Incidents en marge d'une manifestation à Copenhague

Discussion dans 'Info du monde' créé par Med Omar, 12 Décembre 2009.

  1. Med Omar

    Med Omar MoUl DéTaILS-GaRoU PiPaS Membre du personnel

    J'aime reçus:
    813
    Points:
    113
    Près de 1.000 personnes, dont des membres des «black blocs», ont été interpellées samedi. La grande manifestation sur le climat a rassemblé entre 30.000 et 100.000 personnes dans la capitale danoise.


    968 personnes ont été interpellées samedi lors de différentes interventions policières à Copenhague, où des dizaines de milliers de personnes ont défilé en marge des négociations pour le climat. Environ 150 ont été libérées samedi soir après interrogatoire, souligne la police. Selon les autorités, la plupart des personnes interpellées sont d'origine étrangère. Environ 400 étaient des membres «des blacks blocs», ces groupuscules autonomes ultra-violents d'Europe du Nord qui se sont notamment illustrés lors du sommet de l'Otan à Strasbourg, en avril dernier. Ils étaient attendus à Copenhague.

    Les incidents ont éclaté peu après le départ de la manifestation, quand des manifestants cagoulés et entièrement vêtus de noir ont commencé à briser des vitrines dans le centre-ville. Les jeunes gens étaient munis de pierres et de marteaux et ont lancé des pétards. Ils ont notamment brisé des vitres du ministère des Affaires étrangères, selon le numéro deux de la police, Per Larsen.

    La coalition Climate Justice Action (CJA), l'un des organisateurs de la manifestation, a dénoncé les conditions dans lesquelles des centaines de militants ont été interpellés «sans distinction», soulignant qu'une centaine d'entre eux «étaient toujours retenus dans la rue samedi soir «menottés et maintenus en position assise malgré le froid extrême».

    Selon les ONG, les black blocs ont annoncé leur intention de conduire la semaine prochaine des actions contre le Bella Center, où se déroule la conférence, au moment où les ministres seront réunis pour préparer l'arrivée de quelque 110 chefs d'Etat, chargés de boucler un nouvel accord climat susceptible d'entrer en vigueur au 1er janvier 2013.

    Rassemblements partout dans le monde




    Crédits photo : AFP
    Samedi, ce sont des dizaines de milliers de personnes qui ont marché dans le monde entier pour réclamer un accord ambitieux et contraignant à la Conférence de Copenhague. Dans la capitale danoise, trente mille personnes, selon la police, une centaine de milliers selon les organisateurs, ont marché dans le froid l'après-midi, à l'appel de nombreuses ONG. Parti du Parlement, le cortège, globalement bon enfant (à l'exception des incidents évoqués ci-dessus), a pris la direction du Bella Center. Les manifestants se sont arrêtés à 500 mètres environ du centre, sans chercher à y pénétrer. Une scène avait été dressée pour accueillir les orateurs prévus, avant une veillée aux chandelles avec la participation de l'ancien archevêque sud-africain du Cap, Desmond Tutu.

    La majorité des manifestants, venus en car et en train des grandes villes d'Allemagne, de Londres, d'Amsterdam ou encore de Milan, étaient d'origine européenne. Mais de nombreux Asiatiques, dont quelques Chinois et Coréens, étaient également présents ainsi que des Africains. La manifestation a été suivie avec attention par des dizaines de délégués sur des téléviseurs installés dans les couloirs de la conférence. Près de 3.000 personnes, pour la plupart en imperméable bleu ciel, avaient formé un premier rassemblement dans la matinée à Copenhague à l'appel des Amis de la Terre, qui entendaient former des «marées bleues» pour la «justice pour le climat».

    La région Asie-Pacifique, qui abrite de nombreux Etats, dont des îles, particulièrement vulnérables au réchauffement, avait donné le coup d'envoi des manifestations samedi. Quelque 50.000 personnes, selon les organisateurs, étaient descendues dans les rues en Australie. À Manille, quelques centaines de personnes, étudiants pour la plupart, ont manifesté, vêtues de rouge et arborant des bandanas vantant l'énergie solaire devant la mairie de la capitale philippine. À Hong Kong ou Djakarta, des rassemblements de quelques centaines de manifestants se sont également tenus pour réclamer une action contre le changement climatique.

    En France, quelques centaines de manifestants ont défilé dans plusieurs villes. À Paris, sur la place de la Concorde, quelques manifestants distribuaient des bougies aux passants, pour une «veillée pour la survie». À Marseille, ils étaient environ 600 selon les organisateurs (300 selon la police) à avoir répondu à l'appel. À Lille, près de 300 personnes ont défilé.


    Source : lien
     
  2. Med Omar

    Med Omar MoUl DéTaILS-GaRoU PiPaS Membre du personnel

    J'aime reçus:
    813
    Points:
    113
    Manifestations et heurts à Istanbul suite à la dissolution du DTP

    Il s'agit de la principale formation politique pro-kurde de la Turquie


    De violentes manifestations pro-kurdes ont eu lieu, dimanche 13 décembre et pour le troisième jour à Istanbul, en protestation contre la dissolution du Parti pour une société démocratique (DTP), prononcée vendredi par la Cour constitutionnelle turque.
    Des heurts ont opposé les manifestants aux forces de l'ordre notamment au quartier populaire de Gaziosmanpasa, dans la partie européenne de la mégapole, rapporte l’AFP.
    D'autres manifestations et heurts se sont produits dans d'autres quartiers de la ville ou des militants kurdes se sont opposés aux forces anti-émeutes de la police ainsi qu'à des nationalistes turcs et à des habitants, en particulier dans le centre ville, a indiqué la même source.
    Le mouvement de protestation populaire contre l'interdiction du DTP, principale formation politique pro-kurde de la Turquie, a également eu lieu dans d'autres régions du pays, notamment à Mersin (sud) et Viransehir (sud-est), selon Anadolu.
    La dissolution du DTP a été prononcée parce que le parti était devenu un "foyer d'activités préjudiciables à l'indépendance de l'Etat et à son unité indivisible", a déclaré vendredi lors d'une conférence de presse le président de la Cour Hasim Kiliç.



    source : lien
     

Partager cette page