Grippe A: Les vaccins bientôt produits au Maroc

Discussion dans 'Info du bled' créé par @@@, 25 Septembre 2009.

  1. @@@

    @@@ Accro

    J'aime reçus:
    252
    Points:
    83
    . Négociations en cours avec l’OMS

    · Le générique du Tamiflu produit localement


    [​IMG]


    Avec l’automne, la psychose d’une pandémie de la grippe H1N1 monte d’un cran. Mais la ministre de la Santé ne veut pas céder à la panique. Et pour cause, le plan de riposte et prévention est, selon elle, prêt.

    Pour son élaboration, Yasmina Baddou n’est pas partie de rien. Déjà en 2006 avec la grippe aviaire, le Maroc avait mis en place le Poste de commandement central avec des antennes régionales. Si la stratégie se limitait aux manuels de procédures, là c’est la première fois qu’elle est traduite dans la réalité, avec un déploiement sur le terrain de l’ensemble du dispositif.

    De plus, le ministère de la Santé a accompagné les autres départements à mettre en place leurs plans de continuité. La crainte est la rupture des services publics à cause de l’absentéisme dû à la pandémie. Mais le plus en vue reste le ministère de l’Education nationale puisque l’école est le lieu par excellence de la propagation rapide du virus. Sur ce chapitre, Yasmina Baddou est claire: «Le ministère de la Santé ne peut pas seul faire face à la pandémie. Nous ne pouvons pas être responsables de ce qui se passe dans les aéroports, dans les écoles, les souks... Nous avons accompagné ces départements, aidé à mettre en place leurs plans de continuité, mais chacun est responsable de ses décisions et la manière d’appliquer le plan de continuité. Nous ne pouvons pas nous substituer à l’Education nationale qui a son plan de continuité».

    Mais Baddou veut profiter de «l’opportunité» de la grippe pour sécuriser le pays. «A l’avenir, il faut éviter d’être tributaire de l’extérieur au niveau médical et paramédical. D’ici l’année prochaine, nous pourrons sécuriser les besoins de notre pays», promet la ministre. Pour convaincre, elle fournit quelques arguments. Le ministère étudie avec l’OMS la possibilité de fabriquer localement les vaccins. Son rapport est concluant. Certaines industries ont émis le souhait. Mais il faut s’adapter et se mettre à niveau. «Nous pourrons également fabriquer le vaccin contre la grippe saisonnière alors que nous dépendons de la demande mondiale». Idem pour les médicaments anti-viraux. Outre le stock disponible, une entreprise marocaine est en mesure de produire autant de génériques de Tamiflu qu’il en faut. De même, la fabrication locale des masques devra démarrer dans les prochains mois, précise la ministre.


    http://www.leconomiste.com/
     

Partager cette page