FC Séville 2-3 FC Barcelone: Plus qu'une (toute) petite marche

Discussion dans 'Espagne' créé par simo160, 10 Mai 2010.

  1. simo160

    simo160 Accro Membre du personnel

    J'aime reçus:
    100
    Points:
    48
    [​IMG]

    Les blaugrana ont pris les 3 points après s'être faits une belle frayeur dans les 20 dernières minutes. La voie vers le titre est plus que jamais dégagée.

    37 ème et avant dernière journée de Liga: la journée de toutes les craintes. Le Barça n'avait d'autre choix que de vaincre Séville chez elle, sous peine de voir le titre s'échapper tant la victoire de Madrid lors de ses deux dernières rencontres ne faisait aucun doute. La prudence était de mise ce soir. Séville est en effet une des rares équipes à avoir battu le Barça cette saison, au Camp Nou s'il vous plaît. C'est d'ailleurs elle qui avait prématurément sorti le Barça de la Copa Del Rey.
    Pep décidait de composer avec les hommes en forme du moment. Derrière, le quatuor classique Maxwell-Puyol-Piqué-Alvés prenait place. Au milieu, Xavi était finalement apte à jouer et était accompagné par Busquets et Keita. Enfin, on avait droit aux 3 jeunots Bojan-Messi-Pedro en attaque, le premier prenant la gauche, le second l'axe et le dernier la droite.

    LES FAITS ET LE JEU
    Le match débute sur un rythme très rapide de part et d'autre. Barcelone, motivée plus que jamais, se heurte à un bloc andalou positionné très haut et qui joue sans complexe. Messi, placé en faux avant centre, est contraint de décrocher pour pouvoir tâter du cuir. Si une première frappe écrasée de Dani Alvés ne parvient pas à faire mouche, la seconde occasion elle sera la bonne. Maxwell plein axe trouve astucieusement Messi d'un extérieur du gauche. L'argentin, dans la surface de réparation, contrôle de la poitrine tout en éliminant un défenseur andalou et place un tir croisé à raz de terre imparable. 1-0 (5'). Timing idéal pour le Barça en ce début de rencontre. Les blaugrana, parfaitement en place, jouent avec un esprit collectif remarquable. Chaque joueur joue son rôle et l'équipe contrôle parfaitement le match. 4 minutes après que le Real Madrid ait ouvert le score par Ronaldo sur un pénalty assez sévère, le Barça lui fait le break par l'intermédiaire de Bojan, qui justifie ainsi pleinement la confiance placée en lui par Guardiola. Servi dans la profondeur par Xavi, le canterano parvient à résister au retour d'un défenseur et bat Palop. 2-0 (27'). Pep sur le banc laisse exploser sa joie, conscient que ses joueurs viennent là de réaliser un pas de géant en direction du titre.

    Le Barça a récité ses gammes de manière parfaite sur cette première demi-heure, les andalous ne donnant tout simplement pas cette impression de pouvoir recoller au score. Les barcelonais se permettent même de vendanger une belle occasion lorsque Alvés sert idéalement Messi placé à 2 mètres des buts, dont la frappe passe au-dessus. Séville elle parvient à s'illustrer sur une belle demi-volée de Fabiano, superbement repoussée par Valdés d'un magnifique arrêt-reflexe. Le portier catalan explose de colère contre ses défenseurs, laxistes sur ce coup. La mi-temps arrive enfin et elle apporte de bonnes nouvelles puisque Bilbao, pourtant réduit à dix dès la 24' et l'expulsion d'Amorebieta, est parvenu à égaliser face à Madrid. A ce moment là de la rencontre, Barcelone est virtuellement champion d'Espagne.

    Au retour des vestiaires, la physionomie de la rencontre n'a toujours pas changé, avec un FC Barcelone maître des débats. Les visiteurs remportent aisément le combat du milieu grâce à un jeu de passe enchanteur et la crainte de voir Maxwell se faire manger par le remuant Navas n'est pour le moment pas justifiée, tant l'andalou n'a pas pesé face au brésilien. Le contexte se fait même de plus en plus favorable pour les blaugrana lorsque Konko se fait exclure à la suite d'un second carton jaune pour une faute grossière sur Bojan. Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes. Les catalans montent en régime dans les minutes suivantes en se procurant de nombreuses occasions par l'intermédiaire de la connexion Messi-Bojan, qui combine à merveille ce soir. Le jeune serbo-espagnol sert Messi dont la frappe à bout portant est repoussée par Palop. L'argentin rend ensuite la courtoisie à Bojan qui tire directement sur Palop. La troisième occasion sera pourtant la bonne. Après un raid avorté de Leo, Pedro récupère le cuir et place une superbe frappe croisée des 20 mètres qui crucifie Palop. 3-0 (62'). Les catalans évoluent dans un autre monde et roulent à 200 km/h sur l'autoroute qui les amènera vers un second titre national.

    Ce scénario parfait va pourtant rapidement se transformer en cauchemar. Les blaugrana, en l'espace de 5 minutes, vont inexplicablement sombrer. Le spectre du match aller à l'Emirates face aux Gunners refait surface avec force. Les hommes de Pep encaissent deux buts dans cet intervalle. Servi en profondeur, Kanouté s'en va battre Valdés d'un joli plat du gauche. 3-1 (69'). Complètement démobilisée, la défense blaugrana encaisse un second but en se faisant prendre de vitesse sur un coup franc rapidement exécuté et conclu par Fabiano. 3-2 (71'). Catastrophe à Sanchez Pizjuan, d'autant plus que le Bernabeu exulte après que Higuain ait redonné l'avantage aux siens dans le même temps. Les madrilènes sont soudain revenus dans la course au titre et une égalisation andalouse, plus du tout à exclure vu la tournure qu'a pris la rencontre, pourrait même donner aux merengue 1 point d'avance sur les blaugrana, un point qu'il serait quasiment impossible de rattraper à une journée de la fin de la Liga.

