Faut-il fermer l’école publique?

Discussion dans 'Nouvelles (9issass 9assira) & Chroniques' créé par @@@, 10 Mars 2009.

  1. @@@

    @@@ Accro

    J'aime reçus:
    252
    Points:
    83
    Les enfants perdent leur temps

    · En quatre ans, seulement 1/3 des élèves connaît les opérations simples

    · Le privé fonctionne mieux

    · Les leçons sont débitées sans analyse


    Faut-il fermer l’école publique? Au vu des résultats de l’enquête d’évaluation des acquis effectuée par le Conseil supérieur de l’enseignement et dont L’Economiste détient une copie du rapport préliminaire, l’on serait tenté de le dire. Car le niveau de nos élèves est «très moyen à faible» dans les mathématiques, les sciences, la langue arabe et française. L’enquête s’est déroulée à la mi-juin de l’année 2008 et elle a porté sur les apprentissages de l’année scolaire 2007-2008.
    Cette évaluation qui a concerné les élèves de la quatrième et la sixième années du primaire ainsi que la deuxième et la troisième années du secondaire collégial a pour objectif de rendre compte de l’état des performances des élèves, mais aussi d’en identifier les principaux déterminants. C’est sûr, le rendement est influencé par les caractéristiques personnelles et familiales et par des facteurs clés du contexte scolaire et parascolaire (voir aussi article page….).
    Dans les mathématiques, les élèves du primaire semblent mieux faire que ceux du collège. La moyenne des objectifs réalisés par les élèves du primaire dépasse celle du secondaire collégial. L’écart atteint jusqu’à 16 points entre la sixième du primaire et la troisième année du secondaire collégial.
    Une analyse plus détaillée des résultats rend compte de l’étendue des lacunes: le tiers seulement des élèves de la quatrième année du primaire maîtrise l’addition, la soustraction, la multiplication et la division. De plus, six élèves sur dix de la sixième année ont des difficultés avec les chiffres décimaux. Ce n’est pas tout. Un élève sur cinq de la quatrième année et la moitié de ceux de la sixième ne savent pas effectuer les conversions des unités de mesures. Or la bataille des mathématiques commence dès l’école primaire. C’est même une discipline où il est impératif de maîtriser les outils et les savoirs correspondant à une étape donnée avant de passer à une autre. Si l’élève manque une marche, il ne pourra plus monter une autre et poursuivre sa progression. Dans le rapport préliminaire, il est clairement souligné que la maîtrise du calcul au primaire est un préalable à l’apprentissage de l’algèbre au collège et au lycée.
    Un des objectifs de l’enseignement des mathématiques, dès l’école primaire, est le développement des qualités de logique et d’aptitude au raisonnement. Or le constat dressé est que nos élèves ne sont pas prédisposés à travailler sur des exercices relatifs à la géométrie et à réaliser des graphiques et la majorité d’entre eux éprouve des difficultés à traiter les questions ouvertes et à utiliser ses connaissances dans les situations complexes. Autrement dit, ils sont incapables de mettre en place une stratégie de résolution face aux problèmes complexes.
    Dans les sciences, le constat est également sans appel: «Le niveau des élèves est insuffisant». L’analyse des résultats des tests auxquels les élèves ont été soumis relève que les filles devancent légèrement les garçons, ceux résidant dans les villes ont des niveaux relativement meilleurs, et ceux relevant du système privé ont de meilleurs scores. L’avantage qu’ont les élèves de l’enseignement privé est attribué aux conditions sociales et d’enseignement jugés plus adaptées (nombre d’élèves réduit par classe, disponibilité du matériel didactique,etc). S’y ajoute une gestion centrée sur les résultats.
    Le rapport cite une série d’obstacles auxquels se sont heurtés les élèves lors du test, une manière de nuancer les résultats. C’est le cas de la difficulté à s’exprimer par écrit qui s’est soldée par le refus de répondre aux questions qui le nécessitent, de la non maîtrise des termes scientifiques et techniques et de l’incapacité à se souvenir des connaissances enseignées au début de l’année scolaire.


    Incapables d’analyser


    La difficulté à analyser les données graphiques, les chiffres et les dessins laisse aussi supposer que l’enseignement se base sur le débitage des leçons et sur le «parcoeurisme». L’exclusion des sciences de l’examen régional a également engendré un manque d’intérêt des élèves pour cette matière et pousse les enseignants à ne pas boucler les programmes.
    Dans les langues, le niveau laisse également à désirer. Dans la langue française, il est de «moyen à faible». Ce qui est attribué au fait que nos élèves lisent peu. Là aussi le rapport nuance les résultats en jugeant les conditions dans lesquelles le test a été effectué peu adéquates. Ainsi «le lexique utilisé n’était pas à la portée des élèves». N’empêche, le rapport pointe un déficit d’espace au sein des établissements pour des activités culturelles en français, le faible niveau de certains enseignants du primaire et l’incapacité des élèves à écrire des rédactions en français. De même il a relevé que la majorité des enseignants du français n’arrive pas à suivre les nouveautés pédagogiques et didactiques et n’a pas amélioré sa façon de travailler.
    Par rapport à la langue arabe, la majorité des élèves du primaire ne maîtrise pas la lecture. En dépit de l’importance qui lui est accordée au niveau du primaire, les acquis des élèves sont limités. L’analyse des résultats par sexe montre que les filles font mieux que les garçons. Ce qui s’explique par l’application des filles et aussi par un entourage familial et socioculturel plus exigeant envers elles. Et c’est aussi dans le milieu urbain que les résultats sont meilleurs. Les écarts en termes de développement humain, social et économique entre les deux zones font que le rural est à la traîne.
    Enfin les lacunes accumulées dans le primaire font qu’au collège les élèves ont des difficultés en termes de cumul des expressions, au niveau de la compréhension des textes et de la rédaction. Les problèmes dont souffrent les élèves du primaire sont également constatés au niveau du collège. Ce qui veut dire qu’elles n’ont pas été traitées et qu’aucune stratégie de soutien n’a été réalisée.


