Hausse des prix des petits taxis de plus en plus probable à Casablanca

Discussion dans 'Info du bled' créé par freil, 9 Septembre 2005.

  1. freil

    freil Libre Penseur

    J'aime reçus:
    52
    Points:
    48
    Le prix du pétrole, en forte hausse, a provoqué une augmentation des prix du carburant au Maroc. Cette hausse pèse lourdement sur le secteur des petits taxis qui voient leur marge de bénéfices se rétrécir. Pour pallier à ce problème, les professionnels du secteur ont déposé depuis le mois de juin une demande d'augmentation des prix auprès des services concernés au niveau de la wilaya du Grand Casablanca. Cette demande est restée pour le moment lettre morte.

    Selon nos informations, les professionnels entendent réviser le prix de la course à la hausse pour le fixer à 7 ou 8 DH, le prix de la prise en charge entendent l'augmenter à 2 DH et celui de la chute à 0,30 DH au lieu de 0,20 actuellement.

    Cette position rend toute augmentation impossible puisque la réglementation du secteur incombe aux autorités locales conformément au dahir n° 1-260-63 qui stipule que toute hausse doit avoir l'aval du wali et du Premier ministre.

    Ce n'est pas la première fois que les professionnels du secteur demandent la révision du prix des petits taxis. Les dernières négociations entre les deux parties ont eu lieu, il y a 3 ans, sous l'ère Driss Benhima. Ces contacts ont été interrompus sous l'ère M'Hamed Drief. Et depuis, les professionnels attendent la réouverture de ce dossier. La hausse répétitive du prix du carburant a contraint la corporation à déposer à nouveau le dossier de la hausse des prix auprès des autorités compétentes.

    En dépit de la détérioration de la situation des chauffeurs des petits taxis avec une baisse notoire de leurs bénéfices, M. El Guadi exclut toute hausse des prix sans l'aval des autorités locales. «Aucune décision unilatérale ne sera prise par les professionnels du secteur pour éviter que l'anarchie s'y installe», affirme-t-il.


    «Jamais on ne procédera de la même façon que M'Dina Bus qui a augmenté ses tarifs de 0,50 DH ou des grands taxis», a-t-il précisé. L'attachement au respect de la loi n'est pas une faiblesse, mais le désir d'éviter l'anarchie et le chaos à la profession, précise M. El Guadi. Cet avis est aussi partagé par Mohamed Harak, secrétaire général du Syndicat national des chauffeurs de taxis, affilié à la CDT. «C'est aux autorités locales qu'il incombe de décider une augmentation, nous avons déposé un dossier dans ce sens et nous attendons une réponse favorable parce qu'on pâtit des hausses successives du prix du gasoil», souligne M. Harak.

    M. Harak n'exclut pas tout de même de recourir à des actions sans préciser lesquelles pour obliger les autorités à dialoguer avec les professionnels si jamais celles-ci refusent de réviser à la hausse le prix de la course.

    Selon certains professionnels, les négociations avec les autorités locales porteront sur trois volets : le prix de la course minimum actuellement de 5 DH, la prise en charge fixée aujourd'hui à 1,40 DH, et le prix de la chute de l'ordre de 0,20 DH pour tous les 100 mètres parcourus.

    Selon nos informations, les professionnels entendent réviser le prix de la course à la hausse pour le fixer à 7 ou 8 DH, le prix de la prise en charge entendent l'augmenter à 2 DH et celui de la chute à 0,30 DH au lieu de 0,20 actuellement.
    Ce n'est pas uniquement la hausse des prix que réclament les professionnels du secteur, mais également à revoir les textes de loi qui régissent la profession.

    Ces textes, à savoir deux arrêtés municipaux permanents «8-62» et «9-62» du 25 septembre 1962 de l'époque du général Driss Ben Omar sont incomplets et contradictoires. Les deux arrêtés, selon les professionnels, pêchent par leur manque de clarté au niveau de plusieurs dispositions dont l'absence de garantie pour l'exploitant.

    Ils appellent à revoir ces textes afin d'assainir le secteur qui transporte 4 millions de passagers par jour à Casablanca et 1,5 milliard par an. Le secteur réalise 2,5 milliards de dollars de chiffre d'affaires, alors qu'il n'est pas représenté dans la Chambre des Conseillers faute de statut juridique.


    LE MATIN
     
  2. Arwen

    Arwen Visiteur

    J'aime reçus:
    2
    Points:
    0
    Re : Hausse des prix des petits taxis de plus en plus probable à Casablanca

    Hausse des prix des petits taxis de plus en plus probable à Casablanca

    @freil nariiii mchiti fiha a sghe3 [22h]
     
  3. freil

    freil Libre Penseur

    J'aime reçus:
    52
    Points:
    48
    Re : Hausse des prix des petits taxis de plus en plus probable à Casablanca

    arwen: safi ana anebda nemchi dima fetobis 7ssan lia, awahe ghadi izidou tamane taxi, malhoum is7abou cha3b tayezra3e leflouss festa7e b7al babouch [22h]
     

Partager cette page