FC Barcelone 3-0 Valence: Un Messi taille Patron

Discussion dans 'Espagne' créé par simo160, 15 Mars 2010.

  1. simo160

    simo160 Accro Membre du personnel

    J'aime reçus:
    100
    Points:
    48
    En grandes difficultés en première période, le Barça a su réagir et l'emporter grâce à l'entrée d'Henry qui a pu libérer le potentiel de Messi, auteur du coup du chapeau.

    Les faits et le jeu
    Pep suspendu et dans les tribunes aux côtés de Txiki et Cruyff, c'est Vilanova qui revêtait les habits de premier coach de l'équipe pour co-diriger un des matchs clé de cette phase retour de Liga (26ième journée).
    Pour cette occasion, Pep décidait de revenir au traditionnel 4-3-3. Devant Valdés, on retrouvait le quatuor Alvés-Piqué-Milito-Maxwell. Une défense orpheline donc de Puyol, forfait de dernière minute après avoir ressenti des douleurs au dos. Busquets, Xavi et Iniesta étaient chargés de l'entrejeu tandis que Messi, Pedro et Bojan prenaient respectivement l'axe, la droite et la gauche de l'attaque.
    Le Barça montre un visage horrible en première période, un des pires qu'il nous ait été donné de voir au Camp Nou cette saison. Victimes d'un pressing monstrueux d'une équipe de Valence au bloc positionné très haut, incapables de relancer proprement, les catalans sont nettement dominés dans le jeu. Les Valencians sont quasiment les seuls à se procurer des occasions: c'est d'abord Dominguez qui s'illustre d'une belle tête à la réception d'un centre de Miguel (4'). Abandonné par sa défense, Valdés doit sortir le grand jeu pour stopper les tentatives des visiteurs. À la demi-heure de jeu, Banega puis Jordi Alba (tir de loin capté par Valdés) inquiètent la défense blaugrana, qui semble tenir bon grâce à un Valdés des grands soirs.





    Les catalans ont toutes les peines du monde à développer leur football. C'est devant que les choses sont vraiment difficiles: Messi esseulé dans l'axe touche très peu de ballons et ne reçoit quasiment aucun soutien de Bojan, totalement invisible ce soir. Pedro tente tant bien que mal d'apporter dans le jeu mais sa contribution reste également anecdotique. Tout comme Alvés dont le jeu comporta bien trop de déchets pour qu'il puisse se montrer décisif. Le Barça montre de grands signes de fébrilité, en atteste les multiples séquence de retour en arrière vers Valdés. Dans ce contexte, on attendait que les métronomes du milieu apportent quelque chose mais un Iniesta amorphe et un Xavi tout juste correct ne parviennent pas à prendre le jeu à leur compte. 0-0 à la mi-temps.
    Au retour des vestaires, le Barça apparaît remodelé: Henry a pris la place d'un Bojan pathétique mais surtout, les blaugrana repassent en 4-4-2. Ainsi, Iniesta reprend le couloir gauche qu'il a souvent occupé ces derniers temps, laissant l'axe à Busquets-Xavi. Pedro recule d'un cran en occupant le poste de milieu droit tandis que Henry joue en pointe dans un rôle de pivot. Messi tourne autour de lui en second attaquant dans un registre très libre. Et là, les choses changent complètement, les catalans sont métamorphosés ! De fait, les valencians ne vont quasiment plus toucher le cuir, si ce n'est sur de rares contres. Messi est dangereux sur chaque prise de balle. Les hommes de Pep poussent très fort en ce début de seconde mi-temps et l'ouverture du score paraît inévitable. Elle se produit à la 56' lorsque Messi, dans un des jeux en soliste dont lui seul a le secret, élimine une partie de la défense valencianne à l'intérieur d'un mouchoir de poche pour tromper César d'un tir à raz de terre. 1-0 (56').

