F1 - GP de Singapour : Hamilton, une nuit à la belle Etoile

Discussion dans 'Motosport' créé par simo160, 27 Septembre 2009.

  1. simo160

    simo160 Accro Membre du personnel

    J'aime reçus:
    100
    Points:
    48
    Au volant de sa McLaren-Mercedes, Lewis Hamilton a enlevé la 14e manche du Mondial, dimanche à Singapour, devant les surprenants Timo Glock (Toyota) et Fernando Alonso (Renault). Sebastian Vettel (Red Bull) 4e après un drive through, Jenson Button (Brawn), 5e, se rapproche du titre mondial.

    [​IMG]

    Lewis Hamilton finit la saison en boulet de canon. Dimanche, le champion du monde en titre, qui ne fait plus partie des candidats à sa propre succession depuis Monza, a décroché sa deuxième victoire de l'année, à Singapour, après y avoir signé sa 3e pole position en quatre Grands Prix. Il voulait gagner pour s'excuser de la destruction de sa MP4-23 dans le dernier tour en Lombardie, c'est fait.

    Le Britannique a obtenu la 11e victoire de sa carrière en bénéficiant des sanctions tombées sur ses poursuivants du premier virages, Nico Rosberg et Sebastian Vettel dans cet ordre, après que ce dernier ait patiné de son emplacement en 1ère ligne au départ. Le pilote Williams a reçu un drive through particulièrement sévère pour être sorti des limites de la voie d'accélération en glissant sur une bordure, après son premier arrêt, au 19e des 61 tours de la distance. Il n'y a rien gagné, il a même corrigé au plus vite sa trajectoire pour revenir dans les limites imparties mais cela n'a pas suffi pour obtenir la mansuétude des officiels. L'an dernier déjà, le pilote de Williams, futur Brawn, avait perdu toute chance de victoire sur un drive through pour un plein alors que la zone des stands était neutralisée.

    "Sous mon agréable contrôle"

    Sebastian Vettel (Red Bull) est plus responsable de sa perte car il a bêtement excédé la vitesse limite dans les stands. La conséquence est pour lui plus grave puisqu'il roulait loin devant Jenson Button (Brawn) avec un bon espoir de reprendre de gros points au N.1 mondial. Finalement 4e, "Wonderboy" ne reprend qu'une longueur à l'Anglais, 5e et grand gagnant dominical car son équipier Rubens Barrichello a échoué au 6e rang. Quatrième larron dans la course au titre au coup d'envoi, l'Australien Mark Webber (Red Bull) ne fait plus partie des éligibles, projeté dans le décor après l'explosion de son disque de frein avant gauche.

    Les problèmes de surchauffe de freins ont handicapé quasiment tous les pilotes dans le final chaud et moite du Sud-Est asiatique. La Toro Rosso, de Buemi suite à la mésaventure de Webber, les Brawn ont également souffert -surtout Button-, tout comme Hamilton, qui a produit des chronos un peu erratiques. Le pilote motorisé par la firme à l'Etoile n'a pas non plus été épargné par un souci passager de KERS en début de course. Pour Romain Grosjean (Renault), ce furent les freins, comme aux essais. En dépit d'une purge complète du système sur la pré-grille, le jeune Français a préféré rentrer, au 4e tour.


    "Ce fut une course vraiment, vraiment rude ; les conditions étaient dures", a commenté Hamilton. "Ça s'est plutôt bien passé pour moi : j'ai pris un bon départ et je suis parvenu à construire à un écart suffisant. En début de course, j'ai eu une pression de la part de Nico, qui était très rapide, spécialement dans le premier secteur. Après Vettel était juste derrière moi (ndlr : après le drive through de Rosberg) mais j'étais plus long que lui en carburant de 5 tours. Je devais juste le garder derrière moi et gérer mes pneus. J'ai senti en mon for intérieur que c'était une course que j'avais sous mon agréable contrôle. Je n'ai pas eu de problème avec mon KERS mais l'équipe m'a appelé pour me dire qu'il y avait peut-être une erreur car il ne fonctionnait pas. Je l'ai déconnecté puis rebranché. Après ça, il a marché."

    "Je dédie ce podium à Flavio"

    Rubens Barrichello et Jenson Button 9e et 11e au départ, Heikki Kovalainen (McLaren) en retrait une fois de plus, Timo Glock (Toyota) et Fernando Alonso (Renault) ont saisi leurs chances de compléter le podium. Cette 2e place arrive à point nommé pour l'Allemand, en ballottage chez Toyota pour 2010, et pour son équipe aussi, à moins d'une semaine du Grand Prix du Japon.

    Pour l'Espagnol, passé dans le premier tour par Glock et Webber sur une faute (il est parvenu à redoubler l'Aussie), la 3e place ressemble à un cadeau d'adieu. Jean-François Caubert, directeur général de Renault F1 par intérim, a presque acté en direct sur TF1, au micro de Laurent Dupin, le transfert de l'Ibère chez Ferrari en 2010 : "C'est vraiment un grand champion. Il a fait le meilleur tour (en course), il a appliqué la stratégie de manière incroyable, il s'est bagarré jusqu'à la fin. Je crois que sa famille sera toujours Renault et on le regrettera, mais il nous regrettera aussi."

    De son côté, le double champion du monde a rendu hommage à son ancien boss : "Je dédie ce podium à Flavio [Briatore]. Il est à la maison mais il prend part au succès que nous connaissons aujourd'hui".


    Eurosport
     

Partager cette page