Famine a Tindouf

Discussion dans 'Discussion générale' créé par MATAPAYOS, 7 Février 2006.

  1. MATAPAYOS

    MATAPAYOS Citoyen

    J'aime reçus:
    4
    Points:
    38
    Les camps de Tindouf vivent ces jours-ci une situation marquée par un mécontentement général et une ébullition dus essentiellement à la réduction considérable des rations en produits alimentaires dont bénéficiaient les populations, décidée par les responsables du "polisario", rapportent des témoins oculaires.

    Les mêmes sources précisent que les responsables du "polisario" ont réduit, dans le cadre des préparatifs de la célébration du prétendu anniversaire du 27 février, les rations des familles et des individus en produits alimentaires et procèdent à leur stockage dans la perspective de les consacrer aux invités qui viendront à "Tifariti" où les responsables du "polisario" ont décidé d'organiser ces "festivités" au lieu de les tenir dans les camps de Tindouf.

    Les populations des camps ont condamné vivement ces pratiques ignobles qui attentent à la dignité de l'homme, dénonçant la réduction des rations déjà maigres dont elles sont approvisionnées. Elles soulignent que ces réductions sont une humiliation à leur égard, ajoutant qu'elles souffrent déjà de la faim et de la sous-alimentation car ce qu'elles reçoivent de ces rations ne leur permet même pas de manger à leur faim, puisque leur plus grande partie est vendue par les responsables du "polisario". Les populations se demandent ce que sera leur sort après la réduction de leurs rations.

    Ces populations s'interrogent également sur les raisons qui amènent les organisations non gouvernementales à envoyer des produits alimentaires à destination des camps pour qu'ils y soient distribués aux séquestrés dont des personnes âgées, des femmes et des enfants, alors que les responsables du "polisario" les en privent et les détournent sous prétexte de les réserver aux invités qui prendront part aux "festivités du 27 février".


    Le soi-disant "croissant rouge sahraoui", ajoutent les mêmes sources, a élaboré un rapport secret sur la grave pénurie des produits alimentaires que connaissent les camps, une pénurie, ajoutent-elles, qui a empiré ces derniers temps à cause du stockage de ces produits qui n'ont pas été distribués aux habitants dans le cadre des préparatifs des séparatistes auxdites "festivités".



    Ce rapport secret, qui a fait l'objet d'une distribution restreinte, dans la mesure où seule une minorité de responsables en a pris connaissance, a attiré l'attention de la direction du "polisario" sur la gravité de la pénurie des rations alimentaires que connaissent les camps en ces jours et sur les mouvements de protestation et le désordre qui pourraient en résulter et qui seraient incontrôlables.


    Le mécontentement des populations de ces pratiques abjectes s'ajoute aux vagues de protestations qu'elles avaient exprimées suite à la décision de la direction de transférer les "festivités de l'anniversaire du 27 février" à la région de " Tifariti " au lieu des camps de Tindouf.


    Des témoins oculaires ont affirmé que les populations considèrent que le transfert du lieu des "festivités" des camps de Tindouf à " Tifariti " est du essentiellement à la crainte que ressent la direction du " Polisario " vis-à-vis des détracteurs de sa politique parmi les habitants et les cadres des camps, dont elle redoute qu'ils organisent des contres manifestations pouvant gâcher "la célébration de l'anniversaire" sur la réussite de laquelle parie la direction.


    En transférant le lieu de "la célébration des festivités", les séparatistes cherchent également à isoler les habitants mécontents et à les assiéger à l'intérieur des camps loin des regards des délégations étrangères qui sont attendues à " Tifariti ".


    Par ailleurs, la direction du "polisario"a intensifié, ces derniers temps, ses agissements visant à récupérer un plus grand nombre d'habitants qui ont préféré quitter les camps, pour les ramener dans la région, notamment à l'approche des "festivités du 27 février", dont les séparatistes veulent se servir pour susciter l'admiration des observateurs par un grand nombre de personnes, prétextant que celles-ci soutiennent leur thèse.


    Les agissements de la direction du "polisario" dans ce sens ciblent, en particulier, les personnes d'origine mauritanienne qui avaient déjà fui les camps pour la Mauritanie, notamment après les informations faisant état de la découverte du pétrole dans ce pays avec ce que cela suppose comme changement de mode vie des habitants, dans le but de les attirer de nouveau et de les amener à retourner dans les camps, ont indiqué les mêmes sources.


    Pour garantir le succès de leur plan, les responsables du "polisario" adoptent la politique de récupération avec les personnes ciblées et qui refusent de retourner dans les camps de Tindouf, en leur promettant certaines aides matérielles, en s'engageant à payer les dettes qu'elles ont contractées et en recourant à diverses autres formes de récupération.


    MAP
     

Partager cette page