Humeur. Ce qu’on dit

Discussion dans 'Nouvelles (9issass 9assira) & Chroniques' créé par @@@, 31 Octobre 2008.

  1. @@@

    @@@ Accro

    J'aime reçus:
    252
    Points:
    83
    Quand la pluie tombe, le sol a comme un cœur. C’est ce qu’on dit. À Nador, quand la pluie tombe, il n’y a plus de sol. Simplement de la boue, des flaques, des trous, des femmes qui pleurent, des hommes qui ne possèdent pas forcément une paire de bottes. Le tsunami qui a terrassé une partie du Maroc a brisé des tabous et des hommes. Tanger peut parfaitement devenir, un jour, le plus grand port de la Méditerranée. C’est beau, et pas seulement parce qu’on nous le dit. Pour l’instant, la mariée du Nord peut être soufflée par une tempête de vent, des précipitations supérieures à la moyenne nationale. À Nador et régions, le seul effondrement qui n’a pas fait de victime est celui d’une partie de la frontière qui sépare le Maroc de l’Espagne. Personne n’est mort, des clandestins ont saisi l’opportunité de basculer de l’autre côté sans verser de pot-de-vin à personne. C’est ce qu’on dit aussi. C’est la faute à la pluie, au sous-développement des hommes, des routes ? Comme à l’époque du tsunami asiatique, des esprits malins tentent de nous expliquer l’origine du drame qui a réveillé nos villes par un autre réveil, celui de la colère divine. Dieu n’est pas content, il nous punit. C’est ce qu’on dit. Qu’en serait-il de la punition d’Allah si nos constructions étaient moins lâches, si les canaux d’évacuation ressemblaient un peu plus à des canaux d’évacuation, si les secours avaient été organisés et réglés comme une horloge suisse ? Pour que les débats volent un peu haut, il faut qu’il y ait débat. À la télévision, par exemple. En début de semaine, au plus fort de la tragédie qui a terrassé le Nord et l’Oriental, nos chaînes ont dédié plus de reporters et de caméras au beau Salon du cheval à El Jadida qu’aux noyés de Driouch. Ne cherchez pas, ce n’est même pas une question d’audimat.



    http://www.telquel-online.com/345/semaine_maroc_345.shtml
     

Partager cette page