France : La Halde juge la burqa contraire à l'intégration

Discussion dans 'Info du monde' créé par @@@, 11 Octobre 2008.

  1. @@@

    @@@ Accro

    J'aime reçus:
    252
    Points:
    83
    [​IMG]


    La Haute Autorité de lutte contre les discriminations et pour l'égalité estime qu'on ne peut s'intégrer et apprendre le français ainsi dissimulée.

    Au gré des décisions, une jurisprudence «burqa» émerge en France : cette tenue qui recouvre entièrement les femmes excède le signe religieux pour faire figure de symbole de soumission, contraire à l'intégration. Après le Conseil d'État, qui avait refusé la naturalisation d'une Marocaine ainsi masquée, la Haute Autorité de lutte contre les discriminations et pour l'égalité (Halde) estime que la burqa porte, à certains égards, «atteinte aux valeurs républicaines». Elle a ainsi validé l'exclusion d'une femme immigrée entièrement voilée, qui prenait des cours de français dans le cadre de son contrat d'accueil et d'intégration (CAI). Ces leçons sont devenues obligatoires pour les nouveaux arrivants qui maîtrisent mal la langue. Dans l'immense majorité des cas, l'apprentissage se passe sans problème. Mais quelques femmes portant la burqa sont apparues et les professeurs de l'Agence nationale de l'accueil des étrangers et des migrants (Anaem) ont fait savoir que ce voile intégral «entrave le bon déroulement des formations. La pédagogie mise en œuvre pour l'apprentissage d'une langue impose en effet que le formateur puisse observer le visage de ses élèves afin d'en percevoir les expressions et mimiques étayant la parole». L'Anaem a donc renvoyé une élève en mai. Tout en sollicitant la Halde, pour valider sa décision.

    Dans sa délibération rendue publique le 5 septembre, la Halde considère que «l'obligation […] de retirer la burqa ou le niqab» dans le cadre du CAI ne constitue pas une discrimination religieuse. Surtout dans le cadre d'une «démarche d'intégration». Comme souvent lors de ces délicates affaires de voile, la Halde a avancé des raisons techniques, comme «l'apprentissage d'une langue», les «exigences de sécurité publique», le besoin «d'identifier les personnes». Et pour une fois évoqué la question de l'égalité homme femme. «La liberté religieuse n'est pas absolue : elle peut être restreinte s'il existe un motif suffisant», a expliqué son président Louis Schweitzer.


    http://www.lefigaro.fr/actualite-fr...-juge-la-burqa-contraire-a-l-integration-.php
     

Partager cette page