Faire triompher le prophète Mohamed saw : extraits publiés par des occidentaux

Discussion dans 'Discussion générale' créé par larbiscool, 9 Février 2006.

  1. larbiscool

    larbiscool Visiteur

    J'aime reçus:
    0
    Points:
    0
    SALAM,

    Voici quelques extraits publiés par des occidentaux qu'on devrait faire
    circuler sur internet afin de faire connaître le prophète.
    De Lacy O’Leary - “Islam At The Crossroad”, Londres, 1923, p. 8

    “J’ai toujours eu haute estime pour la religion de Mohammad à cause de
    sa merveilleuse vitalité. C’est la seule religion qui me semble
    posséder cette capacité d’assimilation aux différentes étapes de
    l’existence.
    J’ai étudié cet homme merveilleux qui, à mon avis, est loin d’être un
    Antéchrist, et qui devrait être appelé le Sauveur de l’humanité.
    J’estime que si un homme comme lui devait exercer une hégémonie sur le
    monde moderne, il réussirait à résoudre ses problèmes de façon à lui
    apporter le bonheur et la paix. En parlant de la foi de Mohammad, j’ai
    prédit que cette dernière serait acceptée par l’Europe de demain comme
    elle est déjà acceptable par l’Europe d’aujourd’hui”

    Georges.Bernard Shaw Prix Nobel de Littérature en 1925 -“The Guenuine
    Islam”, Vol. 1, N° 8, 1936.


    “Le prophète (Mohammad) avait établi un document qui stipulait entre
    autres : les juifs et le chrétiens seront protégés de toutes insultes
    ou vexations, ils auront les mêmes droits que les musulmans à notre
    protection et services, en plus, ils pratiqueront leur religion aussi
    librement que les musulmans.”

    Huston Smith - Citations de son livre “The World’s Religions” - Ed.
    Harper Collins, 1991, p.256

    « Si la grandeur du dessein, la petitesse des moyens, l’immensité du
    résultat sont les trois mesures du génie de l’homme, qui osera comparer
    humainement un grand homme de l’histoire moderne à Muhammad ? Les plus fameux n’ont remué que des armes, des lois, des empires ; il n’ont
    fondé (quand il s ont fondé quelque
    chose) que des puissances matérielles écroulées souvent avant eux.
    Celui-là a remué des armées, des législations, des empires, des
    peuples, des dynasties, des millions d’hommes sur un tiers du globe
    habité ; mais il a remué de plus des autels, des dieux, des religions,
    des idées, des croyances, des âmes,... sa longanimité dans la victoire,
    son ambition toute d’idée, nullement d’empire, sa prière sans fin, sa
    conversation mystique avec Dieu, sa mort et son triomphe après le
    tombeau attestent plus qu’une imposture, une conviction. Ce fut cette
    conviction qui lui donna la puissance de restaurer un dogme. Ce dogme
    était double, l’unicité de Dieu est, l’autre disant ce qu’il n’est pas
    ; l’un renversant avec le sabre des dieux mensongers, l’autre
    inaugurant avec la parole une idée ! Philosophe, orateur, apôtre,
    législateur, guerrier, conquérant d’idées, restaurateur de dogmes
    rationnels, d’un culte sans images, fo ndateur de vingt empires
    terrestres et d’un empire spirituel, voilà Muhammad ! A toutes les
    échelles où l’on mesure la grandeur humaine, quel homme fut plus grand
    ?

    Lamartine Histoire de la Turquie, Paris, 1854. Tome 1 et Livre 1-p.280.

