FC Barcelone 2 - 1 Atletico Madrid

Discussion dans 'Barça' créé par simo160, 16 Janvier 2009.

  1. simo160

    simo160 Accro Membre du personnel

    J'aime reçus:
    100
    Points:
    48
    Victorieux à l'aller (3-1) comme au retour (2-1), le Barça se qualifie sans encombre pour les quarts de finale de la coupe du Roi. Il y retrouvera l'Espanyol !

    Les faits et le jeu
    Pouvant s’appuyer sur le confortable résultat du match aller à Calderon (3-1), Guardiola avait décidé de poursuivre sa politique de rotation entamée depuis le début de l’année 2009. Sur les onze joueurs alignés d’entrée à Pampelune, on ne retrouvait que Dani Alves et Sergi Busquets. Dans les cages Pinto remplaçait Valdes, tandis que la défense en plus de Alves était constituée de Sylvinho et Caceres, dont les temps de jeu ont été depuis le début de la saison très maigres, et de Marquez qui avait été absent ces derniers jours du fait d’une suspension et de problèmes musculaires. Au milieu, Touré, qui avait débuté sur le banc samedi dernier, retrouvait sa place de pivot épaulé par Busquets et par Gudjohnsen que l’on avait plus recroisé depuis le match de reprise contre Majorque. Devant Hleb qui était resté à la maison samedi accompagnait Iniesta et Bojan. Paradoxe de ces rotations, l’équipe de ce soir était au final assez proche de celle qui avait gagné au match aller (8 joueurs en commun). Une différence de taille devait néanmoins être notée puisque Messi auteur d’un triplé à Calderon était laissé sur le banc.



    Le match débutait avec un Barça maître du ballon et qui combinait bien. Au bout d’une soixantaine de secondes, à la suite d’un jeu à une touche de balle entre Busquets, Gudjohnsen et Iniesta, Hleb héritait du ballon à l’entrée de la surface mais sa frappe mal ajustée passait assez loin du cages défendues par Grégory Coupet. Le jeu était fluide et rapide avec un minimum de touches de balle ; Les coiffeurs ne déméritaient donc pas en ce début de match bien au contraire.

    Ils auraient d’ailleurs même pu ouvrir la marque rapidement, puisqu’à la suite d’un coup franc botté par Alves à la 6ème minute, Busquets expédiait une tête puissante que Coupet d’une splendide parade repoussait sur un Barcelonais qui fort heureusement pour les Colchoneros était signalé en position de hors-jeu. Malgré l’absence de Messi, le jeu se déroulait essentiellement à droite avec un Alves en jambe et un Hleb très convaincant.

    Les minutes passaient avec toujours une très belle domination blaugrana. Le onze aligné par Pep Guardiola faisait preuve d’une envie et d’une énergie assez bluffante pour un match qui aurait pu être un peu « lâché » du fait de la marge offerte par le match aller. Visiblement chaque joueur catalan avait à cœur de prouver sa valeur au coach. A la 16ème minute c’était ainsi au tour de Gudjohnsen de se montrer dangereux en reprenant de volée un corner d’Alves. Puis à la 20ème minute, c’est Bojan qui se mettait en évidence en manquant un duel face à Grégory Coupet ; le jeune canterano avait bénéficié pour cela d’une très bonne récupération de Hleb qui en l’espace de 20 minutes venait de montrer plus de choses qu’en 6 mois de compétition.

    Etouffé, l’Atletico était inexistant et se contentait de résister bon an mal an aux vagues blaugrana. Pourtant c’est lui qui allait ouvrir le score par Sinama Pongolle, lequel profitait d’un incroyable laxisme de la défense barcelonaise pour reprendre sans trop de pression de la tête un coup franc de Simao. 1-0 pour les visiteurs, contre le cours du jeu, c’est le moins qu’on puisse dire, mais ce n’est pas la première fois que le Barça montre des lacunes sur coup de pied arrêté. Des lacunes qui se payent souvent cash comme ce soir.

