Getafe 0 - 2 Barcelone : reçus six sur six !

Discussion dans 'Espagne' créé par simo160, 15 Septembre 2009.

  1. simo160

    simo160 Accro Membre du personnel

    J'aime reçus:
    100
    Points:
    48
    Barcelone s'est imposé à Getafe à l'occasion de son premier déplacement en championnat. Ibrahimovic et Messi sont les buteurs d'un Barça qui a attendu la seconde période avant de réellement décoller.

    [​IMG]

    Pour son premier déplacement de la saison en Liga, Barcelone devait se mesurer à une équipe de Getafe qui ne lui a pas toujours réussi ces dernières années, que ce soit en championnat ou en Liga.

    Afin de rééditer la prestation de l'an dernier où les catalans s'étaient imposés un but à zéro, Guardiola a dû quelque peu remodeler son équipe. L'absence la plus notable est celle du joueur qui avait justement marqué l'unique but de la rencontre la saison dernière, Messi, ménagé après ses deux matchs internationaux. Iniesta, qui faisait son retour dans le groupe, était également mis de côté et prenait place sur le banc. Les autres absences étaient celles d'Henry et de Márquez pour les mêmes motifs, respectivemment, que Messi et Iniesta. Enfin, Guardiola se passait de Daniel Alvés et offrait à Puyol le soin de s'illustrer à son poste de formation. Piqué, Abidal, et surtout Chygrynskiy, dont c'étaient les grands débuts, complétaient la défense devant Valdés. Dans l'entre jeu, Yaya Touré était titularisé pour la première fois de la saison en Liga à côté de Keita et de Xavi. Le trident offensif était inédit puisque Pedro et Jeffren entouraient Ibrahimovic.

    Les faits et le jeu
    Dès les premiers instants du match, les catalans tentaient de garder le ballon au sol et de s'installer le plus haut possible dans la moitié de terrain adverse. L'axe était privilégié, au moins jusqu'à la ligne d'attaque, où les deux ailiers Jeffren et Pedro tentaient ensuite de prendre les extérieurs et d'adresser des centres en direction d'Ibrahimovic.

    Du côté des locaux, les difficultés pour faire remonter le bloc équipe et essayer de s'approcher des buts de Valdés ne pouvaient de trouver de solution que suite à une erreur de relance de Puyol, qui contraignait Valdés à exécuter une sortie risquée. Très vite, Barcelone se heurtait au milieu adverse, peu insipé avec le ballon, mais très solidaire et efficace sur le plan défensif. Pour contrer ce secteur adverse, Chygrynskiy n'hésitait pas à sauter les lignes et à faire profiter de son jeu long qui, déjà, faisait merveille. Mais cela ne permettait pas de destabiliser réellement les joueurs de Getafe. Pire, ils se procuraient la première véritable occasion mais Albín ne trouvait que la transversale d'un Valdés battu. Exceptée cette opportunité, ils ne parvenaient cependant pas à réellement s'approcher de la surface barcelonaise, et devaient s'en remettre aux coups-francs indirects pour déposer le ballon dans les seize derniers mètres. Le bon positionnement défensif des hommes de Guardiola les obligeait également à prendre leur chance de loin, sans succès.

    Du côté des attaquants, on pouvait observer un Ibrahimovic assez lunatique quant au pressing à exercer sur les défenseurs, et deux ailiers ne manquant pas d'envie, mais de réussite en tout cas. Le match devenait alors assez fade, les deux équipes semblant jouer avec le frein à main. Messi et Iniesta, les deux joueurs les plus déséquilibrants et les plus aptes à faire la différence individuellement étant absents, Barcelone tentait surtout d'avancer en profitant exclusivemment du jeu de passes de ses joueurs plutôt que sur des courses individuelles, ce qui n'était pas une mauvaise idée en soi mais le sérieux de la défense adverse empêchait le fameux décalage attendu tout au long de cette première période.

    Au contraire, c'est Getafe qui touchait une nouvelle fois un montant, cette fois-ci le poteau. Une domination au niveau des occasions franches qui contrastait donc avec la domination territoriale de Barcelone. Dans le jeu, Getafe insistait dans l'axe, à l'instar des Blaugrana qui eux, faute de réussir à entrer dans la surface, optaient pour la solution de la frappe à mi distance, par Keita. L'absence de solution sur les côtés s'expliquait notamment par l'attitude peu offensive de Puyol, et le placement très axial de Xavi : sur le côté droit, Pedro semblait bien esseulé. L'adresse de Chygrynskiy dans le jeu long était alors une solution très intéressante, une nouvelle fois. Défensivemment, Barcelone était peu inquiété après le poteau, et Getafe, incapable de percer les deux derniers rideaux, ne pouvait s'approcher de la surface de réparation qu'en profitant d'une erreur de Yaya Touré.

    Le plus inquiétant était l'impossibilité de trouver un Ibrahimovic qui semblait encore chercher son rôle dans cette attaque à trois têtes. Une occasion manquée à bout portant était son seul signe de vie en cette première période.

    Sérieux, application, étaient les maîtres mots pour les deux équipes. Audace, voir folie, étaient les ingrédients manquant à la fin des 45 premières minutes.