    Les 20 dernières minutes de la rencontre seront à n'en pas douter les plus longues de cette Liga 2009-10.
    Un niveau de tension ahurissant règne au Sanchez Pizjuan. Les sévillans, ressuscités, croient dur comme fer à la remuntada tandis qu'à bernabeu, les merengue enfilent les buts un à un face à des Basques totalement dépassés depuis le but d'Higuain.
    En Andalousie, chaque ballon gagné vaut désormais son pesant d'or alors que le moindre ballon perdu fait passer un nuage noir sur les culés et joueurs blaugrana. Les hommes de Pep vont devoir assumer leur relâchement et jouent la peur au ventre. Les ratés de Pedro (80') et Bojan (89') font mal, la tête de Kanouté au dessus des cages de Valdés (84') et la petite faute de Piqué non sifflée sur le même Kanouté (74') soulagent.
    Dans l'intervalle, Pep joue la sécurité en faisant entrer Touré (pour Xavi) sur la pelouse. Les dernières minutes de la rencontre sont électriques mais le Barça tiendra le coup jusqu'au coup de sifflet final.

    Au final, un match d'une rare intensité avec un scénario de film hollywoodien. Les blaugrana ont parfaitement géré 90 % de la rencontre mais ont failli payer le prix pour seulement 5 minutes d'assoupissement. Comme prévu, le Real a pris les 3 points face aux basques de Bilbao (5-1). Il était dit depuis quelques journées déjà que le titre se jouerait à Séville. Les catalans ont relevé ce défi de taille et peuvent attendre dimanche prochain avec sérénité. Le 16 mai au soir, ils remporteront plus que probablement un second titre consécutif en Liga, le vingtième dans leur histoire. Ca sera face à Valladolid à la maison

    LES JOUEURS
    Valdés: 6.5 ne peut pas grand chose sur les 2 buts, où il a été lâché par sa défense. Décisif le reste du temps.

    Alvés: 7 Le brésilien confirme son retour au premier plan depuis quelques matchs après une période plutôt délicate. Gros volume d'activité tant devant que derrière. Indispensable.

    Puyol: 6.25 Solide une bonne partie de la rencontre face aux 2 très sérieux clients qu'étaient Fabiano et Kanouté. En partie coupable sur le premier but sévillan.

    Piqué: 7 L'ex mancunien signe une grosse performance. Serein dans ses interventions, il a constamment porté le jeu vers l'avant en n'hésitant pas à donner le ton avec un positionnement très haut. S'affirme de plus en plus comme le successeur de Puyol, qu'il est petit à petit en train de dépasser. Une faute qui aurait pu coûter cher avec un arbitre malveillant.

    Maxwell: 6.25 Le brésilien est monté en puissance en cette fin de saison. Présent offensivement avec une jolie passe décisive et vigilant derrière face au redoutable Navas. Remplacé par Abidal, de retour de blessure, qui a montré un bon visage à un moment où le Barça avait le plus besoin de lui, c'est à dire après le fameux 'relâchement'.

    Busquets: 6.25 Un match sérieux avec un jeu sobre et sans fioriture.

    Keita: 6.25 Idem

    Xavi: 7 Jouera, jouera pas ? Le vice-capitaine a finalement pu jouer et a comme d'habitude délivré 'son' caviar. L'artisan principal de la possession de balle si nécessaire aux blaugrana dans les 20 dernières minutes de la rencontre. Remplacé en fin de match par Touré, dont la fraîcheur et la puissance physique ont fait du bien.

    Pedro: 7 Beaucoup d'envie et d'activité. N'a pas rechigné à l'effort défensif en couvrant régulièrement les montées d'Alvés. Une présence offensive appréciable avec de moins en moins de déchet ainsi que son but traditionnel. Tout comme Alvés, il monte en puissance dans cette dernière ligne droite.

    Messi: 7.25 Un but (le 32 ème cette saison) et une 'demi' passe décisive. N'a pas hésité à descendre très bas chercher ses ballons. Sa connexion avec Bojan est de plus en plus visible. Quelques gros ratés cependant qui auraient pu être vivement critiqué si Séville avait pu recoller au score.

    Bojan: 7 Buteur opportuniste et constamment en mouvement sur son couloir gauche, à partir duquel il a offert quelques caviars. Cette fois, on sent que c'est la bonne: Pep semble lui a avoir fait définitivement confiance en cette fin de saison. A sa décharge, de nombreux ratés, tout comme Messi.

    Résumé vidéo: Visionnez les buts de la rencontre ici

    FICHE TECHNIQUE

    FC Séville: Palop; Konko, Fazio (Squillaci, m.27), Escudé, Adriano (Lolo, m.67); Jesús Navas, Zokora, Renato (Stankevicius, m.61), Capel; Luis Fabiano et Kanouté

    FC Barcelone: Valdés; Alves, Puyol, Piqué, Maxwell (Abidal, m.65); Busquets, Xavi (Touré, m.87), Keita; Pedro, Messi et Bojan (Jeffren, m.91)

    Buts: 0-1. Min.5: Messi; 0-2. Min.29: Bojan; 0-3. Min.62: Pedro; 1-3. Min.69: Kanouté; 2-3. Min.71: Luis Fabiano

    Arbitre: Alberto Undiano Mallenco. Carton jaune pour: Konko, (11 et 55), Luis Fabiano (m.29), Zokora (m.42), Lolo (m.74), Capel (m.78), Busquets (m.22), Pedro (m.44), Maxwell (m.54), Xavi (m.72) et Bojan (m.86)


    source

     

Partager cette page