François Fillon concrétise les engagements de Sarkozy

Discussion dans 'Info du bled' créé par imadici, 18 Avril 2008.

  1. imadici

    imadici Pr. Ìpşø Fąċŧǿ...

    J'aime reçus:
    14
    Points:
    18
    [​IMG]

    RABAT (AFP) — Le Premier ministre français François Fillon a annoncé vendredi la signature à Rabat de 17 accords à majorité économique et la vente d'une frégate, mettant ainsi sur les rails les engagements pris en octobre par Nicolas Sarkozy.

    Il a expliqué avoir voulu profiter du 9e séminaire intergouvernemental pour "vérifier que tous les accords, toutes les décisions" prises par le chef de l'Etat français pour "approfondir la coopération franco-marocaine" étaient bien "mises en oeuvre".

    Vantant à plusieurs reprises "l'exemplarité" des réformes entreprises par le royaume, M. Fillon qui était accompagné de six ministres, dont celui des Affaires étrangères Bernard Kouchner et sa collègue de l'Economie Christine Lagarde, s'est aussi félicité d'une "identité de vue parfaite" entre les deux pays.

    En octobre, le voyage de M. Sarkozy s'était conclu par l'annonce de trois milliards d'euros de contrats commerciaux, l'un des plus emblématiques portant sur la construction d'une ligne TGV entre Casablanca et Tanger, d'un montant estimé de 2 milliards d'euros.

    Une subvention de 75 millions d'euros, destinée aux études de faisabilité, a ainsi été finalisée vendredi.


    Les deux pays ont également mis la dernière main à un protocole de prêt de 150 millions d'euros pour le tramway de Rabat dont le contrat du même montant, remporté par les entreprises de transports françaises Alstom et de BTP Colas, a été paraphé.

    Par ailleurs, la France a conclu la vente d'une frégate dont la valeur est estimée à 500 millions d'euros.

    Le groupe hôtelier Pierre et Vacances a également signé un protocole d'accord pour la construction de 10.000 lits au Maroc d'ici 2013. "A cette date, cela représentera 10 à 15% de notre chiffre d'affaires", a expliqué à l'AFP Gérard Brémond, l'un des 45 chefs d'entreprise de la délégation de M. Fillon.

    Pour la France, qui entend rester le premier partenaire commercial et le premier investisseur du Maroc, ce voyage a été aussi l'occasion de contribuer financièrement au développement économique du royaume dans la perspective d'un bénéfice futur pour les entreprises françaises "très attentives aux besoins" du marché marocain.

    L'Association française de développement (AFD) a ainsi signé plusieurs conventions de prêt avec le Maroc. L'une d'entre elles de 22,5 millions d'euros sera consacré à la formation professionnelle, l'un des handicaps majeurs de l'économie marocaine selon les entrepreneurs français.

    Le Premier ministre marocain Abbas El Fassi a assuré que "l'entreprise française est pleinement associée à l'immense chantier" qu'est le Maroc d'aujourd'hui. Son gouvernement table sur une croissance de 6,1% cette année.

    Concernant le statut avancé que son pays réclame à l'Union européenne (UE), M. Fillon a affirmé que la France "s'emploiera à faire aboutir la demande" lors de sa présidence de l'UE qui débute en juillet.

    Le roi Mohammed VI avait auparavant reçu M. Fillon à Ifrane (centre). Plusieurs sujets ont été évoqués, selon un responsable marocain, dont le conflit au Sahara occidental vieux de 33 ans qui empoisonne les relations maroco-algériennes.

    Jeudi, au premier jour de sa visite, sa première au Maghreb, François Fillon avait affirmé que la France "soutient l'initiative" du Maroc pour une autonomie de cette région.

    Quant au projet d'Union pour la Méditerranée, qui doit voir le jour en juillet et auquel M. El Fassi a réaffirmé le soutien de son pays, M. Fillon a proposé d'installer son siège dans un pays de la rive sud. Il a assuré que l'UPM "n'était pas un projet sécuritaire" visant à empêcher l'immigration maghrébine en Europe.

    afp
     

Partager cette page