Ineffable Lever

Discussion dans 'toutes les poésies...' créé par titegazelle, 23 Avril 2008.

  1. titegazelle

    titegazelle سُبحَانَ اللّهِ وَ بِحَمْدِهِ Membre du personnel

    Inscrit:
    31 Mars 2008
    Messages:
    17799
    J'aime reçus:
    4186
    Sexe:
    Femme
    Localité:
    Sous mon palmier :)
    Ineffable lever du premier rayon d'or,
    Du jour éclairant tout sans rien savoir encor!
    O matin des matins ! amour ! joie effrénée
    De commencer le temps, l'heure, le mois, l'année !
    Ouverture du monde ! instant prodigieux !
    La nuit se dissolvait dans les énormes cieux
    Où rien ne tremble, où rien ne pleure, où rien ne souffre ;
    Autant que le chaos la lumière était gouffre ;
    Dieu se manifestait dans sa calme grandeur,
    Certitude pour l'âme et pour les yeux splendeur ;
    De faîte en faîte, au ciel et sur terre, et dans toutes
    Les épaisseurs de l'être aux innombrables voûtes,
    On voyait l'évidence adorable éclater.

    Jours inouïs ! le bien, le beau, le vrai, le juste
    Coulaient dans le torrent, frissonnaient dans l'arbuste ;
    L'aquilon louait Dieu de sagesse vêtu ;
    L'arbre était bon ; la fleur était une vertu ;
    C'est trop peu d'être blanc, le lys était candide ;
    Rien n'avait de souillure et rien n'avait de ride ;
    Jours purs ! rien ne saignait sous l'ongle et sous la dent ;
    La bête heureuse était l'innocence rôdant ;
    Le mal n'avait encor rien mis de son mystère
    Dans le serpent, dans l'aigle altier, dans la panthère ;
    Le précipice ouvert dans l'animal sacré
    N'avait pas d'ombre, étant jusqu'au fond éclairé ;
    La montagne était jeune et la vague était vierge ;
    Le globe, hors des mers dont le flot le submerge,
    Sortait beau, magnifique, aimant, fier, triomphant,
    Et rien n'était petit quoique tout fût enfant ;
    La terre avait, parmi ses hymnes d'innocence,
    Un étourdissement de sève et de croissance ;
    L'instinct fécond faisait rêver l'instinct vivant ;
    Et, répandu partout, sur les eaux, dans le vent,
    L'amour épars flottait comme un parfum s'exhale ;
    La nature riait, naïve et colossale ;
    L'espace vagissait ainsi qu'un nouveau-né.
    L'aube était le regard du soleil étonné.


    Victor HUGO (1802-1885)
    (Recueil : La légende des siècles)
     

Partager cette page

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des publicités ciblées ainsi que pour nos statistiques de fréquentation.