Hausse des produits pétroliers

Discussion dans 'Info du bled' créé par Casawia, 7 Septembre 2005.

  1. Casawia

    Casawia A & S Forever

    J'aime reçus:
    145
    Points:
    0
    La Caisse de Compensation juste pour le butane et le système d’indexation pour le reste ?
    Pourquoi pas une révision à la baisse des taxes sur les produits pétroliers ?


    « La meilleure façon de faire est de remettre le système d’indexation des prix et en même temps faire en sorte que la Caisse de Compensation assure la seule subvention du butane ».
    Ce sont là les propos de M. Mohamed Boutaleb, ministre de l’Energie et des Mines, qui s’exprimait sur les colonnes de notre confrère « Aujourd’hui le Maroc ».

    Pour monsieur Boutaleb qui prône une régulation du couple indexation (réalité des prix à la pompe) et Caisse de Compensation, ce serait la solution idoine. S’il est vrai que l’indexation pourrait bénéficier au consommateur en cas de baisse des cours au niveau international, dans la conjoncture actuelle précise, cette éventualité toute crue ne peut être que dramatique pour la bourse des citoyens. Il est tout aussi vrai que le système actuel de la Caisse de Compensation pénalise les opérateurs, chose menaçante pour la stabilité de la distribution. Mais le retour à l’indexation sans prendre des mesures rééquilibristes risque de pénaliser (davantage) tout un peuple dont le pouvoir d’achat est en chute libre permanente.


    Tout le monde sait que la cherté des prix à la pompe est aussi le fait de la surtaxation des produits pétroliers dans notre pays. La réinstauration de l’indexation, accompagnée d’une révision à la baisse des taxes, pourrait atténuer les effets de la flambée des prix sur le consommateur.

    Quant au souci des équilibres budgétaires, une rationalisation sérieuse des dépenses de l’Etat s’impose. Y a-t-on pensé ?

    Certes, la hausse soutenue, depuis 2002, du prix du pétrole chamboule les prévisions macro-économiques du Maroc, la flambée incessante des cours du baril dépasse actuellement les 70 dollars et s’achemine vers les 100.

    Le gouvernement marocain se trouve face à une situation embarrassante, il reste préoccupé par les effets collatéraux de la hausse des prix des produits pétroliers qui dépasse la capacité de la sphère de production.

    La Caisse de Compensation pose déjà des problèmes énormes, le déficit a atteint 4 milliards de dirhams et si les choses continuent de la sorte, ce déficit atteindra 6 à 7 milliards à la fin 2005. Il est à rappeler que dans la loi de finances 2005, le gouvernement avait retenu un prix du baril à 35 dollars alors que la moyenne de l’année est de 57 dollars.

    Les responsables comptent aujourd’hui défendre un prix du baril entre 60 et 65 dollars pour la loi des finances 2006, mais la question qui se pose ici est de savoir si malgré cela, le consommateur marocain pourra-t-il supporter cette hausse ?

    Mohamed Boutaleb rappelle que le consommateur marocain, jusqu’à 2000, était habitué au système d’indexation, la structure des prix était alignée sur les prix à l’international, mais cette donne avant été suspendue depuis cette date.

    A cette époque, le pouvoir d’achat ne pouvait être sérieusement affecté étant donné que lors de l’application du système d’indexation, les prix ne dépassaient pas 20 dollars le baril.

    Asmaâ RHLALOU
    L'Opinion
     

Partager cette page