    Heureusement, la défense madrilène aime elle aussi faire des cadeaux. Ainsi à la 29ème minute, Bojan se faufilait sans effort dans la surface adverse pour égaliser de la tête en reprenant un joli centre de Sylvinho. Les trois défenseurs des Matelassiers ne pouvaient que se féliciter d’avoir si parfaitement rempli leur fonction de plot d’entraînement…


    Le dernier quart d’heure de cette première mi-temps allait quant à lui être marqué par un « show » Caceres. A la 34ème minute, l’Uruguayen ratait tout d’abord sa passe latérale à destination de Marquez, et offrait ainsi une opportunité en or à Agüero, lequel visiblement surpris d’une telle offrande n’en profitait pas en redonnant le ballon d’un contrôle raté à Pinto.
    La tête dans le sac, Caceres récidivait quelques minutes plus tard avec cette fois-ci un contrôle qui profitait à Simao qui aurait pu inscrit le second but de l’Atletico sans un sauvetage sur sa ligne de Marquez.

    A ces deux énormes alertes, le Barça répondait par Alves qui d’un bel enchaînement poitrine volée (à la suite d’une ouverture de Gudjohsen) mettait Coupet une nouvelle fois à contribution. Du tac au tac, Madrid répondait par une frappe très dangereuse de Raul Garcia. La maîtrise catalane du début de match n’était plus qu’un lointain souvenir, malgré la permutation des positions entre Iniesta et Gudjohnsen afin de permettre au Manchego de prendre les manettes du milieu de terrain. L’arbitre sifflait enfin la fin du premier acte, non sans avoir laissé à Alves le soin de contraindre Coupet à relâcher son coup franc excentré et tiré en force.

    Au retour des vestiaires, le match ne mettait pas beaucoup de temps à se relancer. Alors que le Barça avec Hleb venait d’apporter le danger dans la surface madrilène, Agüero enclenchait une contre attaque supersonique face à une défense blaugrana très dégarnie, mais Caceres d’un superbe tacle annihilait les velléités de l’Argentin.

    Dans ce match décidément débridé, c’était ensuite à Bojan d’être en situation idéale dans la surface, mais sa frappe maladroite n’était pas cadrée (51’). Le même Bojan oubliait ensuite de servir Busquets dans la surface sur une jolie contre attaque amorcée par Gudjohnsen.

    La partie restait très ouverte et disputée avec un jeu allant d’une surface à l’autre avec beaucoup d’espaces. L’heure de jeu arrivant, le coaching pouvait commencer à faire son entrée en scène. Côté Barça, Marquez cédait sa place à Puyol, avant que Messi et Agüero ne se croisent de loin, le premier remplaçant Hleb, le second quittant la pelouse sur une civière à cause d’une blessure.

    Les minutes défilaient jusqu’à un splendide festival d’Iniesta le long de la ligne de corner. Eliminant trois adversaires, il servait sur un plateau Busquets dont le plat du pied hélas ! se heurtait à un mur défensif madrilène. Ce n’était que partie remise puisque le cuir revenait dans les pieds de Gudjohnsen qui exécutait tranquillement Coupet (2-1, 76’).


    Contraint d’inscrire trois buts pour se qualifier, l’Atletico montrait alors sa face la plus sombre via son boucher de service Perea qui était à deux doigts de briser la cheville de Leo Messi. La fin de match perdait logiquement en intérêt avec un Barça très gestionnaire et un Atletico pressé de rentrer aux vestiaires.

    La suite de la compétition s’annonce chaude avec une double confrontation face à l’Espanyol. Si les rivaux locaux sont à la dérive en Liga, nul doute qu’ils vendront chèrement leur peau dans une compétition qui pourrait sauver en partie leur saison (en effet s’ils sont relégués, rien ne pourra la sauver…). Ce match sent d’autant plus la poudre que le match de l'automne dernier gagné par le Barça d’extrême justesse dans des conditions plus que houleuses est encore dans toutes les mémoires.


