F1 - GP d'Europe : Victoire de Rubens Barrichello

Discussion dans 'Motosport' créé par simo160, 23 Août 2009.

  1. simo160

    simo160 Accro Membre du personnel

    J'aime reçus:
    100
    Points:
    48
    Inoxydable Barrichello


    [​IMG]

    Cinq ans après son dernier succès, Rubens Barrichello (Brawn) a de nouveau gagné, dimanche à Valence, à l'occasion de sa 279e participation. Lewis Hamilton (McLaren), 2e, a perdu à cause d'un cafouillage au stand. Red Bull a échoué et Sebastian Vettel en particulier, victime d'une casse moteur.

    C'était le Grand Prix des retours à Valence. Après celui complètement raté de Luca Badoer, titularisé à tort chez Ferrari après dix ans sans compétition, celui réussi de Rubens Barrichello, sur la plus haute marche du podium. A 37 ans et 279 Grands Prix au compteur, le Brésilien a toujours du ressort. Donné pour fini, lieutenant éternellement sacrifié dans le dispositif de Ross Brawn, le Pauliste a livré une course parfaite lors de la 11e manche du Mondial. Samedi déjà, il avait été remarquable aux essais, s'octroyant la 3e place sur la grille avec plus d'essence que les McLaren de Lewis Hamilton et Heikki Kovalainen, rivées en 1ère ligne.

    La 10e victoire du Pauliste en championnat, la première depuis la Chine 2004, est un peu une conséquence du raté de son leader naturel, Jenson Button, qui n'avait pu faire mieux que se classer 5e sur la grille samedi, à cause d'un virage mal négocié. "Rubinho", qui normalement est une valeur d'ajustement, savait qu'il avait carte blanche au sein de son écurie. Il a pu l'utiliser d'autant librement que Jenson Button s'est retrouvé enfermé à droite de la piste au départ par Sebastian Vettel (Red Bull), et confiné à la 8e place au premier des 57 rotations au programme. Le Britannique, N.1 mondial, a échoué au 7e rang.


    Pendant cette course qui fut une procession comme en 2008, Rubens Barrichello a d'abord chassé les McLaren de Lewis Hamilton et Heikki Kovalainen, se détachant de ses poursuivants, Kimi Räikkönen (Ferrari), Sebastian Vettel (Red Bull), Nico Rosberg (Williams), Fernando Alonso (Renault) et Jenson Button (Brawn). Ses trois tours d'essence supplémentaires lui ont permis de passer Kovalainen au stand au premier arrêt. Puis, alors qu'un duel serré se dessinait avec le leader Hamilton, il a doublé la MP4-24 du champion du monde en titre lors d'un arrêt prolongé au stand des Gris (tour 37), qui n'avaient pas préparé les bons pneus pour le récent vainqueur du Grand Prix de Hongrie.

    Mal engagée, la course s'est plus encore soldée à l'avantage de Brawn par rapport à Red Bull, son rival au championnat Constructeurs. Jenson Button a rapidement roulé hors des points après avoir restitué sa 8e place à Fernando Alonso en début d'épreuve. Sebastian Vettel était à cet instant mieux placé que lui. Cela n'a pas duré. L'Allemand a été rejeté en fond de classement après son premier ravitaillement car deux haltes ont été nécessaires suite à un souci de pompe à essence. Puis, il a cassé son second moteur du week-end, après une défaillance survenue samedi matin. Mal engagée, la course s'est plus encore soldée à l'avantage de Brawn par rapport à Red Bull, son rival au championnat Constructeurs. Jenson Button a rapidement roulé hors des points après avoir restitué sa 8e place à Mark Webber en début d'épreuve. Sebastian Vettel était à cet instant mieux placé que lui. Cela n'a pas duré. L'Allemand a été rejeté en fond de classement après son premier ravitaillement car deux haltes ont été nécessaires suite à un souci de pompe à essence. Puis, il a cassé son second moteur du week-end, après une défaillance survenue samedi matin. Quant à Mark Webber, 9e, il a subi les atermoiements de son équipe, qui n'a pas saisi qu'il était en train de perdre toute chance de scorer en restant enfermé dans le trafic.

    Chez Ferrari, on repart satisfait du podium de Kimi Räikkönen, qui a battu son compatriote Heikki Kovalainen (McLaren), et circonspect sur les capacités de Luca Badoer, 17e à un tour et franchement hors du coup pendant trois jours, tant en vitesse pure qu'en endurance. Nico Rosberg (Williams) a fait grimper sa cote pour 2010 avec sa 5e place, devant Fernando Alonso (Renault). On gardera en mémoire également l'excellente 10e place d'Adrian Sutil (Force India) et les débuts frustrants de Romain Grosjean chez Renault. Le Français (15e) est de suite passé au stand pour changer un aileron cassé dans une friction au départ. Il a aussi commis un tête-à-queue en attaquant sans complexe. Il devrait se sentir mieux dans les Ardennes le week-end prochain, où il retrouvera son circuit naturel préféré.

    Au championnat Pilotes, le leader Button se sort bien de son quatrième Grand Prix consécutif sans pole ni victoire. Avec 72 points, il dispose de 18 longueurs d'avance sur Barrichello, qui a passé Webber et Vettel. Chez les Constructeurs, Brawn inflige un 12-0 à Red Bull, ce qui lui offre 27,5 unités de sécurité.


    Eurosport
     

Partager cette page