Infertilité : quels sont les examens à réaliser ?

Discussion dans 'Santé & Beauté' créé par jijirose, 3 Décembre 2009.

  1. jijirose

    jijirose this is my life

    J'aime reçus:
    390
    Points:
    83
    La majorité des grossesses surviennent dans les 6 premiers mois. Si ce n'est pas le cas, on peut parfois patienter un peu plus longtemps, mais pas trop. Quels sont alors les examens à réaliser pour connaître les causes d'une infertilité ?

    A partir de quand parle-t-on d'infertilité ?

    Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), on parle d'infertilité lorsqu'un couple n'a pas réussi à mettre une grossesse en route après un an de rapports sexuels réguliers. Rappelons que la période de fécondation optimale se situe entre 4 jours avant l'ovulation et 2 jours après.

    Quelles sont les causes de l'infertilité ?


    Elles sont multiples. Chez la femme, il peut s'agir d'un trouble de l'ovulation (absence d'ovulation, peu fréquente ou irrégulière), trouble hormonal, ovaire polykystique, obstruction des trompes, anomalies au niveau du col de l'utérus, présence de fibrome, de polypes, endométriose, anomalies congénitales, etc.

    Soulignons par ailleurs que l'avancée en âge d'une femme réduit la fertilité, particulièrement après 35 ans

    Quels sont les examens ?

    Courbe de température

    Il s'agit de mesurer sa température tous les matins. Elle s'élève légèrement au-dessus de 37°C pendant une dizaine de jours, autour des 12e et 14e jours du cycle. On peut ainsi constater l'existence éventuelle d'un trouble de l'ovulation. De plus, on peut déterminer le jour de l'ovulation.

    Dosages hormonaux

    Plusieurs hormones sont dosées (oestradiol, progestérone, prolactine, FSH, LH…). On peut ainsi mettre en évidence un trouble hormonal à l'origine de l'infertilité.

    Analyses de sperme

    Après avoir recueilli un échantillon de sperme, on évalue le nombre, la qualité et la mobilité des spermatozoïdes. Toute anomalie indiquera une cause masculine de l'infertilité.

    Le test de Hühner

    Il consiste à prélever du mucus au niveau du col de l'utérus, environ 10 heures après un rapport sexuel. On évalue ainsi la présence de spermatozoïdes actifs dans le mucus.

    L'hystérosalpingographie

    Il s'agit d'une radio des trompes et de l'utérus, que l'on réalise après avoir injecté dans l'utérus, par les voies naturelles, un liquide opaque à la radio.

    L'échographie pelvienne


    On observe ainsi la forme et la taille de l'utérus et des ovaires, le volume des ovaires, le nombre et la maturité des follicules.

    L'hystéroscopie

    On introduit par les voies naturelles et jusqu'au niveau du col de l'utérus, un endoscope (sorte de tube muni d'un système optique) pour visualiser la cavité utérine.

    La cœlioscopie

    Cette intervention chirurgicale est réalisée sous anesthésie générale. Elle consiste à introduire un endoscope par une petite incision au niveau du nombril afin d'observer la cavité pelvienne, de l'utérus, des ovaires et des trompes. Si nécessaire, certains gestes chirurgicaux pourront être réalisés dans le même temps.

    Comme indiqué par le Collège national des gynécologues et obstétriciens français (CNGOF), on estime que 30% des infertilités sont exclusivement féminines, 20% masculines et 40% sont liées à un problème de fertilité chez les deux membres du couple.

    source


     

Partager cette page