    Les joueurs
    Pinto : 6
    Il ne peut rien sur le but de Pongolle. Il a globalement fait son match sans être néanmoins particulièrement sollicité.

    Alves : 7
    L’un des Barcelonais les plus actifs sur la pelouse. Que ce soit offensivement ou défensivement, il a été omniprésent. Toujours un régal de le voir aussi disponible et aussi présent dans les duels et le pressing. Remplacé par Abidal en toute fin de match.


    Marquez : 5
    Pas en grande forme ce soir, à l’image de son coup franc expédié en tribune en seconde période. Il est très loin de Pongolle sur l’ouverture du score, et on l’a connu plus autoritaire dans les duels. Il sauve néanmoins la mise à la 37ème minute en sortant un ballon de but de Simao. Remplacé après l’heure de jeu par Puyol.

    Caceres : 3,5
    Une catastrophe. Il a failli coûter deux buts idiots à l’équipe à un moment où cela aurait rendu les choses vraiment compliquées. La plupart du temps à la ramasse dans les duels notamment face à Aguero, on peut néanmoins lui faire crédit d’un bon tacle en début de seconde période. Il a un côté jeune chien fou très insécurisant. Depuis le début de saison il ne convainc personne.

    Sylvinho : 6
    Il offre le ballon de l’égalisation à Bojan. Ce sera toutefois son seul centre bien ajusté du match. Prudent globalement dans ses montées, il a rarement été dépassé défensivement par les attaques madrilènes. Un match sérieux.

    Touré : 6,5
    Toujours aussi vorace dans la récupération et imposant dans la conservation de balle, il a été parfois assez maladroit dans la relance, notamment quand il a essayé de mettre de la verticalité.

    Busquets : 6,5
    Plus offensif que lors du déplacement à Pampelune du fait de la présence de Touré, il a confirmé à nouveau qu’il est bourré de qualité. Techniquement c’est très fort, ce qui lui permet de ne pas paniquer et de chercher et trouver à chaque action la meilleure solution disponible. Un peu en dedans néanmoins dans les duels.

    Gudjohnsen : 6,5
    Moins maladroit que lors de ses précédentes sorties, il a souvent été à l’origine des bons mouvements catalans. Buteur opportuniste.


    Hleb : 6
    Il a débuté son match sur les chapeaux en roue en alliant vivacité, explosivité et précision. Hélas ! il est petit à petit revenu à un niveau de jeu plus habituel avec des dribles empruntés et des passes brouillonnes. Remplacé par Messi qui, en plus de se faire découpé par Pernia, a tenté d’impulser un peu de vitesse en fin de match sans grand résultat.

    Bojan : 6
    En net progrès par rapport à ses précédentes prestations. Moins de déchet et plus de disponibilité. Et puis un but aussi. Il a toutefois pas mal vendangé devant le but ou au moment de faire la dernière passe.

    Iniesta : 7
    Très actif à gauche ou au milieu, il s’est permis de mystifier la défense madrilène sur l’action du second but.


    Fiche technique :
    FC Barcelone : Pinto; Alves (Abidal, 84'), Cáceres, Márquez (Puyol, 65'), Sylvinho; Busquets, Touré, Gudjohnsen; Hleb (Messi, 71'), Bojan, Iniesta.

    Atlético Madrid : Coupet; Antonio López, Pablo, Perea, Pernía; Camacho (Luis García, 45'); Ever Banega, Raúl García, Simao; Sinama Pongolle, Kun Agüero (De las Cuevas, 72').

    Arbitre : Mejuto González.
    Avertissements : Raúl García (24'); Camacho (35'); Toure (63'); Perea (78')

    Buts :
    0-1, Sinama Pongolle (24')
    1-1, Bojan (29')
    2-1, Gudjohnsen (76')
     

Partager cette page