Gros investissements à l’ONCF : ca bouste coté effet d'entrainement

Discussion dans 'Info du bled' créé par kochlok03, 7 Avril 2006.

  1. kochlok03

    kochlok03 Visiteur

    J'aime reçus:
    114
    Points:
    0
    • Des marchés pour 1,2 milliard de DH

    • Le doublement de la voie entre Nouaceur et Jorf Lasfar pour 800 millions de DH

    • Un investissement de 15,5 milliards de DH pour la période 2005-2009


    L’Office national des chemins de fer (ONCF) met les dernières touches au lancement de deux projets d’investissement. C’est le Souverain qui doit en principe en donner le coup d’envoi lundi. Le montant global de cet investissement s’élève à 1,2 milliard de DH. Le premier projet concerne le doublement de la voie entre Nouaceur et Jorf Lasfar. Le coût s’élève à 800 millions de DH. Le planning établi fixe la fin des travaux à mars 2007. Pour les promoteurs du projet, il s’agit d’accompagner le groupe OCP dans son plan de développement qui vise à augmenter la production des phosphates et de ses dérivés. Ils veulent aussi anticiper sur la hausse des trafics voyageurs et fret à venir. Autre objectif du doublement de la voie, le renforcement de la sécurité et la régularité des trains.
    Selon un document de l’Office, le projet consiste en la mise en ½uvre de la sous-couche, de la superstructure et des équipements ferroviaires sur 103 km. Au menu également, la suppression de 33 passages à niveau pour les remplacer par la construction d’autant d’ouvrages d’art. Le but est de renforcer davantage la sécurité des riverains et des trains tout en améliorant la fluidité de la circulation routière.
    Il est vrai que la ligne Nouaceur-Jorf Lasfar à voie unique, mise en service il y a plus d’une vingtaine d’années, connaît une saturation. Son doublement devient une nécessité pour permettre l’écoulement de la totalité du trafic dans les meilleures conditions de sécurité et de confort, est-il indiqué.
    Rappelons que ces investissements s’inscrivent dans la volonté de la direction générale de l’ONCF de repositionner le produit ferroviaire et faire évoluer le réseau en tant qu’outil de développement et moyen de transport d’avenir. Ce choix stratégique constitue l’épine dorsale du programme d’investissement de l’ONCF pour la période 2005-2009. Celui-ci s’élève à 15,5 milliards de DH. Le second projet qui doit être présenté au Souverain est relatif au doublement et à la rectification du tracé entre Sidi El Aïdi et Settat. Le coût du projet s’élève à 400 millions de DH. 180 millions de DH serviront à financer les infrastructures dont l’acquisition de terrains d’une superficie de 20 hectares. A cela s’ajoute la réalisation de 11 ponts suite à la suppression des passages à niveau. La superstructure absorbera 205 millions de DH.
    Quant aux 15 millions de DH restant, ils seront destinés au renouvellement et à la modernisation des gares de Sidi El Aïdi et de Berrechid. La fin des travaux est prévue pour décembre 2007. Pour l’ONCF, l’objectif de ce projet est d’améliorer la capacité d’exploitation de ce tronçon en perspective de l’ouverture de Casablanca-Marrakech vers une ligne à double voie avec possibilité d’opérer à grande vitesse.
    Il s’agit de répondre à l’accroissement du trafic ferroviaire et d’améliorer la capacité de la ligne Sidi Al Aïdi dont l’exploitation à voie unique est saturée. De même, l’Office veut étendre le concept de TNR entre Casablanca et Settat. Il s’agit aussi de réduire le temps de parcours des trains par la suppression des croisements et par le relèvement de la vitesse à 160 km par heure.

    2,2 milliards de DH pour Taourirt-Nador

    Les travaux de la ligne Taourirt-Nador, longue de 117 km environ, sont en cours. Sa réalisation nécessitera la mobilisation de 2,24 milliards de DH, financée à hauteur de 960 millions de DH par le budget de l’Etat et 900 millions par le Fonds Hassan II pour le développement économique et social. Les 384 millions de DH restant seront apportés par l’ONCF. Sur l’enveloppe globale, 1,86 milliard de DH servira à payer les travaux d’infrastructure et d’équipement. Le matériel roulant coûtera 384 millions de DH. Selon les estimations de l’Office, cette ligne devra transporter 1,6 million de tonnes de marchandises et 400.000 voyageurs en 2008, année de sa mise en route. Pour lui, cet ouvrage permettra le raccordement du port de Nador et de la région Nord-Est au réseau ferré. A cela s’ajoute la desserte de la Sonasid pour faire écouler ses matières premières et ses produits finis. Avec cette ligne, les régions orientales et celle du centre s’ouvriront sur la Méditerranée.

    source : l'economiste
     

Partager cette page