur le front avant au milieu de bouchers.

    FICHE TECHNIQUE
    Espanyol Barcelone: Kameni; Chica, Pareja, Víctor Ruiz, Dídac Vilà; Baena, Forlín; Callejón (Ben Sahar, m. 85), Verdú (Iván Alonso, m.78), Luis García et Osvaldo

    FC Barcelone: Valdés, Alves, Piqué, Milito (Henry, m.57), Puyol, Touré (Keita, m.57), Busquets, Pedro (Ibrahimovic, m.82), Maxwell, Xavi et Messi

    Arbitre: Undiano Mallenco. Carton Jaune: Osvaldo (m. 7), Luis García (m. 22), Alves (m.25), Milito (m.32), Baena (m.63), Keita (m.82). Carton: Rouge: Alves (m.62)



    source
     

Partager cette page