fracas d'une existance

Discussion dans 'Vos poésies' créé par estrellajurkid, 25 Février 2006.

  1. estrellajurkid

    estrellajurkid Visiteur

    Inscrit:
    28 Janvier 2006
    Messages:
    1320
    J'aime reçus:
    0
    Crucifié mon c½ur ne peut aimer
    Rongé par la douleur , ce calvaire !
    Persécuter par ses songes, mon âme ère
    Hanté par ses rêves tant martyriser
    ***
    mon bourreau je condamnais chaque jours
    sans pouvoir le nommer ou dessiner ses traits
    est-ce un sadique fruit de mes cuistances innées?
    ou absolu que la démence tâtait toujours
    ***
    j’ai nommée un HEROS aux sillages ilotes
    qui faisait toujours acte d’insignifiante présence
    dans mon esprit tari d’errance
    l’apothéose du décrit n’avait aucun doute
    ***
    mais ni HEROS ni l’érudition
    ne m’ont épargné cette vie noirâtre
    je l’ai décrite , c’était trop d’oppression
    J’escomptais l’occulte opiniâtre
    ***
    qui suis-je ?tu viens de le savoir
    quand est ce que le printemps s’est installé
    comment je t’ai permis de t’assoire
    es tu l’être que ce c½ur hélait !?
    ***
    la peur de l’étourderie m’emprisonne
    usée de perte je suis aux abois
    et la crainte de faire ton autre pas
    me séduit, me tente me passionne !
    ***

    serait ce la lueur sur mon chemin
    l’étincelle qui illuminera mon destin
    serais tu le petit prince de mes prières
    qui brisera l’enclave d’hier ?!
    ***
    une autre nuit comme celle là, même couleur !
    ton amour s’est dévoilé avec pudeur
    ma vie accueillait la nouvelle avec stupeur
    tu m’esquissais les formes de ta labeur


    ***
    j’aurais voulu m’éclipser de ta vie
    m’enfuir comme je faisais toujours jadis
    quand une flamme découverte, nourrit, jaillit
    au fond d’un être misérable éblouit
    ***
    seule ! je maîtrise mon existence
    seule ! j’ai appris à dompter mes souffrances
    seule ! je repousserai ces ombres menaçant
    seule ! j’étoufferai cette défaillance

    ***
    entre temps faut que tu saches
    que ma plume que je croyais sèche
    après 3ans de mutisme, d’hivers
    retiens le ! c’est pas des faits divers
     

Partager cette page

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des publicités ciblées ainsi que pour nos statistiques de fréquentation.