Fès se mobilise contre la chicha

Discussion dans 'Info du bled' créé par @@@, 17 Février 2010.

  1. @@@

    @@@ Accro

    J'aime reçus:
    252
    Points:
    83
    [​IMG]

    · La fermeture des cafés-chicha décidée aujourd’hui

    · Certains bars seront également épinglés… pour manque d’hygiène



    Bye Bye la chicha! C’est l’une des décisions les plus audacieuses que le Conseil communal de Fès devra prendre dès aujourd’hui.

    Réunis dans le cadre de la session du mois de février, les élus ont un ordre du jour de quelque 31 points. Le plus surprenant est celui relatif à la fermeture de tous les cafés proposant le narguilé. Sur ce point, les Fassis s’attendent à ce que la question fasse l’unanimité puisqu’il s’agit de la moralité de la vie publique.


    En effet, la commune veut briser le silence sur ces cafés qui ont poussé comme des champignons un peu partout en ville nouvelle comme en médina. Des commerces qui sont devenus source de plusieurs maux (conflits de voisinage, santé, débauche, drogue…).

    Pour les responsables de la ville, le narguilé a des effets dévastateurs sur la santé, effets bien souvent méconnus du grand public. Rappelons qu’il y eut quelques tentatives comme la campagne menée, en septembre 2009, par les autorités locales contre la pratique du narguilé dans les lieux publics .

    A ce moment-là, tous les commerces proposant le narguilé sur leurs cartes ont été évacués. La clientèle étant en majorité constituée de mineurs. Le mot d’ordre était d’intervenir fermement pour réprimer toute violation des lois relatives à la moralité publique.

    D’ailleurs, plus d’une vingtaine de jeunes filles avaient été conduites au poste de police pour vérification de leur identité. Les autorités locales avaient saisi également le matériel de plusieurs cafés. Elles ont procédé aussi à la promulgation de décisions interdisant la consommation du narguilé, afin de lutter contre la propagation de ce phénomène.

    Quelques jours plus tard, les propriétaires de cafés sont montés au créneau. A l’issue de leur mouvement, ils ont mis fin à plusieurs campagnes qui restaient bien timides, avec des saisies ponctuelles de quantités modestes de narguilés ou encore des retraits provisoires de licences d’exploitation.

    Pour l’heure, le phénomène commence sérieusement à préoccuper, surtout que les mineurs commencent aussi à s’y adonner. L’apparition des cafés-narguilé (au nombre de 250 à Fès, dont beaucoup à proximité d’établissements scolaires) a entraîné l’enregistrement de nombreuses plaintes.

    Il est devenu donc urgent d’entreprendre des mesures de dissuasion, d’autant plus que le narguilé peut devenir un instrument pouvant entraîner l’addiction à des drogues: le tabac, habituellement mélangé à de la mélasse, aux essences de fruits et sirops, peut être également combiné au haschish ou à l’alcool.

    Notons qu’il existe un vide juridique certain concernant le narguilé en tant que consommation en lieu public (cafés, restaurants, bars…). Le retrait des licences et autorisations des espaces qui le proposent est donc la seule issue pour les élus.

    Enfin, le Conseil de la Ville devra statuer également sur la fermeture de quelques bars. Ne remplissant pas les conditions d’hygiènes requises, des bistrots verront leur rideau baisser jusqu’à nouvel ordre.





    http://www.leconomiste.com/
     

Partager cette page