FMI: L’ÉCONOMIE MONDIALE EN DANGER

Discussion dans 'Scooooop' créé par Med Omar, 27 Janvier 2011.

  1. Med Omar

    Med Omar MoUl DéTaILS-GaRoU PiPaS Membre du personnel

    J'aime reçus:
    813
    Points:
    113
    FMI: L’ÉCONOMIE MONDIALE EN DANGER
    • MALGRÉ LES MESURES POUR SOUTENIR LE SYSTÈME FINANCIER
    • UNE CROISSANCE MONDIALE DE 4,4% CETTE ANNÉE
    • LES GRANDS PAYS ÉMERGENTS SE DÉMARQUENT DU LOT

    [​IMG]

    Le Fonds monétaire international (FMI) a estimé hier mardi que la stabilité financière mondiale restait «en danger» et l’économie réelle face à plusieurs écueils, même si, d’après lui, la croissance devrait se poursuivre en 2011, à un rythme inégal selon les pays. «Plus de 2 ans après le début de la crise financière, la stabilité financière mondiale n’est toujours pas assurée», a estimé le directeur du département des marchés internationaux au FMI, José Vinals.
    «Elle reste en danger malgré les mesures prises pour soutenir le système financier», a-t-il ajouté lors de la présentation des «Perspectives économiques mondiales» du Fonds à Johannesburg.
    Crise de la dette publique en zone euro, de l’immobilier aux Etats-Unis, chômage, systèmes financiers vulnérables, pressions inflationnistes dans les pays émergents, spéculation excessive sur certains marchés: les nuages s’accumulent à l’horizon, selon le FMI. Après 5% de croissance en 2010, la planète devrait afficher une croissance de 4,4% cette année.
    Par rapport à octobre où il attendait 4,2%, l’institution de Washington a relevé sa prévision, principalement pour les Etats-Unis. Il table désormais sur 3% (contre 2,3% auparavant), grâce à la prolongation de réductions d’impôts en vigueur depuis 2001 ou 2003.
    S’il a salué la vigueur de la consommation des Américains, il a regretté «le coût budgétaire considérable de la mesure» et a expliqué que la première économie mondiale était toujours confrontée à un chômage élevé, à la fragilité des finances des ménages et au marasme de l’immobilier.
    Pour l’Europe, les prévisions restent globalement inchangées: 1,5% en zone euro, 1,6% en France, 2,2% en Allemagne (contre 2,0% auparavant). La crise de la dette publique devrait perdurer, sans déstabiliser le reste du monde.
    Ces projections, a expliqué le Fonds, «supposent que les mesures politiques actuelles parviennent à contenir la tourmente financière et ses effets sur l’économie réelle à la périphérie de la zone euro, pesant seulement d’un poids modéré sur la reprise mondiale».
    Le tableau d’une reprise «à deux vitesses» reste inchangé si l’on compare avec la croissance attendue en 2011 dans les grands pays émergents: 9,6% en Chine, 8,4% en Inde ou encore 4,5% au Brésil. Mais pour ces pays, le FMI lance un avertissement face au risque d’emballement. «Dans beaucoup d’économies émergentes, l’activité reste vigoureuse, des pressions inflationnistes apparaissent, et il y a désormais quelques signes de surchauffe, provoquée en partie par des entrées importantes de capitaux» ou dans certains cas une monnaie sous-évaluée, a relevé l’institution internationale, qui recommande une «appréciation rapide» de la devise chinoise, le yuan.
    Dans la sphère financière, le Fonds s’inquiète de «points chauds» sur les marchés boursiers «en Colombie et au Mexique et, dans une moindre mesure, à Hong Kong, en Inde et au Pérou».
    Les banques des pays développés sont vulnérables à la montée de la dette publique, souligne-t-il également. Si la Grèce, l’Irlande ou d’autres pays de la zone euro devaient leur causer des pertes importantes, il imagine la région retomber dans la récession. L’institution s’inquiète aussi de voir les réformes de la régulation financière montrer des signes de «fatigue». Quant aux banques, «la restructuration des bilans est inachevée et avance lentement», déplore le Fonds.
    Selon le FMI, il faudra «des solutions structurelles aux problèmes de long terme», comme l’excès de dette de certains emprunteurs dont des Etats, la sous-capitalisation de certains établissements ou encore la vulnérabilité face aux retournements des marchés financiers.


    Synthèse L’Economiste


    Source : lien
     

Partager cette page