FC Barcelone 1-0 Shakhtar Donetsk : L'ombre d'un doute

Discussion dans 'Uefa competitions' créé par simo160, 30 Août 2009.

  1. simo160

    simo160 Accro Membre du personnel

    J'aime reçus:
    100
    Points:
    48
    Voyage au bout de l'ennui à Monaco pour la Super Coupe d'Europe remportée sans brio par le Barça en prolongation face à une équipe de Donetsk plus que limitée.

    Les faits et le jeu
    Cinquième trophée de l’année civile pour le Barça, le second de la saison 2009-2010, mais ce fut difficile. Sur une pelouse lamentable, dans un stade sans âme, avec piste d’athlétisme et tribunes minuscules (à quand un vrai stade de foot pour ce trophée ?) les Catalans ont dû attendre la seconde période de la prolongation pour faire la différence grâce à une passe de Messi et un tir de Pedro (115ème minute), déjà décisif en Super Coupe d’Espagne aller à Bilbao.

    [​IMG]

    Opposés à des Ukrainiens aussi bien organisés que médiocres techniquement, les Barcelonais ont bafouillé leur football pendant près de 120 minutes. Statiques, les joueurs de Guardiola ont eu toutes les peines du monde à se créer des occasions. Malgré une possession de balle supérieure à 75 % en première période, le Barça n’est pas parvenu à se montrer dangereux si ce n’est par des frappes non cadrées déclenchées en dehors de la surface. Une misère. La seconde période fut du même acabit avec toujours cette accumulation stérile de corners (plus d’une douzaine) et de passes latérales à 50 mètres des cages adverses. Quant à la prolongation ce fut encore pire avec quelques incursions ukrainiennes qui auraient pu faire mouche (merci Valdes et Puyol !). Tous les fondamentaux catalans ont visiblement été laissés à la maison : pas de pressing, pas de bloc équipe, pas de mouvement. Dans ce néant, il n’y a guère que Messi qui a émergé un peu, par sa capacité à amener de la vitesse, de la verticalité et surtout du danger. Mais l’Argentin était seul, bien seul. On mettra ça sur le coup du fameux « jour sans ».

    Plus inquiétant est le fait que faute de véritables solutions de rechange, Pep n’a utilisé qu’avec parcimonie la carte du coaching. Ibrahimovic n’a cédé sa place à Pedro qu’à la 79ème minute, tandis que Bojan et Busquets n’ont foulé la pelouse qu’en prolongation, le premier à la place de Henry, le second à la place de Touré. L’équipe du triplé n’avait qu’un seul véritable talon d’Achille : son banc. On pensait que le mercato estival permettrait de muscler ce secteur. Hélas, le 31 août approche, et rien n’a changé. En l’absence d’Iniesta, Pep ne peut compter véritablement que sur Busquets ou Keita, deux joueurs besogneux mais incapables d’assurer une dernière passe. Quant à l’attaque, en dehors du trident titulaire, les solutions s’appellent Pedro et Bojan. Bref aucun joueur de classe internationale dans le secteur offensif n’est à la disposition du coach en cas de pépin d’un titulaire. Or Iniesta, Messi, Henry voire Ibrahimovic ne sont pas réputés pour leur solidité…

    Pourtant le Barça a recruté. Et très cher même avec l’échange Eto’o-Ibra (50 millions et des poussières…) et la dernière folie ukrainienne de Pep nommée Chygrynskiy. Bien que devant s’entendre dans le long terme (le joueur n’a que 22 ans), ce transfert estimé à 25 millions d’euros a de quoi étonner. Voila que le Barça claque une fortune (le prix payé pour Henry ou Eto’o) pour un Ukrainien inconnu de 22 ans (aligné titulaire d’ailleurs de façon assez étrange par Lucescu lors de cette Super Coupe) dont le statut sera celui d’être remplaçant du remplaçant en défense centrale, Piqué, Puyol et Marquez étant déjà trois pour deux places (sans compter Abidal). On peut comprendre que Pep ne souhaite plus être obligé d’aligner Touré derrière comme ce fut le cas l’an passé, mais tout de même, il y a sans doute d’autres priorités que ce match a encore mis en évidence…

