Honteux Par Ahmed R. Benchemsi

Discussion dans 'Nouvelles (9issass 9assira) & Chroniques' créé par @@@, 19 Mars 2010.

  1. @@@

    @@@ Accro

    J'aime reçus:
    252
    Points:
    83
    [​IMG]

    Rien ne justifie de priver d’amour et de soins parentaux des enfants abandonnés. L’Etat aurait-il perdu tout discernement, tout cœur, toute sensibilité ?


    Ce qui s’est passé lundi 8 mars à Aïn Leuh est un scandale à tous points de vue. Ce jour-là, une brigade de gendarmes a débarqué sans prévenir dans un orphelinat de ce petit village du Moyen-Atlas, et a donné 90 minutes aux 16 éducateurs chrétiens qui le dirigeaient pour faire leurs bagages, avant de les expulser définitivement du pays.

    Depuis 10 ans,ces gens font pourtant ce que les autorités locales n’ont pas été capables de faire : recueillir et prendre soin de nourrissons abandonnés dans un terrain vague ou sur un pas de porte.

    Venus de divers pays d’Occident, ces travailleurs humanitaires ont ainsi offert à 33 orphelins, non seulement des soins médicaux (plusieurs nourrissons avaient été retrouvés agonisants), mais aussi un foyer, des vêtements neufs, des repas chauds et, par-dessus tout, de l’amour.

    Avec le temps, ils avaient fini par les considérer comme leurs propres enfants. Tout le village connaissait et louait l’action bénévole des “nsara” (chrétiens), et leur orphelinat était devenu un centre de vie, à l’animation duquel participaient de nombreux habitants de la région. Un centre de vie dans lequel des millions de dirhams avaient été investis - pour le bien d’enfants abandonnés qui, sans cela, seraient morts ou promis à une vie de misère et de frustrations.

    Pour justifier leur cruauté, les autorités prétendent que “sous couvert d’actions de bienfaisance, ce groupe s’adonnait à des activités de prosélytisme chrétien visant des enfants en bas âge”.

    Pourtant, à l’arrivée à Aïn Leuh de “ce groupe”, il y a 10 ans, la situation de ses membres avait fait l’objet d’une clarification immédiate (et écrite) avec les autorités : pas de prosélytisme, mais pas de restriction non plus à pratiquer leur foi chrétienne, ni à en parler. Dès le départ, il était entendu et convenu que les enfants vivraient dans un environnement biconfessionnel et biculturel - et que leur scolarité serait assurée par des instituteurs du service public, qui leur enseigneraient notamment l’éducation islamique.

    C’est ce qui s’est passé. Leurs parents d’adoption leur racontaient aussi la vie de Jésus ? La belle affaire ! Ce n’est pas pour autant qu’ils en ont fait des chrétiens. Et puis, Jésus n’est-il pas un prophète reconnu par l’islam ?

    Oh, et puis ça suffit ! Assez de ces justifications insensées !! La religion n’a rien à voir avec le drame vécu, le 8 mars, par ces 33 orphelins brutalement sevrés de l’amour sincère et des soins dévoués dont ils sont entourés depuis 10 ans.

    Rien au monde ne justifie cela. A-t-on pensé à l’équilibre mental et psychologique de ces petits malheureux ? A-t-on pensé à leur avenir ? A leur bien, tout simplement ? Non, tout ce dont l’Etat se préoccupe, c’est de leur “sécurité spirituelle”.

    Assez de ce concept absurde !! Personne, qu’il s’agisse de prosélytes chrétiens, d’imams musulmans ou de législateurs bornés, n’a le pouvoir de forcer quiconque à adhérer à une quelconque religion.

    On peut bourrer tant qu’on veut le crâne d’enfants en bas âge (c’est aussi ce qui se passe tous les jours à l’école publique), cela ne les empêchera pas, une fois adultes, de choisir librement, au fond de leur cœur, ce en quoi ils veulent croire ou ne pas croire - quitte à mentir pour ne pas être accusés de violer une loi aberrante.

    Prétendre forcer les gens à être croyants, sous peine de prison - c’est ce que prévoit le Code pénal - est d’une stupidité sans limites. Sans oublier que c’est une atteinte flagrante aux droits de l’homme, qui incluent la liberté de conscience.

    Quant à l’expulsion manu militari de présumés contrevenants à la loi, sans qu’on leur laisse la moindre chance de s’expliquer devant la justice, c’est une nouvelle pierre ajoutée à cette montagne de preuves, face à laquelle même les plus diplomates des “amis du Maroc” (dont l’ambassadeur des Etats-Unis) ne parviennent plus à rester silencieux : chaque jour, notre pays s’éloigne un peu plus de l’Etat de droit. Chaque jour, il écorne un peu plus son image, déjà largement surfaite, de “pays d’ouverture et de tolérance”.

    A cause d’un calcul politique aussi méprisable que dangereux (contrer les intégristes en les doublant sur leur terrain), l’Etat marocain est en train de nous plonger dans les ténèbres - en détruisant au passage la vie d’orphelins innocents.

    C’est honteux, c’est misérable… et c’est effrayant !


    Dernière minute : Un autre orphelinat de la région d’Azrou, également dirigé par des éducateurs chrétiens, pourrait subir le même sort que celui de Aïn Leuh, pour les mêmes “raisons”. Ses pensionnaires sont soumis depuis quelques jours à un harcèlement et des interrogatoires policiers incessants - y compris les enfants ! Jusqu’où ira l’aveuglement ?






    http://www.telquel-online.com/416/edito_416.shtml
     

Partager cette page