FC Valence 2-2 FC Barcelone: un bon point ?

Discussion dans 'Barça' créé par simo160, 27 Avril 2009.

  1. simo160

    simo160 Accro Membre du personnel

    J'aime reçus:
    100
    Points:
    48
    Les blaugranas ont concédé un match nul d'une rare intensité sur les terres d'un FC Valence ressuscité. De bonne augure en vue de la rencontre contre les Blues ?

    Les faits et le jeu
    Pour le compte du second round du «mega tourmalet», le Barça allait défier une des équipes du Big Five espagnol, le FC Valence. Les hommes d’Emery affichent une forme éclatante puisqu’ils restaient sur une série de 5 victoires consécutives en Liga.
    Guardiola décidait d’aborder la rencontre avec un effectif privé de cadres importants : Touré et Henry étaient en effet sur le banc, au profit de Busquets et Keita.
    Derrière, confiance était faite au quatuor Alvés-Piqué-Puyol-Abidal. L’entrejeu était entre les mains du trio Busquets-Xavi-Keita tandis que devant, la triplette Messi-Eto’o-Iniesta était alignée.
    Une composition surprenante au vu de l’importance de la rencontre : contre Séville par exemple, Pep avait aligné une véritable équipe A (à l’exception de Messi) alors que le Barça évoluait à domicile et qu’il pouvait se permettre de faire tourner son effectif, Séville étant de surcroît en perte de vitesse. Paradoxalement, le chef blaugrana décidait de se passer de quelques joueurs cadres en déplacement face à une équipe en net regain de forme. Deux décisions pour le moins surprenantes...

    Les blaugranas débutent le match avec moins d’assurance que d’habitude. Alignant un milieu de terrain privé de la percussion d’Iniesta et de la robustesse de Touré, le Barça peinait à trouver ses marques, malgré une bonne emprise sur le ballon. La volonté et l’engagement physique sans faille des locaux n’étaient pas non plus pour arranger la situation.
    Après une première tentative avortée de la doublette Iniesta-Messi au quart d’heure de jeu, les barcelonais finissent par ouvrir la marque à la 22’ : l’argentin inscrivait un but après une belle série de combinaisons avec Andrés.

    Au lieu de galvaniser les troupes blaugranas, l’ouverture du score avait plutôt l’effet inverse puisque celles-ci se relâchaient et multipliaient les imprécisions et autres ballons perdus. La véritable clé de voûte de cette rencontre était au milieu de terrain : le manque de tranchant de Busquets, l’insuffisante verticalité de Xavi (ainsi que le manque de vitesse) et l’inexistence de Keita causaient des difficultés dans la récupération et la conservation. Des valencians revanchards après l’humiliation du match aller (0-4) n’en demandaient pas autant.
    De plus en plus pressants, les locaux voyaient leurs efforts récompensés en fin de période : sur un corner en apparence anodin, Valdés et Puyol se trouaient, laissant le ballon à Maduro qui de la cuisse marquait dans les filets vides. 1-1 (43’)

    Les catalans retombaient alors dans leurs travers des deux dernières saisons avec ce fameux «black out» où plus rien ne semble fonctionner en encaissant dans la foulée un second but, inscrit par Pablo. Le valencian, d’une accélération combinée à un une-deux, passe en revue la défense blaugrana (Keita, Piqué, Puyol, le dernier se faisant humilier) avant de tromper Valdés. 1-2 (45’).
    Dans de pareils moments, le Barça donne l’impression de pouvoir encaisser un but contre n’importe quelle équipe venue du bout de l’Asie.

    Au retour des vestiaires, des blaugranas probablement secoués par leur chef à la mi-temps décident de reprendre le contrôle du ballon mais la féroce opposition des locaux, couplée à l’apathie et au manque d’inspiration (Xavi, où es-tu ?) barcelonais, ont eu pour conséquence un début de seconde période poussif. Un Busquets timide et peu en verve question transmission du ballon a obligé Xavi à revenir plus bas pour l’épauler à la relance, créant plus d’espaces entre les lignes par la faute à un Keita jouant bien trop avancé... comme d’habitude.

    La solide possession du ballon côté blaugrana s’est heurtée à l’intensité physique des valencians, qui ont littéralement bouffé le trio Busquets-Xavi-Keita, inconsistant de bout en bout. L’entrée d’Henry et le repositionnement d’Iniesta dans l’axe ont donné un certain allant à l’équipe qui du coup gagnait en percussion et en vitesse, mais cela restait insuffisant pour forcer une arrière garde valencianne parfaitement en place. Dans une telle situation, le salut ne pouvait venir que de Messi mais celui-ci n’a pu répondre présent. Incapable de passer en duel et bien tenu par la défense locale, l’argentin, hormis son but, n’a pas vraiment existé (surtout en seconde période).

