ils sont fous

Discussion dans 'Discussion générale' créé par benaaouiss, 11 Octobre 2005.

  1. benaaouiss

    benaaouiss Visiteur

    J'aime reçus:
    0
    Points:
    0
    Quand un un chef d'état se prend pour
    un prophète , le monde est en danger .
    A qui le tour aprés l'Afghanistan ,
    et l'Irak ?
    L'Iran ? la Syrie ? la Lybie ?
    l'Arabie Saoudite ? la Corée ?
    Avec cet ancien alcoolique et
    débile mentale tout est possible .vous pensez qoui?
    Eclairage: Bush fait l'éloge de sa "lutte contre le terrorisme"
    (09/10/2005)
    Surtout lire la suite en bas , c’est grave !




    Alors que New York serait menacé par un attentat, le président George Bush est monté au créneau pour tenter d’endiguer sa baisse de popularité sur le plan intérieur. Pour cela, le locataire de la Maison Blanche a une fois encore eu recours à son thème de prédilection : la lutte contre le terrorisme



    George W. Bush est persuadé que Dieu lui a dit d'aller faire la guerre en Afghanistan et en Irak, a déclaré le ministre palestinien de l'Information Nabil Chaath dans un entretien rendu public jeudi par la BBC.

    DERNIERE INFO:


    Bush: plusieurs "tentatives d'attentats d'Al-Qaïda" déjouées depuis 2001
    Face aux difficultés qu'il rencontre sur le plan intérieur et en Irak, le président américain George W. Bush a évoqué jeudi la menace d'attentats terroristes, affirmant que trois projets planifiés par Al-Qaïda avaient été déjoués aux Etats-Unis depuis le 11 septembre 2001 et sept dans d'autres pays.

    FOCUS:
    Le monde reste vulnérable face au terrorisme.

    Alors que New York serait menacé par un attentat, le président américain George Walker Bush est monté au créneau pour tenter d’endiguer sa baisse de popularité sur le plan intérieur. Pour cela, le locataire de la Maison Blanche a une fois encore eu recours à son thème de prédilection : la lutte contre le terrorisme.

    Lors d’un discours prononcé le 6 octobre 2005, George Bush a affirmé que ses services avaient fait échouer trois tentatives d’attentats contre les Etats-Unis depuis l’attaque terroriste du 11 septembre 2001.

    En outres, toujours selon George Bush, les services de renseignement américains auraient contribué à déjouer sept projets d’attentats dans d’autres pays.

    Hormis quelques cas connus, le chef de l’administration conservatrice n’a pas donné de plus amples détails et ses propos ressemblent plus à une campagne de réhabilitation politique qu’à une volonté d’informer.

    En réalité, les Etats-Unis restent toujours aussi vulnérables face au terrorisme. L’administration Bush, elle-même, l’avait admit devant la commission d’enquête indépendante sur l’attaque du 11 septembre 2001. La planète, dans sa globalité, est concernée.

    De Casablanca à Bali en passant par Istanbul, aucun pays, aujourd’hui, ne peut prétendre être à l’abri d’un attentat islamiste. Qui plus est, les derniers attentats de Madrid, de Londres ou encore de Bali démontrent clairement la capacité du réseau terroriste islamiste à se régénérer pour mieux frapper.

    Les causes de l’échec évident de la lutte globale contre le terrorisme sont d’abord à rechercher dans la nature même de ce fléau.

    En effet, l’objectif du djihad internationaliste n’est pas concret. Dépourvue de but politique, la nébuleuse associative désoriente l’arsenal défensif des Etats. Ces derniers sont confrontés à un nouveau type de menace dont les contours sont incertains.

    De plus, les fidèles d’Al-Qaïda ont démontré que, même dépourvus d’une organisation centralisée –comme ce fut le cas sous le leadership de Ben Laden-, ils gardent tout de même une capacité de nuisance.

    L’allégeance au Label Al-Qaïda, avec laquelle ils n’ont pas forcement de lien quantifiable, permet de générer une certaine cohérence à leur guerre. Or face à ce danger, la coalition anti-terroriste ne propose qu'une réponse sécuritaire classique (Lire: Nouvelles menaces, riposte classique).

