FC Barcelone 6-0 Malaga : Ils sont magiques !

Discussion dans 'Espagne' créé par simo160, 24 Mars 2009.

  1. simo160

    simo160 Accro Membre du personnel

    J'aime reçus:
    100
    Points:
    48
    Auteurs d'une prestation collective époustouflante, digne d'un jeu vidéo, les Barcelonais ont atomisé Malaga, l'équipe révélation de cette Liga. Le Barça reprend ses six points d'avance sur le Real. ​


    Les faits et le jeu
    Il y a des matches comme ça où les premières impressions ne trompent pas. Dès les cinq premières minutes de jeu, on a senti ce soir que le Barça allait être impitoyable. Pressing très haut allié à un jeu de passe ultra précis et varié, aussi vertical et rapide que possible : ces cinq premières minutes constituaient un excellent avant goût de ce que les Blaugrana allaient offrir à leur public ce dimanche et de ce que Malaga allait devoir subir ! Dès la 3ème minute, à la suite d’une action collective étincelante, c’est Iniesta qui ouvrait les hostilités d’une frappe non cadrée. Rapidement il était suivi de Henry (8’) puis de Xavi (9’). Malaga n’existait déjà plus et semblait commencer ses prières. Celles-ci portaient d’ailleurs leurs fruits à la 14ème minute avec un Henry qui manquait le cadre de la tête à la suite d’un bijou de centre de Daniel Alves.
    [​IMG]
    Ultra fluide, multipliant les passes et inventant sans cesse de nouvelles figures géométriques, le jeu catalan mettait les Andalous au supplice, et c’est Xavi, le maître d’oeuvre de l’entreprise de démolition en bleu et grenat qui finissait par trouver la faille : bien lancé par Eto’o dans la profondeur, il s’en allait tromper Goitia le portier andalou (1-0, 19’).

    La goleada pouvait commencer. Messi allumait la seconde mèche en découpant l’axe central de Malaga d’un double contact du pied gauche enchaîné d'une frappe du droit. Lucarne et 2-0 (25’), l’Argentin venait de sortir de sa boîte et d’illuminer le ciel catalan d’une nouvelle étoile.

    Hélas! dans la foulée le Barça perdait Yaya Touré. Touché sur un méchant tacle juste avant le but de Messi, l’Ivoirien cédait sa place à Keita. Il devrait néanmoins être remis pour le choc face au Bayern.

    Cette mauvaise nouvelle ne suffisait pas à enrayer la machine blaugrana. Auteurs de 10 tirs au bout d’une demi heure (zéro pour les visiteurs), les Catalans accéléraient encore et ajoutaient un troisième but avec Thierry Henry parti dans le dos de la défense sur un service trois étoiles de l’inévitable Xavi (3-0, 32’).

    Implacables dans le maniement du cuir, les Barcelonais n’étaient pas encore rassasiés et continuaient d’attaquer en multipliant les combinaisons et en osant des choses de plus en plus folles. Et après deux énormes coups de semonce signés Henry (frappe enroulée claquée en corner par Goitia, 40’) puis surtout Messi (face à face manqué avec le gardien, 42’), le quatrième but finissait par arriver. Xavi, encore lui, servait parfaitement Eto’o, qui bien qu’excentré réussissait à trouver de la place pour battre Goitia et débloquer son compteur en Liga, lui qui était resté muet depuis son doublé au Betis (4-0, 43’).



    Et c’est sur ce score de 4-0 ponctué d’une possession de balle surnaturelle de 76 % que le Barça regagnait les vestiaires.

    Alors qu’on aurait pu s’attendre à ce que le rythme retombe lourdement en seconde mi-temps, il n’en fut rien. L’ogre avait encore faim. Dès la 47ème minute, à la suite d’un festival de Xavi conclu d’une frappe puissante à l’entrée de la surface, Messi récupérait le ballon mais butait à bout portant sur le gardien.

    A propos de gardien, Valdes, spectateur de la première mi-temps allait avoir l’occasion de casser la règle implacable qui veut que le Barça encaisse un but sur la première frappe cadrée de son adversaire. Sur corner, il repoussait d’une magnifique parade sur sa ligne une tête andalouse qui aurait pu leur permettre de sauver l’honneur (49’).

    Piqué au vif par telle insolence, le Barça remettait les gaz. Et Iniesta d’une passe piquée prenait à revers toute la défense andalouse pour trouver la tête victorieuse d’un Dani Alves plus aérien que jamais (5-0, 50’).

    La « Manita » était là et elle allait même accueillir un sixième doigt sept minutes plus tard : à la suite d’un une-deux Iniesta Eto’o, le ballon revenait sur Sylvinho dont la frappe était péniblement repoussée par Goitia ; si péniblement que le ballon était récupéré par Thierry Henry qui servait dans un fauteuil Samuel Eto’o pour le doublé (6-0, 57’).



    Dès lors le coaching pouvait faire son entrée, forcé il est vrai par les blessures puisque Iniesta remplacé par Gudjohnsen (60’) sera out comme Touré pour quinze jours et que Xavi remplacé par Bojan (67’) est incertain pour le match de l’Espagne contre la Turquie.

    Ces changements déstabilisaient la belle mécanique et redonnaient de l’air à Malaga qui allait se montrer dangereux à plusieurs reprises, mais Caceres (retour décisif à la 68’, centre coupé à la 70’), et le duo Keita-Alves (73’) ainsi que Victor Valdes (74’) éteignaient les incendies et permettaient au Barça de garder sa cage inviolée pour la troisième fois d’affilée dans cette Liga.