    La machine est définitivement lancée mais elle n'est pas encore à l'abri d'un retour des visiteurs. Un retour manqué à la 68' qui constituera de fait le second tournant du match (le premier étant l'entrée d'Henry et le repositionnement en 4-4-2): Zigic, tout juste entré en jeu et parti à la limite du hors-jeu se présente seul devant Valdés qui effectue un arrêt sublime. Connaissant l'état de fébrilité des troupes catalanes en ce moment, nul doute qu'un tout autre match aurait débuté si les valencians avaient pu inscrire ce but. Dans la foulée, Maduro est expulsé pour un second jaune après avoir fauché Messi. Les dieux du foot sont avec le Barça. Dés lors, on assistera à un match à sens unique dans lequel Messi et Henry font parler tout leur talent.

    81': une longue transversale d'Henry à destination de Messi voit celui-ci réaliser un superbe contrôle en mouvement, se remettre sur son bon pied et placer une sublime frappe enroulée qui crucifie César pour la seconde fois de la soirée. 2-0. Les catalans traversent une période d'extase dans le jeu, ponctuée par un troisième et dernier but: Henry en pivot reçoit un ballon haut qu'il amortit de la poitrine et remet instantanément pour Messi parti côté droit. L'argentin s'en va battre César du droit pour la 3ième fois de la soirée. 3-0 (83').



    Au final, le retour en seconde période au 4-4-2 tant stigmatisé ainsi que l'entrée d'Henry le mal aimé auront porté leurs fruits. Un coaching payant qui permet aux blaugrana de quitter le Camp Nou rassurés avant de recevoir les allemands de Stuttgart en milieu de semaine. Le visage montré en première période fût pitoyable, celui vu en seconde période magique, digne du meilleur Barça 2008-09.

    En regardant de plus près ce nouveau schéma tactique, force est de constater qu'il présente des alternatives intéressantes. Il part tout simplement du constat qu'Ibrahimovic n'a pour l'instant pas réussi sa migration Lombardie-Catalogne. Si Pep a changé son plan de jeu, c'est plus que probablement pour mettre le suédois dans de meilleures dispositions. En 4-3-3, l'ex intériste n'a jamais vraiment réussi à s'adapter. Isolé sur le front avant, incapable de se créer ses propres occasions comme le faisait Eto'o, il a plus ou moins échoué.

    Le passage en 4-4-2 avec Messi tournant autour du suédois était censé arranger ce 'bug', donnant au géant l'opportunité de recevoir plus de ballons à travers l'argentin plus près de lui dans la surface et donc inscrire plus de buts. L'idée de base: transformer le trident Ibra-Messi-Henry qui marque peu en un binôme Ibra-Messi qui marque beaucoup. Ca, c'était en théorie car en pratique, Zlatan ne semble pas mieux jouer avec ce nouveau système de jeu. Ce 4-4-2 (4-2-4 en phase offensive) ne fait toutefois pas que des malheureux, en atteste l'explosion de Messi depuis son adoption. L'argentin ne s'arrête tout simplement plus de marquer et est transcendé dans le jeu. Beaucoup ont décrié son repositionnement axial depuis le début de saison mais il faut bien avouer que l'entêtement de Pep à le faire jouer dans ce rôle s'est avéré payant.
    En jouant plus proche de la surface de réparation et en faisant parler son incroyable capacité à jouer dans des espaces ultra réduits, l'argentin marque tout simplement plus que le plus adroit des 9, et cela en jouant dans une position de 9 1/2. Difficile, très difficile de croire que l'argentin aurait autant marqué cette saison en jouant à droite.