    Mais c’est surtout la guerre en Irak (que Bush a qualifiée lors de son discours de « front central de la lutte contre le terrorisme ») qui contribue le plus à renforcer l’internationale islamiste et à affaiblir son éradication.

    L’intervention des coalisés en Irak a non seulement fissurée la coalition anti-terroriste née au lendemain de l’attaque contre la côte Ouest des Etats-Unis, mais elle a aussi offert un nouveau terrain d’expérimentation au fondamentalisme (Lire : Une guerre qui ne dit pas son nom)

    Rien de nouveau donc dans le dernier discours de George Bush, l’homme semble déterminé à poursuivre sa politique qui consiste à négliger les ressources de la coopération et du droit international au profit d’une Realpolitik qui alimente le cycle la haine et le terrorisme.

    MENACE:
    • New York renforce la sécurité dans le métro à cause d'une menace d'attentat
    La ville de New York a renforcé jeudi la sécurité dans le métro en raison d'une menace "spécifique" d'attentat, au moment où le président George W. Bush a prévenu les Américains que les Etats-Unis étaient toujours menacés par le terrorisme plus de quatre ans après les attaques du 11-Septembre.


    La Maison Blanche dément que Bush ait invoqué un ordre divin





    La Maison Blanche a démenti des propos attribués au président George W. Bush, qui, selon un documentaire de la BBC, aurait invoqué un ordre divin pour expliquer l'invasion de l'Afghanistan, puis de l'Irak.



    "C'est absurde. Il n'a jamais fait de tels commentaires", a déclaré jeudi le porte-parole de la Maison Blanche Scott McClellan. La BBC, dont le documentaire doit être diffusé à partir de la semaine prochaine, a rendu elle même publics jeudi les détails de ces propos, rapportés par Nabil Chaath et Mahmoud Abbas, à l'époque ministre palestinien de l'Information et Premier ministre.
    Selon les deux hommes, M. Bush aurait tenu ces propos lors d'une réunion en juin 2003 dans la station balnéaire égyptienne de Charm-el-Cheikh. Le président américain leur aurait également affirmé que c'était Dieu qui lui avait ordonné la création d'un Etat palestinien.
    Chaath, actuellement vice-Premier ministre palestinien, a raconté à la BBC: "Le président Bush nous a dit à tous: "je suis poussé par une mission divine". "Dieu m'a dit, George, va, et combats ces terroristes en Afghanistan. Et je l'ai fait. Et Dieu m'a dit, George, va mettre fin à la tyrannie en Irak. Et je l'ai fait. Et maintenant, je sens encore la parole de Dieu qui m'arrive. Va donner leur Etat aux Palestiniens, et aux Israéliens leur sécurité, et fais la paix au Proche-Orient. Et par Dieu, je vais le faire" !
    M. Abbas, depuis devenu président de l'Autorité palestinienne, se souvient également avoir entendu M. Bush lui déclarer lors de cette rencontre: "j'ai une obligation morale et religieuse. Je vais donc vous faire obtenir un Etat palestinien".
    La série de la BBC, en trois volets, traite de l'improbable recherche de la paix au Proche-Orient. Elle est basée sur de nombreuses interviews de présidents ou Premiers ministres ayant participé aux pourparlers de paix. La série doit être diffusée les 10, 17 et 24 octobre sur BBC2.


    C’est grave qu’un pays aussi immense , puissant , « dictant ses lois à tout le monde
    Soit dirigé par un débile mentale et un écervelé de cette nature .
    Nous avons ici , la preuve flagrante , que ce singe n’est qu’une marionette , dont
    les ficelles sont tenues par des sionistes et des trusts de pétrole .
    En plus , ce qui est très grave , il croit ce qu’il fait .
    On peut tout lui faire croire ….
    Et si on lui dirait d’aller détruire Makka ?
    Un sénateur US l’avait déjà proposé .
    Les mêmes qui ont inventé Ben Laden et Zarkaoui …
    Al akadib …Maâ al assaf , chobbane âarab yatbaôune wa
    Yossaddikoune akadibahom …
    C’est incroyable !
    Où va t-on ?
    Achaytane yodiro al âalam …
    La hawla wa la kowwata illa billah .
     

Partager cette page