Formule 1 - GP d'Europe ; Michael Schumacher est de retour

Discussion dans 'Motosport' créé par simo160, 30 Juillet 2009.

  1. simo160

    simo160 Accro Membre du personnel

    J'aime reçus:
    100
    Points:
    48
    [​IMG]
    Schumi, le retour !​

    Michael Schumacher est de retour. L'Allemand, âgé de 40 ans, a accepté de remplacer Felipe Massa lors du prochain Grand Prix d'Europe. Willi Weber, le manager du septuple champion du monde, avait pourtant affirmé mardi que Schumi ne reviendrait pas.

    Il y a quatre jours à peine, qui aurait pu imaginer ça? Michael Schumacher, à la retraite depuis la fin de la saison 2006, de retour en Formule 1? Impensable. Invraisemblable. C'est pourtant vrai. L'accident de Felipe Massa au Hungaroring a tout précipité. Si le Brésilien va mieux, il ne sera à l'évidence pas rétabli pour le Grand Prix d'Europe, le 23 août, à Valence. Ferrari avait besoin d'un remplaçant. Beaucoup de noms ont circulé, mais la Scuderia s'est tournée vers le plus prestigieux de tous. Et Michael Schumacher a accepté.

    Mercredi soir, peu avant 19 heures, l'écurie italienne a publié un communiqué pour annoncer la nouvelle. "L'écurie Ferrari a l'intention de confier à Michael Schumacher la voiture de Felipe Massa jusqu'au retour du pilote brésilien à la compétition. Michael Schumacher s'est dit disponible et dans les prochains jours, il suivra un programme spécifique de préparation au terme duquel il sera possible de confirmer sa participation au Championnat à partir du Grand Prix d'Europe", a annoncé la Scuderia sur son site officiel. Dans la foulée, le site en question, pris d'assaut, n'était plus accessible.

    "Je veux juste aider"

    [​IMG]

    Il n'y a donc jamais de fumée sans feu. Depuis plusieurs jours, la rumeur d'un retour de Michael Schumacher à la compétition pour remplacer Felipe massa, accidenté lors du Grand Prix de Hongrie dimanche, avait pris corps. L'entourage du champion allemand avait ensuite soufflé le chaud et le froid. La porte-parole de Schumi, Sabine Kehm, avait ainsi entrouvert la porte: "Compte tenu des circonstances, s'il était approché, il ne dirait pas un non catégorique et il y réfléchirait. Il n'a aucune raison de rentrer dans des discussions, c'est à Ferrari de voir". Dans la foulée, Willi Weber, le manager de Schumacher, s'était empressé de la refermer. "Je ne sais pas qui sera dans la Ferrari à Valence, mais ce ne sera pas Michael Schumacher. Je n'en suis pas sûr à 100%. J'en suis sûr à 200%", avait-il lancé. Soit Webber bluffait, soit son client a fini par céder à une tentation trop forte pour lui...


    Deux ans et demi après son départ à la retraite, c'est un incroyable défi que se lance le pilote le plus titré de l'histoire, d'autant qu'à l'inverse d'un Lance Armstrong en cyclisme, il n'aura pas eu des mois pour se préparer. C'est une décision prise à chaud, en quelques jours, dans des circonstances exceptionnelles. "La chose la plus importante, dieu merci, c'est que les nouvelles soient rassurantes pour Felipe. Je lui adresse tous mes voeux. Pour des questions de loyauté envers l'équipe, je ne peux pas ignorer cette situation difficile. Je veux juste aider la firme", a déclaré Schumacher, toujours sous contrat avec Ferrari, jusqu'ici dans un rôle de consultant. "Cet après-midi, j'ai rencontré le responsable de l'équipe Stefano Domenicali et le président de Ferrari, Luca Di Montezemolo et ensemble, nous avons décidé que je devais me préparer à remplacer Felipe. Le compétiteur que je suis se tourne vers ce nouveau challenge ", a ajouté le Baron Rouge.

    Et quel challenge, pour un pilote qui n'est plus monté dans une Formule 1 depuis une séance de tests en avril 2008. Il lui reste donc trois semaines à peine pour se préparer pour Valence. Physiquement, Schumacher continuait de s'entretenir tous les jours. Fin février, il a été victime d'un accident de moto et souffrait toujours des cervicales il y a peu. Mais on n'imagine pas le bonhomme se lancer à l'aveugle dans une telle aventure et jouer avec sa santé. Mais il a à l'évidence beaucoup plus à perdre qu'à gagner dans l'affaire. "S'il revenait, la pression sur lui serait énorme, confiait Willi Weber mardi. Les gens s'attendraient à ce qu'il gagne, mais il n'a jamais piloté cette voiture. Quand Michael pilotait, il essayait toujours de s'approcher de la perfection. Mais là, ce ne serait pas de la perfection, ce serait un pari. Et ce n'est pas le style de Michael". Contre toute attente, il va pourtant bel, et bien tenter de le tenir.



    Eurosport
     

Partager cette page