    A force de ténacité, les blaugranas finissaient tout de même par revenir au score par l’intermédiaire d’Henry. Sur un coup franc de Messi, Busquets faisait preuve d’un courage monstrueux en plaçant sa tête, gênant la sortie de César. Le ballon retombait dans les pieds du français qui lobait toute la défense valencianne. 2-2 (85’).
    Les 10 dernières minutes offraient une grande intensité mais la pression catalane demeurait sans résultat. 2-2 score final.

    Quels enseignements tirer de cette rencontre ?

    Tout d’abord ce fameux moment d’absence en première période. Certes, ce genre de situation s'est raréfié avec le nouveau technicien chef mais reste structurellement ancré dans la culture du club. De tels passages à vide n’auront absolument pas leur place pour la fin de saison. Plus inquiétant encore est le timing de cet incident : contre le Betis en début de saison passe encore. En fin de parcours, les conséquences peuvent malheureusement être fatales pour la salle des trophés.

    Du côté des points positifs, notons un puissant refus de capituler qui contraste avec la fin de l’époque Rijkaard. La manière dont les blaugranas se sont emparés du ballon en seconde période faisait tout juste plaisir à voir. À la perte du combat physique, ils ont opposé une hargne et un engagement moral sans faille qui leur a permis de revenir dans la rencontre. Ce genre d’attitude sera nécessaire pour affronter une dernière ligne droite qui s’annonce «tortueuse».

    Ce match face à Valence, même s’il ne constitue pas forcément une bonne affaire d’un point de vue comptable (attendons tout de même le résultat des merengue), a au moins eu le mérite d’offrir aux blaugranas un sparring-partner de taille en vue du match contre les Blues. Ces derniers opposeront en effet un défi physique et un fighting spirit au moins aussi important. Les blaugranas sont prévenus...


    Les joueurs
    Valdés: 4.5 Se troue complètement sur le premier but (pas aidé par Puyol). Un bon jeu au pied à son actif.

    Alvés : 6 Beaucoup d’activités sur son couloir comme d’habitude. Auteur de quelques bons retours défensifs malgré quelques oublis. Très présent offensivement.

    Piqué : 6.5 Un placement très intuitif et un bon jeu long. A dégagé beaucoup plus de sérénité que Puyol.

    Puyol : 4 Une de ses plus mauvaises prestations cette saison. Coupable sur le premier but (il gêne la sortie de Valdés) et complètement pris de vitesse sur le second but, il a constamment joué dans l’urgence.

    Abidal : 5.75 Impeccable défensivement comme toujours. Zéro pointé devant... comme toujours.

    Busquets : 5 Match discret du canterano, globalement incapable de se sortir du piège valencian.

    Xavi : 4.5 Beaucoup trop horizontal dans son jeu, il a également constamment ralenti les mouvements offensifs de son équipe. Ses coup de pieds arrêtés fûrent trop courts. Remplacé par Gudjohnsen l’inutile (75’) qui bien entendu a été... inutile.

    Keita : 4.25 Sa feuille de match parle d’elle-même : seulement 23 ballons joués dont 6 perdus, soit un taux de passes manquées alarmant de 26 %. Peu d'impact sur le jeu (malgré une première mi-temps honorable) et étrangement spectateur sur le second but. Remplacé par Henry (63’) qui s’est encore une fois montré décisif malgré un apport dans le jeu assez limité.

    Iniesta : 6.5 Le seul qui ait vraiment surnagé dans un océan de déchets. Déconcertant de mobilité et d’aisance technique. Son influence sur le jeu se rapproche de plus en plus de celle de Messi, c’est dire...

    Eto’o : 5 Bien contenu défensivement par la paire centrale valencianne. Un déchet dans le jeu qui devient habituel mais un apport dans le pressing toujours aussi précieux.

    Messi : 6 Une influence sur le jeu plutôt limitée. A bien combiné avec Iniesta en première période. Nettement moins en vue en seconde période.

    Fiche Technique
    2 - Valencia: César, Miguel (Moretti, m.77), Maduro, Albiol, Alexis, Marchena, Baraja (Michel, m.67), Pablo, Silva, Mata (Vicente, m.82) et Villa.

    2 - FC Barcelona: Valdés, Dani Alves, Puyol, Piqué, Abidal, Busquets, Keita (Henry, m.63), Xavi (Gudjhonsen, m.76), Iniesta, Messi et Eto'o.

    Buts: 0-1,m.24: Messi. 1-1,m.43: Maduro. 2-1,m.45: Pablo. 2-2, m.85: Henry

    Arbitre: Muñiz Fernández. Cartons jaunes pour Valence: Silva, Pablo, Marchena, Baraja et Maduro. Pour Barcelone: Valdés et Iniesta.


    www.fcbarcelonaclan.com
     

Partager cette page