    Conclusion logique: il fallait trouver une configuration de jeu pour permettre au Barça de marquer à peu près autant que la saison passée. La solution: Messi dans l'axe en second attaquant. Maintenant, ce nouveau schéma tactique ne fait pas que des heureux: Iniesta n'est que l'ombre de lui-même à gauche et le Barça perd en domination au milieu de terrain avec seulement Busquets-Xavi ou Touré-Xavi pour animer l'axe. Difficile donc de tirer des conclusions sur ce nouveau schéma tactique, il faudra encore attendre quelques rencontres pour se faire une meilleure idée et surtout permettre aux joueurs de s'y adapter. Une piste cependant semble intéressante à explorer: un binôme Messi-Henry. Le français, par sa mobilité, peut rendre ce système plus rentable, à condition bien sûr qu'il confirme ce qu'on a pu voir de lui ce soir.



    Les joueurs
    Valdés: 8 Véritable leader de l'équipe en première période où il porte l'équipe sur ses épaules grâce à de nombreuses interventions. Ultra décisif en seconde période sur l'occasion de Zigic. Du très grand Valdés.

    Maxwell: 4.5 Il avait fort à faire ce soir face au redoutable duo Miguel-Pablo Hernandez. Il n'a pas complètement pris l'eau (bien que sérieusement balladé) et c'est bien tout ce qu'on lui demandait. Un match très moyen tout de même.

    Milito: 5.5 Un match correct et sérieux.


    Piqué: 6 Sérieux lui aussi. Ce n'est pourtant toujours pas le défenseur flamboyant de la fin de saison dernière.

    Alvés: 6.25 Le volume de jeu était là mais comportait hélas bien trop de déchets avec de nombreux ballons perdus.

    Busquets: 5.5 Un match propre à défaut d'être brillant. Un bon positionnement et des relances correctes. C'est suffisant quand il évolue aux côtés de la doublette Xavi-Iniesta mais l'est-ce avec seulement un des deux ? Pas sûr.

    Xavi: 6 Bouffé en première mi-temps, il a sorti sa tête de l'eau en seconde période avec une meilleure présence offensive. Passeur sur le premier but.

    Iniesta: 5 Transparent en première mi-temps comme son compère Xavi, à peine mieux au retour des vestiaires dans un rôle de milieu gauche qui ne lui va décidément pas. Remplacé par Jeffren (86').

    Bojan: 3.5 Un non match tout simplement. Le peu de ballons qu'il a touché, il les a perdu ou n'en a rien fait. Remplacé par Henry (7.5) à la mi temps. Le français apporte tout de suite quelque chose de différent: brillant en pivot, il a constitué un formidable point d'appui pour Messi. L'explosion de l'argentin en seconde période n'est sûrement pas un hasard.

    Pedro: 5.5 A touché très peu de ballons en première période. Un rendement mi-figue mi-raisin.

    Messi: 9 Le meilleur joueur du monde ne semble plus vouloir s'arrêter, tant dans sa progression que dans le nombre de buts inscrits. Ses 45 dernières minutes sur le terrain fûrent parmi ses meilleures depuis qu'il joue en équipe première. Une facilité à déchirer les rideaux défensifs toujours aussi déconcertante. 22ème but en Liga, la barre des 30 semble désormais plus qu'accessible. Et dire qu'il n'est même pas un vrai 9. Remplacé sous les ovations par Touré (88').



    Fiche Technique
    FC Barcelona: Víctor Valdés; Alves, Piqué, Milito, Maxwell; Sergio Busquets, Xavi, Iniesta (Jeffrén 86’); Bojan (Henry 46’), Messi (Touré 88’) et Pedro.

    Valencia CF: César; Miguel, Maduro, Dealbert, Bruno (Baraja 77’); Pablo, Albelda (Fernandes 43’), Banega, Silva; Jordi Alba et 'Chori’ Domínguez (Zigic 65’).

    Arbitre: Muñiz Fernández (asturiano). Cartons jaunes: Ever Banega, Maduro (2, 69’), Dealbert, Bruno, Zigic et Piqué.

    Buts: 1-0, Messi (55’). 2-0, Messi (81’). 3-0, Messi (82’).


    source
     

Partager cette page