GICM : Saad composait les attentats

Discussion dans 'Info du bled' créé par Le_Dictateur, 27 Juin 2007.

  1. Le_Dictateur

    Le_Dictateur Visiteur

    J'aime reçus:
    85
    Points:
    0
    [​IMG]

    Alors que les apprentis kamikazes du début d’année courent toujours, le pouvoir marocain a mis la main sur un barbu un peu plus professionnel. Et au CV éloquent, Saad Houssaini, soupçonné d’avoir orchestré l’attentat meurtrier de Casablanca en 2003.


    Les investigations des services de sécurité marocains, après l’arrestation le 3 mars dernier de Saad Houssaini, l’un des principaux fondateurs du Groupe islamique des combattants marocains (GICM), ont permis de lever une part de mystère sur les origines et le fonctionnement du mouvement. Selon le dossier d’enquête du parquet de Rabat portant sur le chef militaire du GICM, dont Bakchich a obtenu une copie, pas mal d’idées reçues méritent d’être bousculées.


    Finies les approches privilégiant des générations spontanées de jihadistes marocains, qui auraient repris le logo cher à Oussama bin Laden sans aucun lien avec les organes de commandement d’Al-Qa’ida. Au regard de cette source, l’ancrage strictement local du GICM ne tient plus. Au contraire, les détails sur le rattachement du mouvement aux structures jadis développées dans les camps terroristes d’Afghanistan décrivent une forte dépendance aux réseaux bâtis par le milliardaire saoudien. Né le 24 mars 1969 à Meknès, le jeune Saad Houssaini épouse progressivement la cause jihadiste entre 1996 et 1997, alors qu’il séjourne en Espagne, à Valence. Une rencontre conditionne son histoire : avec le militant Shabi bin Mohammed Salah, un membre influent du mouvement islamiste tunisien Ennadha. C’est lui qui procure à Houssaini un faux passeport italien pour rejoindre, en mai 1997, les nouveaux camps terroristes inaugurés alors en Afghanistan. Il reçoit des formations à Khalden et Darounta ; et se montre très studieux, au point de devenir lui-même un instructeur spécialisé en explosif et en technique de guérilla.

    Sur place, il sympathise avec d’autres marocains, en particulier Karim Aoutah et Younis al-Chekouri, identifiés plus tard dans les structures de commandement du GICM (voir encadré…). Les dirigeants d’Al-Qa’ida regroupent les candidats au Jihad selon les nationalités et les ethnies – comme nous l’avons observé dans d’autres procédures ouvertes en Europe. Les Marocains se voient ainsi attribuer un camp rien qu’à eux, nommé Tarek bin Zyad, à l’intérieur du centre de formation de Darounta. La pépinière des futurs réseaux du GICM voit le jour. Entre avril et août 2000, les mois d’entraînement et l’apprentissage des principes de la guerre sainte commencent à payer. Saad Houssaini et ses compagnons d’armes reçoivent des marques de considération. Ayman al-Zawairi les invite personnellement à Wazir Akbar Khan. Le numéro 2 d’Al-Qa’ida s’engage à mettre à leur disposition tous les moyens nécessaires à la construction d’un groupe de combattants marocains. Au camp de Loukar, ils fraternisent avec Zarqaoui, futur chef des réseaux islamistes en Irak. Peu à peu, selon des fonctionnements tribaux chers à Oussama bin Laden, l’organisation qui règne sur les camps d’Afghanistan les adoube auprès des réseaux libyens, saoudiens ou égyptiens.

    Et au mois de juillet 2001, ils rencontrent bin Laden lui-même, en compagnie du chef militaire d’Al-Qa’ida, Mohammed Atef. Bin Laden leur explique qu’il considère le Maroc, le Yémen et la Jordanie comme autant de bases-arrières du Jihad, qu’il faudra y changer les constitutions, inspirées par les anciennes puissances coloniales. Et leur demande de placer leur action sous la tutelle d’Atef, responsable de la coordination des opérations d’Al-Qa’ida à travers le monde. Quelques semaines avant le 11 septembre, les Marocains de Darounta peuvent rentrer chez eux avec l’objectif d’y répandre la guerre sainte.

    Source - Bakchich.Info
     
  2. Fassi1

    Fassi1 Visiteur

    J'aime reçus:
    0
    Points:
    0
    : GICM : Saad composait les attentats

    Please.. This is bunch of crap!! I have never trusted the Moroccan government anyway. Corruption is widespread at any level of local as well as federal level. I am not a fan of striking our people in Morocco; however, I believe that they should dig deeper to uncover the Truth!
     
  3. Fassi1

    Fassi1 Visiteur

    J'aime reçus:
    0
    Points:
    0
    : GICM : Saad composait les attentats

    While terrorism is evil, and I totally agree with that, we don't have to look that too far. Corruption and theft is as bad.
     
  4. garcia1

    garcia1 Visiteur

    J'aime reçus:
    0
    Points:
    0
    Re : GICM : Saad composait les attentats

    oui missio :)
     

Partager cette page