Indignation du peuple devant la barbarie

Discussion dans 'Info du bled' créé par freil, 4 Novembre 2005.

  1. freil

    freil Libre Penseur

    J'aime reçus:
    52
    Points:
    48
    Les Marocains ont le c½ur serré et la gorge nouée par ce scandaleux rapt de deux de nos compatriotes. Ils sont outrés par les méthodes voyous de ceux qui représentent un Islam où ils ne se retrouvent pas. Un semblant d'Islam qui tue de manière aveugle et qui condamne sans appel des innocents, femmes et hommes de n'importe quelle confession et de n'importe quel pays, sans véritable logique et de façon arbitraire.

    Comment restez insensible à la détresse des familles de nos compatriotes enlevés et condamnés par une pseudo-cour, pour un pseudo-crime. Les deux otages sont des personnes sans vie politique, des musulmans pratiquants, des travailleurs sérieux, des personnes sans histoire, des hommes très ordinaires qui n'ont pour seule erreur que de s'être trouvés à cet endroit et à ce moment, comme proies faciles pour des personnes sans scrupules. Ce sont de simples citoyens marocains oeuvrant à l'étranger pour nourrir leur famille. Quoi de plus noble comme cause. Alors pourquoi, pour quelle raison ? Le peuple marocain, musulman, ne peut donc cautionner de telles pratiques.


    Au nom de qui ? De quoi ? A-t-on le droit de priver des enfants de leur père, une femme de son mari, des parents de leur enfant, un frère et une s½ur de leur frère, des cousins de leur cousin, des amis de leur ami et un peuple de l'un de ses citoyens ? Ces personnes sans c½ur ont-ils conscience de la détresse qu'ils sèment au sein des familles des deux otages et de la famille au Maroc au sens large. C'est la stupeur et l'incompréhension devant cet acte odieux et barbare. Personne ne parvient à comprendre.

    Les réactions d'indignation se multiplient et l'appel à la mobilisation des Marocains face à la détresse de nos compatriotes s'impose. C'est un témoignage de solidarité des Marocains envers les leurs. L'écho de leur peur face à leurs tortionnaires porte jusqu'au plus profond du c½ur de tous.
    Comment peut-on demeurer si inhumain et si cruel devant l'appel à l'indulgence des familles et des cris d'enfants qui réclament leur père et qui ne comprennent pas...


    LE MATIN
     

Partager cette page