France :Il menace de lui «couper le zizi»: l'instituteur condamné

Discussion dans 'Info du monde' créé par @@@, 11 Mai 2009.

  1. @@@

    @@@ Accro

    J'aime reçus:
    252
    Points:
    83
    Malgré le soutien d'élus et de parents, le professeur des écoles a écopé d'une amende de 500 euros avec sursis. Il a immédiatement annoncé son intention de faire appel.

    La mobilisation de parents d'élèves en sa faveur n'y a rien fait. Un instituteur de Liernais, en Côte-d'Or, qui avait menacé en septembre 2008 un élève de CM1 de lui «couper le zizi», en brandissant un cutter, a été condamné lundi à «une amende de 500 euros avec sursis» par le tribunal correctionnel de Dijon. Le tribunal, qui avait mis son jugement en délibéré le 30 mars, a suivi les réquisitions du procureur de la République et a reconnu l'instituteur coupable de «violence sans incapacité sur mineur de 15 ans».

    «Mon geste n'a suscité ni violence physique ni traumatisme chez les élèves, je n'aurais jamais du me trouver ici», a-t-il déclaré à la sortie du tribunal.

    Jean-Paul Laligant, 52 ans dont «30 ans d'une carrière sans reproche et sans faille» selon son avocate, Me Dominique Clément, s'est également déclaré «inquiet» pour son avenir dans l'éducation nationale. L'instituteur est suspendu depuis fin novembre. «Je ne sais pas si, en plus, je ferai l'objet d'une sanction disciplinaire, je n'ai aucune nouvelle de ma hiérarchie » a-t-il indiqué.


    «Un élément matériel de la violence»

    Lors de l'audience, M. Laligant avait relaté sa confrontation, le 26 septembre 2008, premier jour de son remplacement dans la classe, avec Julien, un élève «perturbateur» de neuf ans.


    «Les enfants sont venus me dire qu'il n'arrêtait pas de montrer son zizi. Je l'ai fait venir à mon bureau, j'ai pris un cutter dans mon cartable et pour ramener le calme, je lui ai dit sur le ton de la plaisanterie : je coupe tout ce qui dépasse», a-t-il dit. Des paroles et un geste qui seront rapportés deux mois plus tard aux gendarmes. Pour le procureur, ces faits constituent «un élément matériel de la violence».

    L'instituteur a bénéficié d'un comité de soutien regroupant une dizaine d'élus du canton et plusieurs centaines d'habitants du village qui ont recueilli près de 5 000 signatures en sa faveur. «Je ne m'attendais pas à une condamnation, même symbolique, j'attendais la relaxe et j'ai bien l'intention de faire appel» a prévenu l'instituteur.


    http://www.lefigaro.fr/actualite-fr...ui-couper-le-zizi-l-instituteur-condamne-.php
     

Partager cette page