    Ce Barça 2009-2010 est-il ainsi armé pour défendre convenablement tous ses titres acquis l’an passé ? Le doute est permis, mais il est trop tard pour trouver des solutions autre que la cantera. Toujours elle. Encore elle. La jeunesse, solution de tous les maux, l’avenir le dira.


    Les joueurs
    Valdes : 6,5
    Pas grand-chose à faire pendant 90 minutes. Décisif par la suite sur la seule véritable occasion du Shakhtar.

    Alves : 5
    Moins en vue que contre Bilbao. Il a peu combiné avec Messi ou Xavi. Peu de centres et des frappes généralement loin du cadre. Un coup franc lamentablement tiré, comme c’est hélas devenu l’habitude.

    Piqué : 6
    Un match sérieux face à des attaquants remuants mais très faible techniquement. A fini sur les rotules. Moins propre que d’habitude dans la relance

    Puyol : 6,5
    Ultra combatif, il n’a rien lâché et a effectué plusieurs retours salutaires.

    Abidal : 5,5
    Match sans histoire.

    Touré : 5
    Il a plongé physiquement au fur et à mesure que le temps s’écoulait. Moins impérial qu’à l’accoutumée sur les seconds ballons et dans les duels. Remplacé par Busquets en prolongation.

    Xavi : 4,5
    Il a joué trop bas pour véritablement influer sur le jeu. Pas à la fête avec pas mal de mauvaises passes.

    Keita : 4
    C’est le milieu qui joue le plus près des attaquants, or son apport offensif est proche de zéro. On se répète de match en match avec le Malien : un type sympa pour faire le minimum (jouer à deux mètres et si possible en retrait), mais jamais pour amener un plus et tirer l’équipe vers le haut. Vivement Iniesta…

    Messi : 7
    Le rayon de soleil dans ce match apathique. Passeur décisif. Une vraie rage de vaincre.

    Ibrahimovic : 4
    Match peu convaincant. Sevré de ballon en première mi-temps, il fut quasi invisible. En seconde mi-temps il a gâché deux bonnes situations, l’une en allant chercher la frappe, l’autre en allant chercher la faute. Très insuffisant, mais il n’a que deux matchs dans les jambes avec ses nouveaux partenaires.
    Remplacé par Pedro qui une nouvelle fois a été aussi décisif que faiblard dans le jeu. Ne nous enflammons pas…

    Henry : 3,5
    Prestation vraiment très médiocre. Lent, emprunté, inefficace, maladroit, on pourrait empiler les épithètes. Deux frappes lointaines comme seul bilan positif. Du Henry cru 2008, celui qui tâche la nappe et que l’on ne veut plus avoir à goûter.
    Remplacé par Bojan qui n’a rien révolutionné.


    Fiche technique :
    FC Barcelone : Valdés ; Alves, Piqué, Puyol, Abidal ; Touré (Sergio Busquets, min. 101), Xavi, Keita ; Messi, Henry (Bojan, min. 97), Ibrahimovic (Pedro, min. 79).

    Shakhtar Donetsk : Pyatov ; Srna, Kucher, Chygrynskiy, Rat ; Gai (Kobin, min. 78), Hübschman, Ilsinho, Willian (Aghahowa, min. 93) ; Fernandinho (Jadson, min. 77) y Luiz Adriano.

    Arbitre : Frank de Bleeckere (Bel).
    Avertissements : Ilsinho (min. 54), Srna (min. 64), Kucher (min. 89), Messi (min. 89), Pedro (min. 108).

    But : 1-0, min. 115 : Pedro.


    fcbarcelonaclan

     

Partager cette page