Fès: Sit-in des propriétaires des cafés-chicha

Discussion dans 'Info du bled' créé par @@@, 20 Avril 2010.

  1. @@@

    @@@ Accro

    J'aime reçus:
    252
    Points:
    83
    [​IMG]

    · Il a été organisé devant la wilaya

    · Les autorités maintiennent la décision de fermeture


    FORCES auxiliaires, policiers et autres éléments de l’autorité locale ont fait office d’accueil aux soixante dix propriétaires des café-chicha qui voulaient organiser un sit-in devant le siège de la wilaya de Fès, vendredi dernier. Les forces de l’ordre ont, sous la menace d’une intervention musclée, «chassé» loin de la préfecture les manifestants. Un agent d’autorité leur a retiré banderoles, drapeaux et photos du Souverain qu’ils brandissaient sur la voie publique.


    «Ce mouvement est initié en guise de protestation contre la fermeture de nos commerces suite à une décision du conseil communal», indique Noureddine, vice-président de l’association des propriétaires de cafés. Et d’ajouter, «du moment que plusieurs familles vivent de ce secteur… il fallait quand même nous laisser au moins un an pour nous reconvertir».

    Abdou, un autre membre de ladite association, pointe du doigt l’autorité. Selon lui, «un haut responsable du district d’Agdal aurait surpris sa fille dans l’un de ces endroits. Et depuis, la guerre est déclarée». En tout cas, l’autorité locale ne fait qu’appliquer une décision du conseil communal.

    Les contestataires, eux, ne comptent pas s’arrêter là. «Nous allons introduire une action en justice car nous exerçons un commerce légal avec des autorisations et dans le respect total des lois en vigueur», disent-ils.

    Pour sa part, le Conseil de la ville de Fès semble être déterminé. La décision de fermer ces endroits a été prise lors de la session du mois de février. Les élus l’ont d’ailleurs votée à l’unanimité puisqu’il s’agit de la moralité de la vie publique.


    En effet, la commune a brisé le silence sur ces cafés qui ont poussé comme des champignons un peu partout en ville nouvelle comme en médina. Des commerces qui sont devenus source de plusieurs maux (conflits de voisinage, santé, débauche, drogue…).




    L’apparition des cafés proposant le narguilé (au nombre de 150 à Fès, dont beaucoup à proximité d’établissements scolaires) a entraîné l’enregistrement de nombreuses plaintes.






    http://www.leconomiste.com/
     

Partager cette page