FC Barcelone 1-2 Espanyol Barcelone : coup d'arrêt

Discussion dans 'Espagne' créé par simo160, 24 Février 2009.

  1. simo160

    simo160 Accro Membre du personnel

    J'aime reçus:
    100
    Points:
    48
    Défaite douloureuse des blaugranas à domicile face aux blanquiazuls. Le Barça perd Abidal et se prépare bien mal pour la rencontre de mardi contre Lyon.

    Les faits et le jeu

    Un derby n’est jamais un match comme les autres et le derby barcelonais, un des plus chauds de la planète, ne contredit généralement pas cette règle. Le déplacement des blaugranas à Lyon mardi prochain ne poussait pas Guardiola à faire souffler quelques cadres et pour cause : Madrid revient très fort depuis que Juande Ramos a pris les rênes de l’équipe. Les merengues n’ont en effet plus perdu depuis un certain… Real-Barça le 13 décembre. 8 victoires consécutives pour les coéquipiers de Raul qui ont même réussi à grapiller 2 points à leurs rivaux catalans la semaine passée lorsque le Barça a concédé un nul sur les terres du Betis.

    Guardiola décidait donc d’aligner son équipe type, exception faite de Keita (dans l’équipe) et Puyol (non titulaire par mesure de précaution). On retrouvait derrière le quatuor Abidal-Marquez-Piqué-Alvés. Dans l’entrejeu, en l’absence d’Iniesta, blessé, Keita retrouvait une place de titulaire aux côtés de Touré et Xavi. Enfin, on avait du très logique devant avec le trident Henry-Eto’o-Messi.

    Les blaugranas débutent leur rencontre comme il est de coutume : dans la moitié de terrain adverse. Les hommes de Guardiola maîtrisent bien le cuir et font tourner le ballon sans toutefois parvenir à se montrer dangereux. À l’issue du premier quart d’heure, ils parviennent cependant à se procurer une énorme occasion lorsque Messi côté droit adresse un centre ultra précis à Henry dont la reprise de tête passe au-dessus de la barre de Kameni. Une occasion en or gâchée qui laissera un goût amer par la suite…


    À la 22 ième minute, le premier tournant de la rencontre survient lorsqu’Abidal est obligé de quitter la pelouse à la suite d’une blessure aux adducteurs. Puyol, tout juste revenu de blessure, est désigné pour remplacer le français.



    Les premières grosses tensions entre les deux gros rivaux barcelonais surgissent à la suite d’une obstruction de Luis Garcia sur Messi. Le public blaugrana gronde, le banc blaugrana s’énerve et Busquets se prend un carton jaune, retiré quelques instants plus tard. Ce climat de tension allait se montrer fatal à Keita, expulsé quelques minutes plus tard pour un tacle sur Moises. La sanction ultime est indubitablement très sévère mais il faudra faire avec. Réduits à dix, c’est un tout autre match qui va débuter. Bien que globalement maîtres du cuir, les blaugranas ne parviennent pas à développer leur jeu habituel, freiné par les nombreuses fautes et gestes d’anti-jeu des pericos.

    Au retour des vestiaires, Henry est sacrifié pour Busquets au nom du rééquilibre tactique. À la 49ème minute, c’est un véritable coup de massue qui s’abat sur la tête des azulgranas qui encaissent un but : Nene côté gauche tourne en bourrique Piqué et parvient à centrer pour De La Pena qui de la tête fusille Valdés. 0-1 (49’). Complètement abasourdis par ce but, les blaugranas ne savent plus où donner de la tête. Comme face à Osasuna début janvier, ils perdent les pédales et encaissent un second but seulement 4 minutes plus tard. Cette fois, ce n’est pas toute l’équipe qui est responsable mais un joueur seulement : Victor Valdés. Le gardien catalan relance involontairement dans les pieds de… De La Pena. Des 20 mètres, l’ex pensionnaire du FC Barcelone place un lob astucieux qui ne laisse aucune chance à Valdés. 0-2 (54’).

    Piqués à vif, les blaugranas réagissent par l’intermédiaire de Touré. A la suite d’un coup franc, l’ivoirien récupère la balle et envoie un boulet de canon à Kameni. 1-2 (62’). On croit alors que le Barça va se ressaisir et entamer une remontada, comme la semaine passée face au Betis ou encore voila quelques semaines face au Racing. La réalité du terrain sera malheureusement différente. Peu inspirés, en manque de repères, les blaugranas n’arrivent pas à défaire le piège que leur a tendu l’Espanyol. Comme si la situation n’était déjà pas assez compliquée, Guardiola décide d’en rajouter en sortant Eto’o pour le faible Gudjohsen. Incompréhensible ! Le technicien blaugrana n’en reste pas là puisqu’il place également Busquets en position d’attaquant (c’est Keita qui sera content...). Bref, une gestion tactique sans queue ni tête qui n’arrange naturellement pas les choses et qui renvoie les 2 équipes au vestiaire sur ce score final de 2-1 pour les visiteurs.



