F1 - Grand Prix d'Australie ;

Discussion dans 'Motosport' créé par simo160, 27 Mars 2010.

  1. simo160

    simo160 Accro Membre du personnel

    J'aime reçus:
    100
    Points:
    48
    27/03/2010 - 08:03
    Vettel éteint Melbourne

    Red Bull - Gepa
    Infos liées :
    Qualification : résultat
    Qualification : déclarations
    Hamilton arrêté par la police
    Hamilton : "J'ai appris de mon mensonge"
    Virgin, l'incroyable raté
    Sebastian Vettel (Red Bull) a déçu toute l'Australie en battant son coéquipier et héros local Mark Webber (Red Bull) pour la pole position, samedi à Melbourne. Fernando Alonso (Ferrari) occupera la 2e ligne en compagnie de Jenson Button (McLaren), qui a éclipsé Lewis Hamilton (McLaren), sorti en Q2.

    Sebastian Vettel est toujours aussi sûr de lui. De sa capacité à maîtriser le temps, aussi. Alors que le ciel restait menaçant à l'attaque de la troisième partie de qualification, réunissant les dix meilleurs pilotes samedi à Melbourne, le jeune allemand a laissé ses collègues se jeter en piste pour se mettre en queue de peloton et boucler ses tours rapides en dernier. Fernando Alonso (Ferrari), en 1:24.606, puis Mark Webber (Red Bull), en 1:24.035, ont juste eu quelques secondes de parade en haut des écrans de chronométrages avant que le phénomène ne déboule, en 1:23.919. Tout en agressivité, l'as de RBR venait de plier l'affaire en quatre minutes pour décrocher sa septième pole position, sa deuxième consécutive après Sakhir.

    Vettel pouvait faire mieux

    Ensuite tout de décontraction en sortant de sa machine, il s'est montré heureux. Malicieux même, déclarant : "C'est sympa d'être en pole ici, chez Mark [Webber], d'autant qu'il avait fait la pole l'an dernier en Allemagne." Du pur Vettel donc. "En Q3, tout était encore question qu'il ne pleuve pas, et tout le monde s'est un peu précipité", a-t-il rappelé. "Le premier tour chrono était le plus rapide mais pour moi…. Pfff, il était bien en tout point jusqu'à trois virages de la fin. Au virage 14, un droit rapide, j'étais vraiment sur la corde raide mais ça allait encore… Mais dans le dernier, j'ai un peu perdu la voiture à l'attaque de la ligne droite. Bon, c'était un super tour, jusque là. J'en suis très content. Le résultat parle de lui-même. J'ai hâte de voir ce que ça va donner dimanche. C'est bon de commencer en tête car on ne sait pas à quel point ça peut être le bazar ici (rires). Safety car ou pas safety car ? Il se passe toujours plein de choses à l'Albert Park mais c'est bon d'être en pole, sur la partie propre de la piste."

    Battu de 0.116 sec, à cause d'un secteur 2 moyen, Mark Webber a accepté le verdict, ayant toujours l'espoir de devenir dimanche le premier Aussie victorieux sur son territoire. "J'aurais aimé être en pole…", a-t-il confirmé, dans un sourire pincé. "Mais bon, deuxième reste un bon résultat, mieux qu'à Bahreïn (6e). Là, c'était un tour décent. J'aurais aimé être une place plus haut mais Seb a fait du bon boulot, l'équipe aussi."


    Hamilton dans une mauvaise passe

    Chez Ferrari, on a apparemment pris acte assez vite du niveau de compétitivité des RB6. Battu de 0.192 sec, Fernando Alonso sera sur la partie propre de la piste et il aura donc une chance de glisser sa F10 devant l'auto de Mark Webber au premier tournant. Pour le reste, le double champion du monde espagnol n'a pas tiré de plan sur la comète. "Rivaliser avec les Red Bull dimanche ? Je ne sais pas", s'est-il interrogé le transfuge de Renault, satisfait d'avoir devancé son coéquipier Felipe Massa (5e) de 0.626 sec. "Il faudra finir, si possible sur le podium comme à Bahreïn", a-t-il repris. "La course sera longue et Sebastian [Vettel] l'a dit : ici, il peut y avoir des safety car, des accidents, des problèmes, des choses difficiles sur le plan mécaniques pour les voitures."

    Sebastian Vettel et Mark Webber au-dessus du lot, finalement seul Fernando Alonso a émergé car Jenson Button (McLaren), coincé entre les Ferrari à la 4e place, a encaissé 0.756 sec. L'écart est béant mais au moins le champion du monde en titre peut-il se féliciter d'avoir passé le cut en fin de Q2, au contraire de son coéquipier Lewis Hamilton. Le champion 2008, auteur d'un vilain mensonge l'an passé à Melbourne, est dans une mauvaise passe. Vendredi, il s'était fait embarquer par la police, pris en flagrant délit de burn out urbain. Pas gravissime en soi mais au minimum de mauvais effet en pleine campagne de la FIA "Rendre les routes sûres", à laquelle son écurie s'est associée comme d'autres.

    Pour refermer le chapitre des gros bras, il faut relever la déception ambiante chez Mercedes. Nico Rosberg, 6e à 0.9 sec, estime avoir commis deux fautes qui lui ont coûté 0.3 sec ou 0.4 sec. Quant à Michael Schumacher, 7e à 1.0 sec, il a confié s'être un peut égaré sur une direction de réglage mais que la W01 était actuellement à sa place.

    Lewis Hamilton éjecté, il restait donc trois places en Q3, attribuées dans l'ordre à Rubens Barrichello (Williams), Robert Kubica (Renault) et Adrian Sutil (Force India). Le Brésilien, qui avait soufflé vendredi qu'il faudrait abattre beaucoup de travail pour hisser la FW32 en Q3, a donc bien travaillé avec son expérimenté ingénieur Tony Ross. Aux portes de la Q3 à Sakhir, le vétéran pauliste a aussi montré à son jeune coéquipier Nico Hülkenberg, champion de GP2 2009, que des certitudes ne suffisaient pas pour réussir.


    Eurosport
     

Partager cette page