Fathallah Oualalou s'entretient avec son homologue espagnol

Discussion dans 'Info du bled' créé par Le_Dictateur, 8 Mars 2007.

  1. Le_Dictateur

    Le_Dictateur Visiteur

    J'aime reçus:
    85
    Points:
    0
    Le Maroc, principal marché africain pour les exportations espagnoles

    Les échanges commerciaux et économiques maroco-espagnols ont le vent en poupe. Certes, le solde de la balance commerciale est favorable à l'Espagne, mais les investissements réalisés par ce pays au Maroc ne peuvent que renforcer les relations économiques et commerciales entre les deux partenaires.

    Cette tendance sera renforcée grâce à la visite qu'effectue actuellement au Maroc, José Luis Rodriguez Zapatero, à la tête d'une importante délégation de son gouvernement.


    C'est dans ce cadre que Fathallah Oualalou, ministre des Finances et de la Privatisation a reçu, le 5 mars 2007, au sein de son département Jean Clos, ministre espagnol de l'Industrie, du Tourisme et du Commerce.

    Cette rencontre a été l'occasion pour M.Oualalou d'exposer les derniers développements de l'économie marocaine et les résultats obtenus en 2006, notamment en ce qui concerne la croissance économique, les équilibres macro-économiques ou encore l'accélération du rythme des réformes dans le pays. Le ministre marocain a également évoqué les contraintes qui pèsent lourdement sur l'économie du Royaume, en l'occurrence l'emploi des jeunes diplômés, la pauvreté en milieu rural, les déséquilibres régionaux ainsi que la mise à niveau des secteurs productifs.

    Il est à signaler que les échanges commerciaux entre les deux pays connaissent un accroissement spectaculaire d'année en année. Les investissements du voisin ibérique augmentent également et se renforcent grâce aux énormes potentialités inexploitées. D'où l'engagement des deux pays à essayer de réunir toutes les conditions nécessaires en vue de réaliser cet objectif.

    Le volet financier a été au menu des discussions entre les ministres des deux pays. Elles ont d'ailleurs mis en exergue la mobilisation d'un financement concessionnel pouvant atteindre 200 millions d'euros pour financer le projet du parc éolien de Tanger confié à l'entreprise espagnole Gamesa Eolia et le projet de centrale thermo-solaire de Ain Beni Mathar délégué à un consortium d'entreprises dont la société espagnole Abengoa.

    En dépit de leurs réalisations, les Espagnols ne cachent pas leur intention de renforcer leur présence économique au Maroc. Ils convoitent d'autres projets d'infrastructure et d'équipement. Consciente de l'aspect stratégique de ses rapports avec le Royaume, la partie espagnole semble soutenir sérieusement la revendication du Maroc de bénéficier d'un statut avancé dans ses relations avec l'Europe communautaire. Les relations commerciales entre l'Espagne et le Maroc ont lieu dans le cadre de l'Accord d'Association UE - Maroc, ainsi que l'intégration régionale du pays dans la zone euro- méditerranéenne et les principes et objectifs du Processus de Barcelone, à travers lequel on prétend accorder un traitement privilégié aux relations entre le Maroc et l'UE.


    Par ailleurs, les statistiques de l'Office des changes indiquent que le Maroc a importé l'équivalent de 23.637,6 millions de dirhams de l'Espagne en 2006, soit 11,6% du total de ses achats à l'étranger. Ses exportations à destination de ce pays se sont élevées à 22.928,8 millions de dirhams, soit 20,8% du total de ses exportations totales. Les chiffres de l'Office de changes font état d'un solde commercial de moins de 708,8 millions de dirhams vis-à-vis de l'Espagne.

    De l'autre côté, les Espagnols considèrent que leurs relations commerciales avec le Maroc se sont intensifiées ces dernières années avec une augmentation des exportations et des importations, à une cadence de croissance annuelle moyenne supérieure aux exportations et importations globales. Par conséquent, le Maroc est devenu le principal marché africain pour l'exportation espagnole, avec une grande différence par rapport au reste des partenaires commerciaux. Au cours des deux dernières années, plus de 35% des exportations espagnoles vers l'Afrique ont été destinées au Maroc. Celui-ci occupe la 11ème place comme destination des exportations globales, et la 4ème place hors UE, derrière les États-Unis, le Mexique et la Turquie, en représentant en 2006, 1,5% du total des exportations espagnoles, avec unecroissance du 14,9% par rapport à l'an dernier, c'est-à-dire 2.562,5 millions d'euros selon le Département des douanes et Impôts spéciaux de l'Agence tributaire espagnole.

    Les statistiques officielles espagnoles indiquent que les exportations espagnoles vers le Maroc ont augmenté ces dernières années à une cadence supérieure à la moyenne communautaire, et la participation espagnole dans les importations marocaines originaires de l'UE-15 est passée de 17% à 23% en 2006. L'Espagne est actuellement le deuxième fournisseur du Maroc après la France.

    Au niveau des importations espagnoles originaires du Maroc, l'accroissement a été régulier et important depuis 1998. Dans les deux dernières années, 0,9% des achats espagnols à l'extérieur, proviennent du Maroc, qui se place à la 22ème place dans le ranking des fournisseurs. En 2006, et d'après les douanes espagnoles, les importations originaires du Maroc ont augmenté de 15,7%, avec 2.432,2 millions d'euros.

    En conséquence, le solde de la balance commerciale est favorable à l'Espagne, bien que le déficit pour le Maroc se soit réduit sensiblement ces dernières années, grâce à l'accroissement notable des importations espagnoles originaires du Maroc. Si en 2000, le différentiel favorable à l'Espagne était de 403,8 millions d'euros, en 2006 celui-ci est de l'ordre de 130,2 millions d'euros.

    Source - AllAfrica.Com
     

Partager cette page