Hausse du SMIG de 10% au Maroc : le patronat s'alarme

Discussion dans 'Info du bled' créé par Mysa, 22 Mai 2014.

  1. Mysa

    Mysa Accro

    J'aime reçus:
    2310
    Points:
    113
    Hausse du SMIG de 10% au Maroc : le patronat s'alarme

    À l'occasion de la fête du travail, le gouvernement d'Abdelilah Benkirane a annoncé que le salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) allait augmenter de 10% pour atteindre 2350 dirhams (209 euros) dans le secteur privé. Une décision qui ne satisfait pas tout à fait les syndicats mais inquiète surtout les chefs d'entreprises, qui redoutent une perte de compétitivité du Maroc.

    Le timing était impeccable. C'est à la veille de la fête du travail du 1er mai que le ministre marocain de l'Emploi et des affaires sociales Abdesslam Seddiki a procédé à une annonce attendue : le SMIG va augmenter de 10%. Cette hausse, décidée en conseil de gouvernement après de longs débats, concerne les secteurs de l'industrie, du commerce et des services. Le salaire minimum devrait atteindre les 2350 dirhams mensuels (209 euros) d'ici à l'été 2015 sur la base d'une durée légale de travail de 44 heures par semaine. Le SMIG agricole sera lui aussi revalorisé de 10%.

    L'augmentation devrait s'opérer de manière progressive en deux temps : une première hausse de 5% aura lieu dès ce mois de juillet et une seconde un an plus tard, en juillet 2015. Dans le même temps, le gouvernement d'Abdelilah Benkirane prévoit également de revaloriser le salaire minimum dans le secteur public, qui sera porté à 3000 dirhams nets.

    La CGEM est amère

    Immédiatement après l'annonce, la Confédération générale des entreprises marocaine (CGEM) s'est fendue d'un communiqué où elle exprime ses craintes et regrets concernant cette nouvelle hausse des charges salariales.

    Une telle hausse, appliquée sans contreparties, viendra éroder davantage la compétitivité de l’industrie marocaine et ne manquera pas d’avoir un impact sur l’emploi industriel", met en garde le patronat, qui rappelle que le Maroc est aujourd'hui 77ème dans le classement mondial de la compétitivité du World Economic Forum (WEF) et que "depuis 2007, l’industrie marocaine, qui emploie 1,2 million de personnes, perd en moyenne 30 000 emplois par an". Le Smig marocain était déjà le plus élevé d'Afrique et est environ le double du salaire minimum tunisien (voir infographie) alors que le royaume importe deux fois plus de marchandises qu'il n'en exporte.

    Pour rappel, dans son nouveau "Plan d'accélération industrielle" présenté à Casablanca le 2 avril par le ministre marocain de l'Industrie, Moulay Hafid Elalamy, celui-ci prévoit la création de 500 000 emplois dans l'industrie d'ici à 2020.

    La CGEM alerte également sur les risques "de voir des entreprises basculer dans l’informel et annihiler les efforts d'en faire sortir celles qui y sont encore". Elle enjoint le gouvernement à organiser rapidement un sommet national sur la le coût du travail et la compétitivité des entreprises pour "sauvegarder l'emploi et la création de valeur ajoutée marocaine".

    LE TEXTILE ET LE CABLAGE AUTOMOBILE AFFECTéS

    De leur côté, les organisations syndicales ont salué ce geste en faveur des salariés mais restent sur leur faim. Dans des propos rapportés par nos confrères du journal marocain Libération, le membre du bureau central de la Fédération démocratique marocaine (FDT) Abdelaziz Iwi a qualifié de "faibles et partiales" les mesures annoncées par le gouvernement Benkirane.


    Lors des manifestations sociales du 1er mai, l'ensemble des centrales syndicales a appelé à poursuivre la lutte pour les droits des travailleurs marocains. Ils demandent notamment une révision de l'impôt général sur le revenu, l'application de l'échelle mobile sur les salaires et la revalorisation des pensions de retraites afin de les aligner avec l'augmentation du SMIG.

    Au Maroc, la dernière augmentation du SMIG remontait à 2012 et avait été décidée par le précédent gouvernement d'Abbas El Fassi en 2011. Le salaire minimum avait alors été revalorisé de 15% en deux fois pour atteindre les 12,24 dirhams/heure.

