Inauguration d’un centre de formation professionnelle au sein de la Maison carcérale

Discussion dans 'Info du bled' créé par Med Omar, 21 Décembre 2009.

  1. Med Omar

    Med Omar MoUl DéTaILS-GaRoU PiPaS Membre du personnel

    J'aime reçus:
    813
    Points:
    113
    Inauguration d’un centre de formation professionnelle au sein de la Maison carcérale de Bouarfa
    Le coût prévisionnel de ce projet est de 6 millions de DH



    Le Roi Mohammed VI a procédé, lundi 21 décembre à Bouarfa, à la pose de la première pierre d'un Centre de formation et de qualification de la femme et de l'internat du collège Tifariti, qui seront réalisés par la Fondation Mohammed V pour la Solidarité pour un coût prévisionnel de 6 millions de DH (MDH).
    A cette occasion, le Souverain a suivi des explications sur les projets de construction d'un internat et d'un collège à Maatarka ainsi que d'une école communautaire à Trarid, dans la commune rurale de Tendrara, pour un investissement global estimé à 10,5 MDH, rapporte la MAP.
    La réalisation du centre de formation et de qualification de la femme est motivée par l'existence d'un savoir-faire féminin en matière de valorisation des produits locaux (artisanat, couscous, lait).
    Le centre aura ainsi pour objectifs de lutter contre la pauvreté et la précarité parmi les femmes, d'améliorer leurs revenus et leurs conditions de vie et d'œuvrer à l'intégration de la femme dans le tissu socio-économique. Il contribuera également à la stimulation du mouvement coopératif et associatif chez les femmes de Bouarfa et de ses environs.
    Destiné à 200 femmes de Bouarfa et de ses régions, il sera réalisé sur un terrain communal, ancien souk hebdomadaire de Bouarfa, indique la MAP.
    D'une superficie couverte de 700 m2 répartie en deux niveaux, ce futur établissement comportera une salle d'écoute et d'orientation des femmes, deux salles de crèche, un bureau, une salle de cours et d'alphabétisation, une autre d'informatique et un espace d'exposition et de vente des produits.
    Il sera réalisé pour un coût prévisionnel de 3 millions de DH, financé dans le cadre d'un partenariat entre la Fondation Mohammed V pour la Solidarité et l'Agence du Développement de l'Oriental. Sa gestion sera confiée à l'Association de la Femme des Hauts Plateaux.
    La réalisation du Collège de Maatarka ainsi que des deux internats et de l'école communautaire s'inscrivent dans le cadre des actions menées par la Fondation en vue de contribuer à l'effort national de lutte contre la déperdition scolaire, particulièrement parmi les jeunes filles collégiennes en milieu rural.
    Les deux internats des collèges Tifariti et Maatarka offriront l'accueil et l'hébergement aux jeunes filles scolarisées, de même qu'ils permettront de dispenser des cours de soutien scolaire aux résidentes et d'organiser des activités culturelles et sportives.
    Le Programme de réinsertion professionnelle des détenus a permis de réaliser 36 centres de formation professionnelle, agricole et artisanale dans des établissements pénitentiaires.
    Animés par 188 formateurs, ces centres ont offert des formations à 4 491 bénéficiaires en enseignement formel, dont 407 universitaires, 4 092 bénéficiaires en formation professionnelle et 1 179 bénéficiaires en formation agricole.
    L'action de la Fondation procède de la volonté royale de veiller au respect de la dignité humaine des personnes incarcérées. Elle met ainsi en évidence la nécessité de faire bénéficier les détenus de conditions de nature à préserver le respect d'eux-mêmes et à accroître le sentiment de responsabilité qu'ils ont à l'égard de leurs personnes, de leurs familles et de la société.
    L'initiative royale interpelle toute la société sur la démarche à entreprendre et les moyens à mobiliser en termes de réinsertion pour que la préservation de la dignité humaine des détenus ne soit pas un vain mot.
    C'est ainsi que le plan d'actions 2005-2010 de la Fondation a privilégié la poursuite et la consolidation des actions déjà engagées, le déploiement d'un programme d'animation socioculturelle et sportive dans tous les pénitenciers et le renforcement des équipements conséquents, avec la mise à leur disposition des outils et supports appropriés.
    Ce plan d'actions a permis l'alphabétisation et l'extension de la formation de base au profit des détenus d'une vingtaine, au moins, de centres pénitenciers, la construction ou l'aménagement de centres de formation professionnelle dans une dizaine de pénitenciers et la création, dans une dizaine d'autres, d'ateliers d'initiation en matière d'artisanat et de petits métiers et la participation à l'effort sanitaire et aux soins médicaux au profit des détenus.
    Il a également favorisé la construction ou l'aménagement de nouveaux centres de sauvegarde, le renforcement de la formation de l'effectif d'encadrement et la mise en oeuvre d'un programme post-carcéral



    Source : lien
     

Partager cette page