FC Barcelone 3-0 Athletic Bilbao: les catalans ont toujours faim

Discussion dans 'Espagne' créé par simo160, 25 Août 2009.

  1. simo160

    simo160 Accro Membre du personnel

    J'aime reçus:
    100
    Points:
    48
    À domicile et sous la houlette d'un excellent Messi, les blaugranas ont récolté leur quatrième titre de l'année 2009 et le premier de l'actuelle saison. De bon augure pour les prochaines échéances...

    Les Faits et le Jeu
    À l'aube de la saison 2009-10, deux questions de grande importance taraudaient l'esprit des culés. La première: le Barça peut-il rester compétitif sans s'être renforcé à l'intersaison ? Les deux seules recrues (Zlatan et Maxwell) de l'été sont en effet venues remplacer des départs (Eto'o et Sylvinho). Quand on connaît la profondeur du banc azulgrana la saison passée, tous les doutes sont permis pour la présente saison.
    La seconde inquiétude des culés concernait l'état de motivation et de fraîcheur mentale des troupes blaugrana: après un triplé retentissant et quasi-irréel, où les barcelonais allaient-ils puiser leur motivation dorénavant ?

    S'il est impossible de répondre à la première interrogation dès aujourd'hui (la profondeur de banc se jugeant sur toute une saison et non sur un match), l'on peut déjà apporter un début de réponse à la seconde inquiétude: les blaugranas ont encore faim et affichent une motivation intacte, en atteste leur grosse performance ce soir au Camp Nou.
    À l'occasion du premier match officiel de la saison au Camp Nou, Pep décidait de sortir l'artillerie lourde et plaçait sur le terrain les meilleurs joueurs disponibles, histoire de montrer qu'il ne prenait pas la rencontre à la légère.
    Devant Valdés, on retrouvait le quatuor Maxwell-Puyol-Piqué-Alvés. Dans l'entrejeu, le trio Touré-Xavi-Keita était aligné tandis qu'Ibrahimovic connaissait sa première titularisation, accompagné de Messi à droite et Henry à gauche.

    Le Barça débute sa saison de la même manière qu'il a terminé la précédente: dans la moitié de terrain adverse. Le bloc barcelonais ne semble absolument pas perturbé par les deux nouvelles recrues dans son 11. De fait, la première grosse alerte pour les basques intervient dès la 5ème minute: Alvés côté droit place un centre sur la tête de Zlatan: celui-ci est proche de tromper Iraizoz qui parvient tout de même à détourner en corner. Les basques sont prévenus.

    [​IMG]

    Multipliant les jeux en triangle et les dédoublements latéraux, les hommes de Pep se montrent constamment dangereux dans la surface adverse. Et, passée la première vingtaine de minutes, les alertes se multiplient : Henry d'une belle tête sur un coup franc de Xavi, Messi à la réception d'une passe laser du même Xavi, Touré Yaya à la suite d'une superbe infiltration côté droit ou encore Piqué sur une frappe repoussée par Iraizoz ne parviendront toutefois pas à ouvrir la marque.
    De son côté, Zlatan, auteur d'une première mi-temps discrète mais parsemée ça et là d'éclairs de génie, donne aux spectateurs un léger avant-goût de ce que pourrait être cette saison: à la réception d'une longue ouverture de Messi, le suédois amortit de la poitrine et réalise un spectaculaire retourné difficilement dévié par Iraizoz. Un geste technique délicieux qui aurait mérité meilleur sort. Malgré de multiples autres occasions, les blaugranas retrouvent les vestiaires sur un score vierge.

    Dès le retour de pause, les catalans mettent le pied sur l'accélérateur. Seulement 5 minutes après la reprise, ils ouvrent la marque sur une remarquable action à 3: Xavi trouve Zlatan qui repique instantanément vers Messi à droite. L'argentin élimine un défenseur basque et trompe Iraizoz. 1-0 (49'). Ce but illustre parfaitement le rôle que pourrait avoir Zlatan cette saison: un rôle de fixation de la défense adverse lui permettant, à une touche de balle, de faire jouer les attaquants excentrés (Messi, Henry) ainsi que les milieux relayeurs. Un but redoutable d'efficacité et somptueux d'esthétisme qui ouvre les portes à un nouveau style de jeu à Barcelone. Et c'est tant mieux...

    Libérés par l'ouverture du score, les barcelonais déroulent le reste de la mi-temps et ne lâchent plus le ballon. En face, les basques font de la figuration avec un seul objectif en tête: survivre à cette expédition ô combien périlleuse et ne pas se prendre une goleada. Malheureusement pour eux, goleada, il y aura.

    67 ième minute: alors que Zlatan met le ballon dans les filets, l'arbitre indique le point de pénalty pour une faute commise une seconde auparavant sur Alvés. Messi le transforme de manière imparable. 2-0 (67'). Assuré de la victoire finale, Guardiola décide de faire tourner son effectif et rentre 3 joueurs en l'espace de 3 minutes: Bojan (pour Ibrahimovic, ovationné par le public), Pedro (pour Henry) et Busquets (pour Piqué).