    Pour un industriel marocain de l'automobile implanté à Tanger interrogé par L'Usine Nouvelle "cette volonté de relever les bas salaires peut se comprendre. Mais nous opérons dans un environnement mondialisé, la compétition internationale est rude et la priorité devrait être l'emploi". Notre interlocuteur se dit peu touché dans son entreprises par cette hausse à venir car la plupart de ses salariés qualifiés sont déjà payés au dessus du SMIG, "sans compter d'importants avantages sociaux en matière de transports, repas, santé etc..".

    Pour lui néanmoins , "le choc risque d'être rude pour les secteurs qui emploient beaucoup de salariés au SMIG comme le textile ou le cablage automobile".

    Vincent Souchon

    source
     
  2. Mysa

    Mysa Accro

    J'aime reçus:
    2310
    Points:
    113
    Aujourd'hui à la radio, j'ai entendu que la CGEM veut revoir cette décision à la baisse (avant la date effective d'application en juillet)... Les conséquences économiques peuvent être désastreuses et les PME peuvent passer du formel à l'informel ...
    Qu'en dites vous?
     
  3. insensible

    insensible Bad

    J'aime reçus:
    414
    Points:
    63
    lpatronat krouch lahram :)
    depuis des années w houma tayzidou f les prix ma tayhadrouch 3la le pouvoir d'achat du citoyen, o had la minable augmentation 9allek va mettre en peril la compétitivité des entreprises !!

    en plus meme le smig li kayn haliyan ma mtabb9inouch f ghiyab le controle w nnas kin li kheddamine noir, onhar yji lcontrole, une enveloppe bien fourée et le probleme est resolu.
     
    Meelo, Mysa et RedEye aiment ça.
  4. RedEye

    RedEye - أبو عبدالرحمن - Membre du personnel

    J'aime reçus:
    4153
    Points:
    113
    hadou baghin lwad3 yab9a kama howa 3alayh
     
    insensible et Mysa aiment ça.
  5. Mysa

    Mysa Accro

    J'aime reçus:
    2310
    Points:
    113
    wa le pire c qu'ils prévoient une inflation à cause de cette insignifiante augmentation :eek:
    On dirait que c cette couche du peuple qui fait marcher le marché :cool:
     
    insensible aime ça.
  6. Mysa

    Mysa Accro

    J'aime reçus:
    2310
    Points:
    113
    masabouch yna9sou ga3 man smig o nwaliw 9adna 9ad l egypte :D
     
    insensible aime ça.
  7. Meelo

    Meelo Accro

    J'aime reçus:
    334
    Points:
    83
    men ch7al hadi wlad l alibba, 9essmo lmaghreb binathom. ha li khda des terrains, ha li khda des marchés et des contrats, ha li khda exclusivement tarbiat l7allouf o lbabbouch, etc.
    daba finahoma douk lem9oussa dial monademat choghl, o dak l ommi dial chabat etc. wla f krouchhom le3jina?
    le citoyen zado lih fi khobz, fi l essence, fi lbouta gaz, fi kolchi. o klochi par hazard zado fih illa salaire dial 3ibad lah. ghi khallihom chi nhar ytart9o 3lihom. makin maw3ar men lmadloum ila thar.




    Meelo
     
    Mysa et insensible aiment ça.
  8. insensible

    insensible Bad

    J'aime reçus:
    414
    Points:
    63
    l'inflation tatji ila tal3o les prix , ama la tzadou les salires fa rah hta la consommation atzad
    c'est des arnaques et des escros, taydahko 3la cha3b, 9allek inflation, lah y3tena wjahom
     
    Mysa aime ça.
  9. loissir7

    loissir7 Citoyen

    J'aime reçus:
    162
    Points:
    43
    patronat c'est de la mafia privé, ils déclarents que 50 pour cent
     
    Mysa aime ça.
  10. Mysa

    Mysa Accro

    J'aime reçus:
    2310
    Points:
    113
    Et oui ils font tout pour échapper à la fiscalité :p
     
  11. popo40

    popo40 Accro

    J'aime reçus:
    384
    Points:
    83
    Le patronat tire la sonnette d'alarme et il a totalement raison, la concurrence est rude avec les pays émergents pour maintenir l'emploi chose qui n'est pas du ressort du gouvernement, ce dernier joue sur d'autres tablettes et calendriers politiques.
    je veux bien porter le fusil à l'épaule et charger le patronat, mais inutile de rappeler que cette acte occasionnera une faillite assurée et la montée du chômage.
    les patrons prennent du risque tout en se battant sur touts les fronts , et il va de soit qu'ils ne sont pas là pour faire du social.
    vive le patronat et le plein emploi, la prospérité et le dynamisme : travailler plus pour gagner plus.
     
    Mysa aime ça.

Partager cette page