Etude : ces enfants sans enfances !

Discussion dans 'Discussion générale' créé par larcen2, 17 Décembre 2005.

  1. larcen2

    larcen2 Visiteur

    J'aime reçus:
    0
    Points:
    0
    Près de 9.000 enfants âgés de 10 à 17 ans seraient non scolarisés et totalement analphabètes dans la ville de Tanger, indiquent les résultats d'une étude initiée par l'UNICEF dans la ville du détroit.

    [​IMG]

    Ce phénomène des enfants en dehors du système scolaire est constaté à une ampleur encore plus importante dans les villes de Fès (13.000 enfants) et Marrakech (10.000 enfants), révèlent les résultats de cette étude supervisée par la représentation de l'UNICEF au Maroc dans le cadre de son programme de coopération 2002-2006 avec le Royaume.
    L'étude en question a été réalisée sous la coordination du Haut Commissariat au Plan avec la participation des ministères de la santé, de l'éducation nationale, de l'intérieur et des ONG, tels la ligue nationale de la protection de l'enfant et l'observatoire national des droits de l'enfant.

    Dans le cadre de ce travail, l'ensemble de ces parties ont mis en commun, comparé et échangé leurs données concernant la situation des enfants dans les trois villes.


    Là où l'information faisait défaut, les partenaires de cette étude ont mené des enquêtes complémentaires en vue de collecter un certain nombre d'informations qualitatives et quantitatives qui s'articulent autour des principaux droits de l'enfant dans son milieu familial, éducatif, sanitaire et professionnel (travail des enfants).

    Les enquêteurs avaient visité quelques 7.144 ménages, englobant 11.632 enfants, pour collecter des informations détaillées concernant les différents volets de cette étude.

    La représentation de l'UNICEF à Rabat et ses partenaires dans ce projet de coopération ont organisé, lundi à Tanger, une rencontre avec les différents intervenants locaux en vue d'analyser les données sur la situation des enfants dans cette ville et d'examiner les moyens d'entreprendre des actions ciblées pour garantir les droits fondamentaux de la future génération.

    Milieu économique et social vulnérable

    Les chiffres communiqués lors de cette rencontre indiquent également que la ville de Tanger occupe la première position pour le nombre d'enfants ayant abandonné l'école avant la fin du cycle primaire avec un taux qui s'élève à 65%. La rupture de la scolarité est attribué à une décision des parents dans 40% des cas.

    Concernant le phénomène du travail précoce, l'étude avance que 73% des enfants qui travaillent ont commencé avant l'âge de 15 ans dans les trois villes.
    Un travail qui n'est pas de tout repos puisque caractérisé par une exploitation accrue de l'employeur. La majorité de ces enfants travaillent 6 à 7 jours par semaine avec une moyenne de près de 10 heures par jour.

    Plus de la moitié des enfants qui travaillent attribuent cette décision à leurs parents, souvent de modeste situation.
    Dans le volet ''droit à la survie'' qui s'intéresse aussi à la santé des mères, l'étude révèle que 29% des femmes ne consultent pas durant la grossesse à Tanger (28% à Fès et 20% à Marrakech). Une telle situation se traduit par un fort taux de mortalité infanto-juvénile qui culmine à 38%.

    Le faible taux de couverture sociale n'est pas de nature à arranger les choses, puisque seulement 17% des femmes à Tanger bénéficient des prestations d'un organisme de prévoyance sociale (18% à Fès et 24,5% à Marrakech).

    D'autre part, l'étude révèle que trop d'enfants vivent dans un milieu économique et social vulnérable et peu favorable à leur épanouissement. Cet aspect est évoqué parmi les entraves à la scolarisation pour 32% des enfants non scolarisés. En effet, 49% des ménages vivent dans un logement de deux pièces ou moins à Tanger (48% à Fès et 38% à Marrakech).

    Le niveau d'instruction des parents est aussi déterminant dans le parcours scolaire des enfants. L'étude, qui indique que la très grande majorité des ménages offre l'opportunité de la scolarisation à leurs enfants, relève cependant qu'à Tanger 32% des hommes chefs de familles sont analphabètes et que ce taux grimpe à 70% pour les femmes.

    A l'occasion de ces journées d'études, les représentants provinciaux des départements concernés et de nombreuses associations et ONG procéderont à l'examen approfondis des statistiques en atelier thématiques.

    Des travaux qui donneront lieu à des recommandations pour la stratégie à entreprendre pour promouvoir la situation des enfants et éclairer sur les actions ciblées à initier en vue de remédier aux phénomènes qui affectent les droits fondamentaux et universels des enfants dans les trois villes.


    MAP
     

Partager cette page