Fin du telephone chere

Discussion dans 'Scooooop' créé par ali38, 13 Septembre 2005.

  1. ali38

    ali38 Visiteur

    J'aime reçus:
    0
    Points:
    0
    La fin de l'esclavage téléphonique

    Aujourd'hui, leur nom abscons, presque barbare, comme Vonage, Teleo, GoBeam ou Skype ne dit rien à personne hors des cercles spécialisés. Demain, ils seront peut-être aussi connus que leurs aînés, les ténors de la galaxie Internet que sont Google, Yahoo ou AOL. Ce sont les champions de la voix sur IP, les nouveaux conquérants de l'eldorado téléphonique. Avec la technologie qu'ils ont développée - utiliser la bande passante du Web pour transmettre à peu de frais des conversations téléphoniques -, les nouveaux venus disposent d'un argument incontournable pour devenir rapidement populaires, la quasi-gratuité. Sans le savoir nécessairement, près de deux millions de Français utilisent déjà Internet pour téléphoner par le biais d'abonnements combinés Internet à haut débit avec le téléphone gratuit ou d'offres dites "triple play" qui incorporent un bouquet de chaînes TV. Le succès grandissant de ces offres commerciales et l'irrésistible pouvoir d'attraction de la gratuité sont appelés à bouleverser le marché des télécommunications dans les années à venir. Le potentiel de ce marché aiguise donc logiquement les appétits de gros poissons en quête de nouvelles activités prometteuses. Microsoft a devancé l'union annoncée hier entre Ebay et Skype en mettant la main sur Teleo. Pour ne pas être en reste, Google offre lui aussi son service de téléphonie sur Internet. Et la liste est loin d'être close. Fortement concurrencés sur leur activité historique - la téléphonie fixe -, les grands opérateurs téléphoniques doivent eux aussi se mettre à la page. De plus en plus nombreux, et France Télécom n'est pas le dernier, ils commercialisent des offres "quasi gratuites", qui, tôt ou tard, viendront inévitablement cannibaliser le socle de leur business que représentent les communications fixes. Pour demeurer dans la compétition, il n'existe guère d'autre solution. À eux d'imaginer d'autres sources de revenus, car vouloir stopper le phénomène équivaudrait à livrer une guerre coûteuse et perdue d'avance. Ayant goûté à la liberté et à la gratuité, les consommateurs, par bataillons entiers, célèbrent la fin de l'esclavage téléphonique. Le recul de l'abonnement à vie à un opérateur unique est voué à s'accélérer. Et sans espoir de retour.

    source: latribune.fr

     

Partager cette page