    Le dernier quart d’heure voyait les vagues catalanes reprendre sur la cage de Goitia. Mais la maladresse et un soupçon de suffisance de Messi, Eto’o and co évitait à Malaga le naufrage vers l’abysse, malgré une dernière opportunité en or pour Bojan à la 90ème minute.

    Le score en restait donc là : 6-0.

    Avec 84 buts marqués, le Barça, en seulement 28 journées, a déjà inscrit quatre buts de plus que lors de la glorieuse saison 2005/2006. Sa différence de buts de + 60 parait de son côté venue d’une autre planète. Néanmoins la menace Real Madrid continue d’être là, à six points. Au Barça de garder le rythme et de perpétuer le triptyque suivant si bien appliqué ce soir : « Jugar, gustar y gagnar ! »



    Les joueurs
    Valdes : 7
    Au chômage technique en première période, il s’est employé de très belle manière après le repos pour conserver sa cage inviolée, avec notamment une magnifique horizontale à la 49ème minute pour sortir une tête andalouse consécutive à un corner.

    Alves : 7,5
    A son aise dans les duels et le pressing (malgré un jaune stupide), il a offert de jolis centres à ses attaquants et des solutions permanentes dans la largeur. Du très bon Dani Alves ce soir avec même un but astucieux pour conclure le tout.


    Marquez : 6,5
    Match tranquille pour le Mexicain. Impeccable sur l’homme et dans la relance.

    Caceres : 7
    Après une relance hésitante en début de match, il s’est bien repris et a surtout annihilé deux très belles actions andalouses en seconde périodes en montrant ses qualité de vitesse et d’explosivité. Il y a indéniablement un gros potentiel physique chez ce joueur. A charge pour lui de se canaliser…

    Sylvinho : 7
    Décidemment le vétéran Brésilien que l’on annonçait partant au mercato hivernal n’en finit plus d’épater. Bien que très peu utilisé depuis le début de saison, il a répondu à chaque fois présent, notamment depuis quelques semaines avec les blessures de Puyol et Abidal. Ce soir, il a même retrouvé une partie de la grinta offensive de ses plus belles années : dédoublements débordements, frappes. Chapeau.

    Touré : non noté
    Il se blesse sur un tacle assassin après une action personnelle de grande classe ; à priori il ne devrait rater que le match de Valladolid. Croisons les doigts.
    Remplacé par Keita (6,5) qui a bénéficié de la mise au repos de Busquets pour retrouver un poste de pivot, qu’il n’avait plus occupé depuis quasiment la présaison ! Plus adapté à ses qualités, ce positionnement lui a permis de réaliser une performance sérieuse et appliquée.

    Xavi : 8,5
    Stratosphérique ce soir avec un but et deux passes, il a été à la base de quasiment tous les mouvements offensifs et il a enchanté le Camp Nou de sa technique, de sa vision du jeu et de sa qualité de passe. El Maestro !
    Remplacé par Bojan.

    Iniesta : 8
    Le deuxième moteur du Barça avec Xavi a réalisé une nouvelle grande performance. Quel délice de le voir conduire la balle et orienter le jeu. Une passe décisive magnifique pour Daniel Alves.
    Sorti sur blessure (15 jours d’arrêt semble-t-il, esperons pas plus), et remplacé par Gudjohnsen.

    Messi : 7,5
    Un but absolument divin et une présence offensive diabolique, mais il a trop souvent manqué de concentration dans le dernier geste : deux buts tout fait manqués, quelque mauvais choix dans la dernière passe, un soupçon d’individualisme. L’excellence amène l’exigence.

    Eto’o : 7,5
    Un peu le même bilan que Messi. Il marque deux buts (et donne une passe décisive) en montrant une belle omniprésence dans les 30 derniers mètres, mais il s’est aussi souvent comporté de façon trop « facile » et trop individualiste. Il y a eu 6-0 on a le droit de chipoter…

    Henry : 8
    Un joli but qui efface sa tête manquée du quart d’heure de jeu. On a encore pu apprécié sa façon de se couler dans le collectif et de travailler pour lui. Il a joué de façon intelligente (comme l’illustre d’ailleurs sa passe décisive pour Eto’o). Sa montée en puissance depuis trois mois (avec aussi il faut bien le dire le retour d’Iniesta) permet à l’équipe d’être mieux équilibré, et d’être moins dépendante du rendement du duo Alves-Messi. Il semble avoir pleinement assimilé (accepté ?) son poste d’ailier gauche avec un jeu moins stéréotypé qu’avant.


    Fiche technique :
    FC Barcelone : Valdés; Alves, Márquez, Cáceres, Sylvinho; Touré (Keita, m. 26), Xavi (Bojan, m. 67), Iniesta (Gudjohnsen, m. 60); Messi, Henry, Eto'o.

    Malaga : Goitia; Gámez (Gaspar, m. 62), Cuadrado, Rosario, Nacho; Apoño, Lolo (Duda, m. 62); Fernando, Eliseu; Luque (Adriano, m. 75), Salva.

    Buts : 1-0, min. 19: Xavi. 2-0, m. 25: Messi. 3-0, m. 32: Henry. 4-0, m. 44: Eto'o. 5-0, m. 51: Alves. 6-0, m. 57: Eto'o.

    Arbitre : Muñiz Fernández.
    Avertissements : Nacho (m. 18), Lolo (m. 29), Alves (m. 34), Gámez (m. 36), Gudjohnsen (m. 82).
    75.170 spectateurs.


    fcbarcelonaclan.com
     

Partager cette page