Garder la forme, c'est du sport!

Discussion dans 'Santé & Beauté' créé par odejiste, 30 Août 2012.

  1. odejiste

    odejiste Pervers Certifié

    J'aime reçus:
    281
    Points:
    83
    [​IMG]

    SANTE - Le sport séduit les Français: un sur deux s'y emploie chaque semaine. Excellente pour la santé, l'activité sportive relaxe et garde en forme. Mais toutes les façons de faire du sport ne sont pas bonnes pour la santé et surtout pour l'environnement. Voici quelques conseils pour commencer votre rentrée du bon pied...

    Le sport, c’est bon pour la santé


    Les études le prouvent: le sport est un allié de taille pour lutter contre le vieillissement, la dépression, le surpoids ou les maladies cardiovasculaires.

    Attention toutefois:

    Courir en ville ou dans un milieu pollué est déconseille car les effets de la pollution s’accentuent. D’après l’Association Santé Environnement France (ASEF), un sportif respire jusqu’à dix fois plus d’air qu’une personne sédentaires (donc aussi plus de polluants). «L’exposition à l’ozone quand on fait du sport réduit la capacité pulmonaire, diminue les performances et surtout augmente le risque d’asthme», rappelle le Dr Pierre Souvet, Président de l’ASEF.

    Autre risque: l’excès. Ce que l’on nomme la bigorexie est une addiction au sport qui s’explique par une recherche compulsive de la sensation de bien-être produites par les endorphines (hormones sécrétées pendant le sport).

    Les commandements santé du bio sportif.

    «Sainement tu mangeras»

    Un sportif a des besoins énergétiques plus importants qu’un sédentaire. Ce n’est pas une raison pour je jeter sur les frites ! Il ne doit pas oublier de manger équilibré:

    - les «cinq fruits et légumes» aident à la réhydratation et apportent vitamines et minéraux.

    - Les protéines, qui participent à la réparation musculaire, doivent représenter 10 à 15% des calories avalées (viandes, poisson, œufs, produits laitiers, céréales et légumineuses).

    - les lipides, surtout pour les accros de l’endurance, correspondront à 30 à 35% des apports (huile d’olive, noix, etc.).

    - les glucides, pour les efforts intenses mais brefs, représenteront 55 à 60% des calories (riz, pâtes, pommes de terre, pain complet…).

    Attention toutefois:


    Être végétarien n’est forcement pénalisant pour un sportif (ce régime permet même d’avoir moins de cholestérol, de graisses saturées et de toxines), mais cela peut réduire les performances physiques dans les sports de force (rugby, lutte).

    Stop aux plats tout prêts (même les «spécial sportif»), trop riches en sel, colorants et mauvais acides gras, ou aux barres énergétiques qui contiennent matières grasses végétales et graisses hydrogénées accusées de favoriser les maladies cardiovasculaires.

    «Transpirer, tu accepteras»


    Transpirer est naturel et permet de réguler la température du corps! On se méfie donc des «chaussettes anti-transpi» qui limitent les mauvaises odeurs mais qu’on suspecte d’être toxiques pour l’homme (risque de résistance bactérienne) et l’environnement (leur lavage entrainerait le relargage annuel de 18 tonnes de nano-argent dans les milieux aquatiques). Attention aussi aux excès de déodorants, bourrés de sels d’aluminium (impliqués dans les cancers du sein).

    «Fumer, tu oublieras»

    On le sait: la clope n’est pas top, ni pour la santé, ni pour l’environnement. Fumer limite les capacités respiratoires. A noter que le monoxyde de carbone, inhalé, prend la place de l’oxygène dans les globules rouges et dans le muscle, ce qui crée un manque.

    «Te stimuler chimiquement, tu n’y penseras même pas»



    Oubliez dopage, boissons énergisantes (accusé d’augmenter les risques de tachycardie, crises d’épilepsie, tremblements ou vertiges) et autres compléments alimentaires (qui augmenteraient le risque de dysfonctionnements rénaux).

    «Le sport ne doit pas devenir une machine à polluer, car malgré tous ses bienfaits, en détériorant notre environnement, il détériore aussi notre santé! Nous pensons qu’il est essentiel de réfléchir à notre façon de faire du sport tant pour les sportifs du dimanche, les clubs, le grand public que pour les organisateurs de grandes compétitions», affirme le Dr Patrice Halimi, secrétaire général de l’ASEF.

    Quels sont les sports les plus polluants?

    LE SKI

    Avec ses téléskis ou télésièges, le ski n’est pas sans danger sur la faune et la flore. Sans parler des canons à neige qui consomment 100GWh d’électricité et 10 a 15 millions de m3 d’eau chaque année.

    LES SPORTS MÉCANIQUES

    Alors que la construction des circuits déstabilisent la faune et la flore, le sport requiert ensuite un fort apport en carburants (Ex: un jet ski dépense 20 litres au 100 kms).

    LE GOLF


    Pour swinguer à son aise, il faut un beau gazon obtenu par l’utilisation d’engrais et de pesticides (qui polluent les nappes phréatiques) et un arrosage idéal (certains parcours nécessitent 5 000m3 d’eau par jour!).
    Heureusement, quelques terrains font des efforts. Voir notre article «Golf : les greens deviennent verts»

    Le sport, c’est bon pour le moral!

    Les sports au contact de la nature, tels que la randonnée ou l’équitation, seraient plus bénéfiques que ceux pratiqués en salle ou en milieu urbain. Une marche dans un parc améliorerait davantage l’estime de soi et l’humeur qu’une balade en ville.

    Moins un sport demande d’équipement ou de sophistication, plus il est «green». Même les sports non sans conséquences sur la nature font des efforts ; on pense au tennis et à son opération de recyclage «Balles Jaunes».

    Source
     

Partager cette page