F1 - GP du Brésil : Samba pour Button

Discussion dans 'Motosport' créé par simo160, 19 Octobre 2009.

  1. simo160

    simo160 Accro Membre du personnel

    J'aime reçus:
    100
    Points:
    48
    [​IMG]

    Classé 5e à Sao Paulo dimanche, Jenson Button (Brawn) a décroché à 29 ans le titre de champion du monde. Réussite totale pour l'écurie de Ross Brawn, qui enlève le titre Constructeurs à l'issue d'une course remportée par Mark Webber (Red Bull).

    Jenson Button est devenu dimanche à Sao Paulo le soixantième champion du monde de l'histoire de la Formule 1 en terminant 5e d'une course en même temps patiente et agressive, débutée au 14e rang. A 28 ans, l'Anglais natif de Frome obtient la consécration suprême dans sa dixième saison de Formule 1, sa septième consécutive dans la même écurie, intégrée en 2003 sous le nom de BAR, rebaptisée BAR Honda, Honda puis Brawn à son rachat, l'hiver dernier. Dès 2000, son talent avait été remarqué chez Williams, avant de s'égarer quelque peu chez Benetton en 2001, devenue Renault en 2002.

    Dimanche, "JB" a veillé à éviter les embûches afin d'assurer une place d'honneur, d'autant que son équipier Rubens Barrichello partait de la pole position. Kimi Räikkönen (Ferrari) trop excité au départ dans les roues du Mark Webber (Red Bull), Fernando Alonso (Renault) victime collatérale d'une bousculade parmi d'autres (Adrian Sutil, Jarno Trulli out), le Britannique est entré dans les points au 5e tour en opérant un dépassement déterminé sur le Français Romain Grosjean (Renault), très chargé en essence.

    Rapidement, il s'est emparé de la 7e place de Kazuki Nakajima (Williams) avant de buter sur Kamui Kobayashi, débutant chez Toyota en substitution de Timo Glock, blessé. En parvenant à ses fins d'une façon inhabituelle, car Kobayashi faisait du Kobayashi… "Il bouge dans les zones de freinages. Prévenez Charlie Whiting", s'est plaint Jenson Button à la radio. On ignore si Brawn GP a fait suivre, mais le directeur de course imploré ainsi que le Toyota Racing étaient à l'écoute. Et Kobayashi n'a curieusement pas tardé à obtempérer. "C'est difficile à dépasser un Japonais !", a-t-il relevé amusé, à l'arrivée.

    Puis, le reste du décor nécessaire au couronnement s'est mis en place. Léger au départ, Rubens Barrichello a cédé la place de leader à Mark Webber (Red Bull) et même la 2e place à Robert Kubica (BMW), Nico Rosberg (Williams) libérant la 4e position sur abandon à Lewis Hamilton (McLaren). Alors 5e, Sebastian Vettel (Red Bull), le troisième prétendant au titre, a tenté un coup qui n'a pas marché : il avait parié sur la pluie.

    Avec Barrichello sur la plus petite marche du podium, Button gérait son titre à sa 6e place quand le coup grâce est arrivé, comme une nouvelle preuve de la malédiction de "Rubinho" à Interlagos. Une fois sur le podium en dix-huit départs, le Pauliste venait d'écoper d'une crevaison sur un contact avec Lewis Hamilton (McLaren), trop à l'étroit entre la BGP001 et le mur de la ligne droite des stands… Le champion 2008 est vite allé le voir pour s'excuser à l'arrivée.


    Propulsé au 5e rang, Button pouvait laisser éclater sa joie, et crier à la radio dans le tour de décélération: "We are the champions, we are the champions my friend !". Champion avec un "s" car Brawn venait de succéder à Ferrari au palmarès Constructeurs.


    Eurosport
     

Partager cette page