Gaza : Israël assure d'un retrait total

Discussion dans 'Scooooop' créé par milagro, 10 Août 2005.

  1. milagro

    milagro Visiteur

    J'aime reçus:
    61
    Points:
    0
    Le vice Premier-ministre israélien a affirmé que le retrait de la bande de Gaza sera "total et complet", insistant sur le fait que son pays n'entendait pas garder la Cisjordanie en contrepartie.


    L e vice-Premier ministre israélien Ehud Olmert a assuré mercredi 10 août que l'imminent retrait israélien de la bande de Gaza serait "total et complet". Il a assuré que son pays n'entendait pas garder la Cisjordanie en contrepartie.
    "Le retrait de Gaza sera complet et total. Nous partirons de partout y compris du couloir de Philadelphie", a déclaré Ehud Olmert lors d'une conférence de presse à Jérusalem. "Ca doit être clair : nous ne serons plus dans aucun territoire qui fasse partie des frontières reconnues de Gaza", a ajouté Ehud Olmert.
    Long de 14 kilomètres, le couloir dit de Philadelphie qui sépare la bande de Gaza de l'Egypte est un chemin de patrouille contrôlé par l'armée israélienne. Aux termes d'un accord qui reste à finaliser avec l'Egypte, quelque 750 garde-frontières égyptien doivent se déployer dans ce secteur après le départ de l'armée israélienne.

    "S'administrer eux-mêmes"

    "Pour la première fois, il y a une réelle chance pour les Palestiniens vivant à Gaza de s'administrer eux-mêmes, sans que personne n'interfère. Il est temps que les jeunes Palestiniens aient une chance de vivre une vie différente" a déclaré Ehud Olmert.



    L'Etat hébreu hésitait à renoncer au contrôle de la frontière entre la bande de Gaza et l'Egypte craignant une intensification de la contrebande d'armes vers les territoires palestiniens par des tunnels. "Nous sommes prêts à prendre des risques au même titre que nous en avons pris lorsque nous avons signé le traité (de paix) avec l'Egypte en 1979", a assuré le ministre.

    Cisjordanie

    Cherchant manifestement à apaiser les Palestiniens et la communauté internationale, Ehud Olmert a en outre affirmé qu'Israël n'entendait pas garder la Cisjordanie occupée en échange de son retrait de la bande de Gaza. "Le retrait de Gaza n'est en aucun cas une tentative de garder en contrepartie la Cisjordanie. Certains ont pu avoir des doutes parmi les Palestiniens, mais je vous assure que ce n'est pas la politique du gouvernement", a ajouté Ehud Olmert.
    "Nous sommes prêts à poursuivre des négociations après le retrait en fonction du cadre et des principes définis par la 'feuille de route' et acceptée par les deux parties et la communauté internationale", a précisé le ministre.
    Cependant, le Premier ministre israélien Ariel Sharon a affirmé à plusieurs reprises qu'il entendait renforcer les principaux blocs de colonies juives en Cisjordanie une fois réalisé "le plan de désengagement".
    Aux termes de son "plan de désengagement", Israël doit se retirer à partir du 17 août de la bande de Gaza et évacuer plus de 8.000 colons habitant les 21 implantations de ce territoire ainsi que quatre autres isolées dans la région de Jénine, dans le nord de la Cisjordanie.


    sur la photo : Mohammed Rachid, à gauche, avec Ehud Olmert
     

Partager cette page