    Au retour, les joueurs de Barcelone proposaient un jeu avec plus de vitalité, le discours de Guardiola y étant sans doute pour beaucoup. Plus volontaires, ils ne parvenaient néanmoins pas à débloquer ce match pour le moment indécis. Pour révolutionner cette rencontre, les entrées de Messi et d'Iniesta, qui n'avait plus joué depuis le 17 mai, devenaient nécessaires. C'étaient deux entrées postes pour postes, Pedro et Jeffren laissant place à leurs aînés.

    Barcelone retrouvait alors un semblant d'équipe "type". Le résultat imaginé se réalisait, les catalans disposant alors de plus de force de percussion avec Messi, qui réussissait à entrer dans la surface, et le jeu ne reposant alors plus exclusivemment sur les transmissions au sol. Logiquement, l'équation allait enfin se résoudre et Barcelone pouvait ouvrir le score, même si paradoxalement le but ne fut pas l'oeuvre des deux entrants : c'est Abidal qui sur un centre à ras de terre trouvait un Ibrahimovic trompant Ustari du bout du pied.

    Fort de cet avantage, Guardiola décidait d'enfoncer le clou en offrant du temps de jeu à un autre détonateur, Daniel Alvés. Le pari était réussi puisque c'est lui qui était à l'origine du second but, suite à un bon centre, une remise très astucieuse d'Ibrahimovic, passeur décisif, et une tête de Messi. Un Ibrahimovic retrouvé en cette seconde période, plus présent dans le jeu, très altruiste, et techniquement très au point. Mais c'est l'équipe dans son ensemble qui fut meilleure, avec plus de vitesse dans les choix, plus de projection, ce qui s'est illustré par une présence plus régulière dans la surface.

    Le match se terminait sur ce score, et Barcelone pouvait se vanter d'avoir remporté les trois points sur une pelouse pas toujours facile à concquérir et grâce à une bonne seconde période, où les mouvements ont été plus rapides, les joueurs plus déterminés, et le coaching très inspiré. Avec six points en deux matchs, Barcelone entame la saison beaucoup plus efficacement que l'an dernier, où il fallait se contenter d'un seul point au même stade de la compétition.

    Les joueurs

    1- Valdés 7 : très bon match, bien qu'aidé par ses montants, il s'est aussi montré fort sur sa ligne et à l'aise dans une sortie risquée.

    5- Puyol 6 : peu offensif, il n'a pas aidé Pedro mais a assuré l'essentiel sur son couloir, malgré quelques débordements adverses. Remplacé par Daniel Alvés.

    3- Piqué 6 : sobre, un match sérieux, c'est une habitude.

    21- Chygrynskiy 7 : excellent dans le jeu long, et de bonnes montées jusqu'au milieu de terrain. Il a les aptitudes techniques pour jouer défenseur à Barcelone.

    22- Abidal 6 : deuxième passe décisive en deux ans au club (même si le ballon est dévié), pour le reste, ce ne fut pas le match de sa vie.

    24- Yaya Touré 6 : quelques imprécisions mais dans l'ensemble une présence toujours rassurante dans l'axe où il a bouché les trous.


    6- Xavi 7 : comment lui prendre le ballon ? C'est une question à laquelle il est de plus en plus difficile de répondre. Sa couverture de balle a été excellente, et un bel enchaînement contrôle / frappe est à mettre à son actif. Il a distribué le jeu avec précision, sans pour autant évoluer à son meilleur niveau.

    15- Keita 6 : il a baissé le rythme après son grand match il y a deux semaines, mais il n'a pas fait tâche au milieu et a essayé de se projeter pour aider les attaquants.

    17- Pedro 5 : esseulé dans son couloir, il a manqué d'appui. Quelques bonnes touches. Remplacé par Messi, buteur.

    9- Ibrahimovic 7 : absent des débats en première période, il a offert une bonne seconde partie de match avec beaucoup de générosité. Il est monté en puissance en ce qui concerne la présence dans le déroulement du jeu. Il est venu remplacer Eto'o mais son altruisme et son jeu en remise en font le successeur de son compatriote Larsson, trois ans après. Buteur puis passeur décisif.

    35- Jeffren 5 : ce n'est pas Abidal qui l'a aidé. Il n'a jamais déséquilibré la défense adverse malgré une envie évidente. Remplacé par Iniesta, qui a essayé de retrouver ses sensations sans se montrer décisif.

    Fiche technique
    Getafe : Ustari ; Cortés, Rafa, Cata Díaz, Mané ; Celestini, Adrián (Pedro Ríos, min.81), Parejo (Casquero, min.58), Pedro León (del Moral, min.67) ; Albín, Soldado.

    Barcelone : Valdés ; Puyol (Daniel Alvés, min.67), Piqué, Chygrynskiy, Abidal ; Yaya Touré ; Xavi, Keita ; Pedro (Messi, min.58), Ibrahimovic, Jeffren (Iniesta, min.58).

    Buts : Ibrahimovic (min.66), Messi (min.79).

    Arbitre : Eduardo Jésus Iturralde Gonzalez.


    fcbarcelonaclan
     

Partager cette page