    --------------------------------------------------------------------------------


    Fiche technique du PNEA


    LE Programme national d’évaluation des acquis (PNEA) a été piloté par l’Instance nationale d’évaluation du système d’éducation-formation auprès du Conseil supérieur de l’enseignement (CSE), et ce en collaboration avec le Centre national de l’évaluation et des examens relevant du ministère de l’Education nationale.
    Ce programme vise à instaurer un référentiel national d’évaluation des connaissances et des compétences de base des apprenants marocains, assorti d’indicateurs clairs et pertinents. Son objectif est de contribuer à la prise de décision en matière de politiques éducatives relatives aux programmes, aux curricula et aux apprentissages.
    Le programme PNEA-2008 est une évaluation standardisée dont les instruments de test ont été élaborés par une équipe de spécialistes de contenu. Les tests ont concerné les élèves de la 2e et 3e années du secondaire collégial, et 4e et 6e années de l’enseignement primaire.
    Les disciplines considérées sont: l’arabe, le français, les mathématiques et les sciences (y compris la physique-chimie au collège).
    Pour chaque matière, l’accent a été mis sur les domaines d’apprentissage que l’élève est censé maîtriser en référence aux curricula et programmes prescrits.
    Un échantillon de près de 6.900 élèves au primaire et 6.360 au collège a été proportionnellement réparti selon les régions, le milieu et le type d’établissement. Les élèves des établissements scolaires privés des cycles primaire et collégial ont également été évalués dans le cadre de ce programme.
    Les établissements scolaires retenus sont ceux dotés d’une structure complète à ratio maître-élève de plus de 15 élèves par classe.




    --------------------------------------------------------------------------------



    devoirs à domicile…Un devoir des mères



    · Peu de pères suivent leurs enfants

    · Moins les parents sont instruits, plus grand est le risque d’échec scolaire


    LE rendement des élèves à l’école dépend d’abord de leurs caractéristiques personnelles. C’est une des principales conclusions de l’étude (rapport préliminaire) du Conseil supérieur de l’enseignement. Le CSE tente d’identifier les facteurs qui expliquent la réussite ou l’échec scolaires. Le redoublement et l’éloignement de l’école figurent parmi les facteurs qui influent sur les élèves. Une forte proportion enregistre aussi du retard dans leur scolarité comparativement à l’âge légal. Ce qui est attribué au redoublement et aux inscriptions tardives.
    Le niveau des parents a un impact sur le rendement des élèves. Un père sur cinq n’a pas achevé le primaire (22 à 24%) et près de la moitié n’a jamais été à l’école. Ceux qui ont des diplômes de l’enseignement supérieur sont une minorité: 9% des pères et 5% des mères. Les parents, en particulier les pères, assurent très peu le soutien (suivi) scolaire à leurs enfants. Les devoirs à domicile sont à la «charge» de la mère. Or dans le primaire, l’impact du soutien scolaire est important dans le rendement des élèves.
    L’étude du CSE s’est également attardée sur les caractéristiques des enseignants et leur influence sur le rendement des élèves. Parmi les éléments relevés, l’ancienneté de l’enseignant et donc l’expérience joue un rôle capital dans le rendement des élèves. Ceux du primaire et du collège disposent en moyenne d’une expérience suffisante mais avec cependant des disparités.
    90 à 95% d’entre eux ont une formation de base alors que la moitié a profité de la formation continue. Les enseignants jouissent aussi d’une relative stabilité dans leur poste, en particulier ceux du collège. De plus, huit enseignants sur dix ont choisi le métier par conviction. Il existe également un lien entre l’ancienneté du chef d’établissement et les résultats des élèves quel que soit le niveau. D’ailleurs, dans le primaire, 25% des chefs d’établissements, disposent d’une ancienneté supérieure à 10 ans.
    L’influence de l’établissement scolaire est également analysée. Il en ressort que le manque d’incivisme et les actes de vandalisme ont un impact sur le rendement des élèves. Le tiers des écoles dont les élèves ont participé au programme national d’évaluation des acquis souffre d’actes de vandalisme.


    http://www.leconomiste.com/
     

Partager cette page