    >« Ce n’est pas la propagation mais la permanence de sa religion qui
    >mérite notre émerveillement ; la même impression, pure et parfaite,
    >qu’il laissa à la Mecque et à Médine, se retrouve, après douze siècles
    >écoulés, chez les Indiens, les Africains et les Turcs, prosélytes du
    >Coran... Les Musulmans ont su résister, uniformément, à la tentation de
    >réduire l’objet de leur foi et de leur dévotion au niveau des sens et
    >de l’imagination de l’homme. "je crois en Un seul Dieu et en Muhammad,
    >Son prophète" ; ceci enferme la profession de foi de l’Islam, de façon
    >simple et invariable. L’image intellectuelle de la Divinité ne s’est
    >jamais vue dégradée par une idole quelle qu’elle soit ; les hommag es
    >rendus au prophète n’ont jamais franchi la mesure de la vertu humaine ;
    >et ses préceptes vivants ont restreint la gratitude de ses disciples
    >dans les limites de la raison et de la religion ».
    >
    >Edward Gibbon et Simon Ocklay History of the Saracen Empire.
    >
    >« Il était César et le Pape réunis en un seul être ; mais il était le
    >Pape sans avoir les prétentions du Pape, et César sans avoir les
    >légions de César : sans armée, sans garde du corps, sans palais, et
    >sans revenu fixe ; s’il y a un homme qui a le droit de dire qu’il règne
    >par la volonté divine, ce serait Muhammad, puisqu’il a tout le pouvoir
    >sans en avoir les instruments ni les supports ».
    >
    >Bosworth Smith Mohammad and Mohammadanism. Londres,
    >1874 ; p. 92.
    >
    >« Il est impossible, pour quelqu’un qui étudie la vie et le caractère
    >du grand Prophète d’Arabie, pour quelqu’un qui sait comment il
    >enseignait et comment il vivait, d’avoir d’autre sentiment que le
    >respect pour ce prophète prodigieux, un des grands messagers de l’Etre
    >Suprême. Et même si mes discours contiennent bien des choses qui sont
    >familières à beaucoup d’entre vous, chaque fois que moi-même je les
    >relis, je sens monter en moi une nouvelle vague d’admiration, un
    >nouveau sende révérence, pour ce prodigieux grand maître arabe. »
    >
    >Annie Besant The Life and Teachings of Muhammad.
    >Madras, 1932, p. 4.
    >
    >« La façon dont il accepta les persécutions dues à ses croyances, la
    >haute moralité des hommes qui vécurent à ses côtés et qui le prirent
    >pour guide, la grandeur de son oeuvre ultime, tout cela ne fait que
    >démontrer son intégrité fondamentale. La supposition selon laquelle
    >Muhammad serait un imposteur soulève plus de problèmes qu’elle n’en
    >résout. Cependant, aucune des grandes figures de l’histoire n’est si
    >peu appréciée en Occident que le Prophète Muhammad. »
    >
    >W. Montgomery Mohammad at Mecca. Oxford, 1953 ; p. 52.
    >
    >« Homme d’affaires prospère dès l’âge de vingt ans, il devait bientôt
    >devenir directeur des caravanes de chameaux d’une veuve fortunée.
    >Celle-ci, reconnaissant ses mérites, lui proposa le mariage. Bien
    >qu’elle fût de quinze ans son aînée, il l’épousa et fut un époux dévoué
    >jusqu’à sa mort. De même que la plupart des grands prophètes qui le
    >précédèrent, Muhammad chercha à éviter l’honneur de transmettre la
    >parole divine, se considérant comme indigne d’accomplir cette tâche.
    >Mais l’ange lui ordonna : "Lis !". De ce que nous connaissons de sa
    >vie, nous savons que Muhammad ne savait ni lire ni écrire, mais il
    >commença à dicter des mots qui lui étaient inspirés, et qui allaient
    >bientôt transformer une grande partie du globe par le verset : "il n’y
    >a qu’Un seul Dieu". Sur tous les plans, Muhammad était un esprit
    >éminemment pratique.
    >Lorsque son fils bien aimé, Ibrahim, mourut, il y eut une éclipse, et
    >des rumeurs, disan t que Dieu lui avait exprimé personnellement Ses
    >condoléances, s’étendirent rapidement. Or, on dit que Muhammad lui-même
    >affirma qu’une éclipse étant un phénomène naturel, il est insensé
    >d’attribuer ce genre de phénomène à la naissance ou à la mort d’un être
    >humain". Lors de la mort de Muhammad, certains voulurent le déifier,
    >mais son successeur administratif mit fin à cette vague d’hystérie par
    >une des paroles les plus belles de l’histoire religieuse : "Si l’un
    >d’entre vous alla jusqu’à rendre un culte à Muhammad, il est mort. Mais
    >si c’est à Dieu qu’il rend un culte, Il vivra pour l’éternité" ».
    >
    >James A. Michener Islam : The Misunderstood Religion".
    >Dans la revue Reader’s Digest (édition américaine), numéro de mai 1955,
    >p. 68-70.
    >
    >« Certains lecteurs seront peut-être surpris de me voir placer Muhammad
    >en tête des personnalités ayant exercé le plus d’influence dans le
    >monde, et d’autres contesteront probablemen t mon choix. Cependant,
    >Muhammad est le seul homme au monde qui ait réussi par excellence sur
    >les deux plans : religieux et séculier.
    >
    >
     

Partager cette page