Eurostar:Les habitués appelés à se multiplier

Discussion dans 'Scooooop' créé par osiris, 15 Novembre 2007.

  1. osiris

    osiris Visiteur

    J'aime reçus:
    103
    Points:
    0

    Les habitués appelés à se multiplier


    Un pied en Angleterre, où il travaille, et un autre en France, où il retrouve son épouse le week-end, Yves Pinsard est l'un des "habitués" de l'Eurostar, vivant à cheval sur deux pays, qui devraient se multiplier alors que les liaisons avec le continent raccourcissent.

    "Ca va faire maintenant un peu plus d'un an que je fais ça (...) De temps en temps mon épouse vient", explique à l'AFP M. Pinsard, directeur de la succursale londonienne de la Banque Transatlantique.

    Avec le prolongement de la ligne rapide jusqu'à Londres et le déménagement du terminal londonien de Waterloo à St-Pancras les voyageurs économisent à partir de mercredi en moyenne 20 minutes de trajet. Paris n'est plus qu'à 2h15 de Londres, Bruxelles à 1h51, et Lille à 1h20 de train.

    Le trajet Londres-Calais ou inversement de M. Pinsard, qui durait jusqu'à présent une heure et demie, va être ramené à 59 minutes. "Donc c'est tout à fait faisable", observe le banquier, soulignant que certains de ses collègues ont une heure et demie de trajet pour venir à Londres de leur domicile dans le Kent (sud de l'Angleterre).

    Reste la question du prix, qui met ces navettes entre deux pays hors de la portée de beaucoup de bourses.

    "200 euros par week-end en moyenne, c'est de l'argent, mais c'est un choix que l'on fait", dit Yves Pinsard en vantant la qualité de vie sur la côte d'Opale où il habite, ses restaurants et ses promenades sur la plage.


    Eurostar estime à 87.000 par an les voyageurs fréquents sur ses trains entre France, Grande-Bretagne et Belgique. La compagnie n'a pas de statistiques précises sur ses clients qui vivent à cheval entre deux pays (France, Angleterre ou Belgique) mais se dit certaine que leur nombre va croître avec l'arrivée de Londres dans le club des villes situées à deux heures de trajet de France, Belgique ou Allemagne.

    En 2003, quand les temps de parcours avaient déjà été réduits de 20 minutes, Eurostar avait vu une augmentation de 28% du nombre de ses voyageurs. "Nous nous attendons à une hausse similaire maintenant que le trajet devient plus court", a expliqué une porte-parole de la compagnie.

    L'annonce de la liaison raccourcie "a déjà déclenché une hausse de l'intérêt pour l'achat de biens immobiliers en France", selon une étude de HiFX, une compagnie spécialisée dans le change et l'immobilier transfrontalier, qui a vu augmenter de 17% le nombre d'appels de personnes intéressées entre août et septembre.

    Les prix de l'immobilier français sont en moyenne 30% plus bas qu'en Grande-Bretagne et ceux du Pas-de-Calais inférieurs d'un tiers à la moyenne française: la région a des atouts pour attirer les voyageurs fréquents entre la Grande-Bretagne, la France ou la Belgique, souligne Peter Wheelton, expert immobilier pour VEF Pas de Calais, une agence pour la clientèle étrangère.

    Les Britanniques, déjà nombreux à vivre à Barcelone, Berlin, Lille ou Paris, et à travailler en Grande-Bretagne, devraient être 1,5 million à avoir adopté ce mode de vie en 2016, selon Future Forum, un centre d'études créé par le voyagiste Thomson.

    Mais le développement de ces navettes, souvent effectuées sur des vols de compagnies à bas prix, risque d'augmenter les émissions de CO2.

    Plus écologique, le réseau européen de lignes ferroviaires à grande vitesse devrait tripler d'ici 2015 pour dépasser les 15.000 km et ainsi aider à la mobilité des Européens, selon l'alliance ferroviaire européenne Railteam.


    Le Matin (AFP)
     

Partager cette page