    Malgré les changements, la physionomie de jeu n'a toujours pas changé et les blaugranas continuent à dominer leurs adversaires de la tête et des épaules. Des adversaires qui jouent sous une pression insoutenable, tellement insoutenable qu'un défenseur basque flanche inexpliquablement en ratant sa passe en retrait. Bojan, en vieux renard des surfaces, dérobe le ballon, élimine Iraizoz et s'en va inscrire son premier but en compétition officielle de la saison en toute tranquillité. 3-0 (71').
    Les 20 dernières minutes voient les catalans conserver le ballon et se contenter de le faire tourner. Les basques, heureux de cette trève, ne montrent aucune velléité offensive. Le score en restera finalement là. Tableau final: une possession de balle dépassant les 65 %, 19 tirs dont 11 cadrés ainsi que 8 corners. Des statistiques de champion: Madrid est déjà prévenue.


    Les Joueurs
    Valdés: non noté: Chômage technique total pour le portier catalan. Un chômage à plusieurs millions d'euros d'indemnité l'année, qui dit mieux ?

    Maxwell: 6 Discret en première mi temps, le brésilien a relevé la tête en seconde période et a étalé une partie de son bagage technique. A établi un bon équilibre entre les tâches défensives et offensives. Collaboration prometteuse avec Henry.

    Puyol : 6.5 Difficile de lui mettre plus au vue du peu de danger apporté par les basques dans la surface catalane. Un match sérieux et engagé mais également un jaune stupide sur une faute inutile.

    Piqué: 6.75 Des relances délicieuses et un jeu long exquis. L'ex canterano confirme qu'il sera bien le défenseur numéro un du Barça cette saison. Remplacé par Pedro à la 76'.

    Alvés: 7.25 Une activité débordante pour un volume de jeu exceptionnel. Entente diabolique avec Messi.

    Touré: 7 Un monstre de physique au milieu d'un océan de sérénité. L'ivoirien, probablement sur les conseils de Pep, jouera probablement un rôle plus offensif cette saison, sans pour autant quitter son rôle de pivot. Une incursion côté droit de toute beauté. A fini en défense centrale après la sortie de Piqué. Attention aux nerfs qui lâchent !

    Xavi: 7.5 Monsieur Propre a été fidèle à son jeu: peu ou pas de ballon perdu, une régulation du jeu catalan de tous les instants et des mises sur orbite d'extra-terrestre. On attend avec impatience le retour d'Andrés pour voir à l'oeuvre le duo magique de la saison dernière.

    Keita: 6 Lui aussi très propre dans son jeu. Une quantité de déchets en nette regression par rapport à la saison passée. Plus impliqué dans l'entrejeu, plus présent physiquement et dans le pressing et moins souvent vu en position d'avant centre. Une perf encourageante sur la droite lignée de sa bonne pré-saison.

    Henry: 6.5 Il a peut être trouvé en Maxwell le latéral gauche qu'il lui fallait. Le brésilien joue relativement haut (comparé à Abidal), ce qui permet au français de commencer ses courses plus haut et donc de parcourir moins de distance avant d'arriver dans la surface de réparation. A 32 ans, ce n'est certainement pas un luxe. L'entente Henry-Maxwell, si elle se confirme, pourrait devenir un point fort de plus du jeu blaugrana. Quand on connait la "folle" alchimie Abidal-Henry, on ne peut que se réjouir de cette bonne nouvelle. Remplacé par Busquets à la 75'

    Messi: 8 Une performance messiesque, comme à l'accoutumée.

    Ibrahimovic: 6.5 Une première rencontre officielle très encourageante pour le géant suédois. On a d'ors et déjà eu un aperçu de ce que son jeu tout en déviation (ainsi que sa technique fabuleuse) peut apporter de différent au jeu blaugrana. Quelques ballons perdus, quelques occasions croquées ainsi qu'un placement douteux en première période sur plusieurs séquences mais... cela reste anecdotique. Tous les points négatifs pré-cités ne sont qu'une question de réglage. Performance plus qu'encourageante dans le fonds et une entente avec Messi qui promet des étincelles. On sent un TRÈS gros potentiel qui ne demande qu'à être libéré. Passeur décisif sur le premier but. Remplacé par Bojan (71'), auteur d'un but plein d'opportunisme.


    Fiche Technique
    FC Barcelone: Valdés; Alves, Puyol, Piqué (Pedro, min.76), Maxwell; Xavi, Touré, Keita; Messi, Ibrahimovic (Bojan, min.71) et Henry (Busquets, min.75).

    Athletic Club: Iraizoz; Iraola, Ustaritz, X. Etxebarria, Koikili; David López (Iturraspe, min.60), Orbaiz, Gurpegui, Gabilondo; Etxeberria (Toquero, min.56) et Díaz de Cerio (Ion Vélez, min.46).

    Arbitre: Velasco Carballo. Carton jaune pour X. Etxebarria (min.16), Puyol (min.21), Touré (min.34), David López (min.44), Toquero (min.63), Ustaritz (min.68) et Xavi (min.77).

    Buts: 1-0, min.50: Messi. 2-0, min.68: Messi. 3-0, min.72: Bojan.


    fcbarcelonaclan.com
     

Partager cette page