    Rien de bien rassurant avant d’aller affronter les lyonnais, victorieux 2-0 contre Nancy et qui entreront mardi sur leur pelouse le moral gonflé à bloc. Dans le football, les signaux qu’envoient les clubs à leurs adversaires ont parfois une importance critique. Le signal envoyé par Barcelone à Lyon n’est pas des plus rassurants. Guardiola a maintenant 3 jours pour booster ses troupes et faire de ce match un simple incident de parcours. Espérons que la défaite de ce soir ne constitue pas un tournant à cette saison si bien engagée. Les barcelonais sont à moment charnière de la saison : mardi se joue la ligue des champions face à Lyon, suivie par un déplacement difficile au Vicente Calderon pour affronter l’Atletico puis par la demi-finale retour de Copa Del Rey face à Mallorca. Inutile de préciser qu’en cas de mauvais résultats, le Barça compromettrait gravement ses chances de réaliser une bonne saison : la Copa pourrait être perdue, la qualification pour les quart de finale de ligue des champions compromise et le Real reviendrait à 4 points avec un match retour au Bernabeu à jouer (réduisant potentiellement à un point l’écart).
    Selon le principe du verre à moitié plein, l’on pourrait également voir les choses différemment : le Barça est leader de la Liga avec 7 points d’avance, il est en huitièmes de finale de ligue des champions et est bien placé pour se qualifier pour la finale de Copa. C’est selon…

    Les joueurs

    Valdés : 4 Il a choisi un mauvais moment pour choisir "sa" bourde annuelle de la saison.

    Abidal : non noté. Remplacé par Puyol (24’). Le capitaine blaugrana ne s’attendait pas à rentrer aussi tôt dans la rencontre, et encore moins en tant que latéral gauche. A vécu un match difficile.

    Marquez : 5 Peu tranchant et manquant d’autorité dans les duels, Rafa n’a pas connu sa meilleure soirée.

    Piqué : 5 Performance très moyenne du canterano. On apprécie son positionnement très haut, particulièrement ce soir, motivé par une volonté d’aider ses coéquipiers en difficulté. Se fait balloter sur le premier but.

    Alvés : 5.5 N’a pas pesé sur la rencontre comme il en a l’habitude. A également très peu combiné avec Messi.

    Touré : 6.25 Un match solide de l’ivoirien, auteur d’un joli but et qui a bien ratissé au milieu de terrain.

    Xavi : 4.5 Peu en vue et en manque d’inspiration, le vice-capitaine est passé à côté de son match. Dans ce genre de matches engagés physiquement, il a l'habitude de manquer d'impact.

    Keita : 3 le malien a une fois de plus livré une performance transparente, ponctuée par une expulsion sévère.

    Messi : 5.75 Il a été à l’origine de la majeure partie des occasions de son équipe mais a montré un rayonnement bien loin de son meilleur niveau.

    Eto’o : 5.5 Le camerounais a eu peu de ballons à négocier, la faute à un milieu de terrain jouant anormalement bas qui n’a pas pu l’alimenter en bons ballons. Remplacé par Gudjohnsen (65’) qui livre une prestation pathétique comme la plupart du temps cette saison.

    Henry : 4 A raté deux très grosses occasions en première période. C’est d’autant moins pardonnable que son équipe n’a plus eu d’opportunités de marquer par la suite. Remplacé par Busquets (45’). Le jeune premier de la cantera joue la moitié de la seconde période en avant centre. Inutile de préciser que cette décision « hautement stratégique » n’a pas eu l’effet escompté.

    Fiche Technique

    FC Barcelone: Valdés; Alves, Piqué, Márquez, Abidal (Puyol, 22'); Xavi, Touré, Keita; Messi, Eto'o (Gudjohnsen, 65') et Henry (Busquets, 45').

    RCD Espanyol: Kameni, Sergio Sánchez, Pareja, Jarque, David García; Moisés, Nené (Tamudo, 88'), Angel (Román, 36'); De la Peña (Nené, 71'), Luis García et Iván Alonso.

    Buts:
    0-1, De la Peña (49')
    0-2, De la Peña (54')
    1-2, Touré (62')


    fcbarcelonaclan
     

Partager cette page