Immobilier: Jusqu’à 100% de marges

Discussion dans 'Info du bled' créé par @@@, 25 Novembre 2009.

  1. @@@

    @@@ Accro

    J'aime reçus:
    252
    Points:
    83
    [​IMG]

    INVRAISEMBLABLE! La marge bénéficiaire du promoteur immobilier peut atteindre jusqu’à 100% dans le haut standing.

    Ce sont les conclusions de l’étude de McKinsey commanditée par le ministère des Finances dont L’Economiste détient copie. Si le constat aujourd’hui est que les promoteurs boudent le logement social, sous prétexte qu’il n’est pas lucratif, c’est parce qu’ils s’orientent de plus en plus vers d’autres segments plus rémunérateurs. Selon l’étude, «la marge des promoteurs se situe autour de 15 à 20% sur le logement social. Cette même marge grimpe à 30 voire 50% dans le moyen standing. Pour combien de temps encore?

    Après plus de 10 ans d’euphorie, l’immobilier affiche ses premiers signes d’essoufflement. Tous les indicateurs montrent que cette tendance va se confirmer voire s’aggraver dans les prochaines années. L’étude annonce un risque de ralentissement de la dynamique de croissance à moyen terme. Risque attribué principalement à une éventuelle baisse des réserves de change.


    Pour avoir plus de visibilité, le ministère de l’Economie et des Finances a commandité cette étude dans l’objectif d’élaborer des scénarios d’impact de la crise internationale sur l’immobilier au Maroc et les réponses stratégiques possibles.

    In fine, l’étude devra servir de base documentaire afin de déterminer et orienter les décisions à prendre par le comité de veille stratégique. Les principaux objectifs de l’étude consistent d’abord à mieux cerner les enjeux et dynamique que connaît l’immobilier en général à travers l’ensemble de ses composantes (construction, promotion, développement…).
    Ensuite, mettre en place un système de monitoring pour le suivi et l’anticipation de l’évolution de ce secteur hautement stratégique. Autre objectif et pas des moindres: l’examen des leviers de stimulation et de régulation de l’activité dans son ensemble.



    suite & source:
    http://www.leconomiste.com/
     

Partager cette page