Intempéries : Le Maroc sinistré?

Discussion dans 'Info du bled' créé par @@@, 12 Mars 2010.

  1. @@@

    @@@ Accro

    J'aime reçus:
    252
    Points:
    83
    [​IMG]

    · 12.000 sans-abri rien que pour le Gharb

    · Plus de 75.000 tonnes d’agrumes parties en fumée

    · Programmes de cueillette et plannings d’export perturbés


    Branle-bas de combat auprès des producteurs et exportateurs d’agrumes. Les dernières intempéries et inondations suscitent de vives inquiétudes dans le Gharb et le Souss.
    D’autant plus que les prévisions des services de la Météorologie nationale annoncent des perturbations des conditions climatiques au moins jusqu’à la mi-mars.

    Et c’est le Gharb, région où deux phénomènes se sont produits, qui reste le plus touché.
    D’une part, les précipitations abondantes et répétitives ont provoqué des débordements des principaux cours d’eau de la région, notamment Sebou, Ouergha et Baht, en plus d’un certain nombre de petits fleuves qui convergent vers la plaine du Gharb.

    Ces débordements ont provoqué une stagnation des eaux dans de nombreux vergers. D’autre part, les lâchers d’eaux des trop-pleins de certains barrages, en particulier celui d’Al Wahda, ont aggravé la situation.

    Aujourd’hui, le constat est d’autant plus grave que les systèmes de drainage des réseaux d’évacuation des eaux n’étaient pas au rendez-vous, signalent plusieurs observateurs.

    Du coup, des pertes considérables ont été enregistrées dans les vergers. Une première évaluation des dégâts a été établie il y a un mois. Les premières estimations des dégâts se sont chiffrées à 20.000 tonnes, dans le Gharb seulementt. En revanche, d’autres estimations plus récentes (datant de 3 jours) parlent de pertes entre 35.000 et 40.000 tonnes d’agrumes dans le Gharb uniquement.

    Mais il n’y a pas que des dégâts liés à la pluie. Dans plusieurs cas, selon des agrumiculteurs, «les précipitations sont accompagnées de vents violents qui accentuent la chute des fruits».

    Et ce n’est pas tout, de nombreuses exploitations enregistrent de sérieux dégâts au niveau des arbres. En fait, la stagnation des eaux a entraîné un «pourrissement de la racine. Par conséquent, les arbres connaissent des dépérissements, s’asphyxient et se meurent», explique Ahmed Darrab, secrétaire général de l’Association des producteurs et exportateurs d’agrumes (Aspam).

    Autre contrainte: la stagnation des eaux dans les vergers. Un phénomène qui a favorisé le développement de maladies cryptogamiques, particulièrement la pourriture brune (champignon), le développement des escargots et les mauvaises herbes. Pis encore, la stagnation des eaux empêche agriculteurs et ouvriers d’accéder aux vergers. Du coup, impossible de faire les travaux d’entretien et de maintenance et autre traitement contre les maladies.

    En plus des pertes dans les vergers, s’ajoutent les dégâts du matériel et équipements de micro-irrigation (les motopompes en particulier sont pleines de boues). Le tout au milieu d’un réseau tertiaire et des pistes complètement impraticables. Résultat: les zones de production deviennent isolées. Depuis quelques jours, le Gharb est décrété zone sinistrée par les agrumiculteurs.

    Quant à la région du Souss, elle a surtout été touchée par les pluies d’il y a 15 à 20 jours. Aujourd’hui, les quantités d’eaux qui s’y sont abattues restent anormalement élevées. La région a vu tripler la moyenne de ses précipitations (actuellement entre 550 et 700 mm de cumul.

    Dans cette région en particulier, les dégâts des agrumes sont évalués à 35.000 tonnes (dont 20.000 t de clémentine et 15.000 pour la variété Nour). Soit des dégâts d’une valeur globale de 160 millions de DH.

    Force est de constater que les pertes liées aux inondations ont aussi perturbé les programmes de cueillette et les plannings d’exportations. Ce qui a entraîné des retards de livraison à l’étranger, des réclamations des clients européens. Un incident qui a affecté la crédibilité des fournisseurs marocains d’agrumes ayant pris des engagements à l’export.




    http://www.leconomiste.com/
     
  2. titegazelle

    titegazelle سُبحَانَ اللّهِ وَ بِحَمْدِهِ Membre du personnel

    J'aime reçus:
    4181
    Points:
    113
    Allah i7ed lbass !
    Et ce n'est pas fini encore ! Cela a un impact énorme sur le prix des agrumes et légumes qui, déjà, ont battu un record.
    khass7oum i9raw Latif w tmenay Allah Soub7ana8ou wa Ta3ala ikhefef 3la ljami3
    o li madrour bezzaf f8adchi koulou 8ouwa lfella7 sghir meskine li 3ndo yallah dik l2ard li m3eycha8
    La Illaha illa Allah Mohamed Rassoulo Allah
     
  3. zbougz

    zbougz بــــابــــا عـــــروب Membre du personnel

    J'aime reçus:
    559
    Points:
    113
    le problème machi men dawla! le problème kayen f les barrages li 3emro a presque 100% o taytel9ohom pour qu'ils ne cèdent pas a la pression de l'eau!
     
  4. titegazelle

    titegazelle سُبحَانَ اللّهِ وَ بِحَمْدِهِ Membre du personnel

    J'aime reçus:
    4181
    Points:
    113
     
  5. russimor

    russimor motatabbi3

    J'aime reçus:
    68
    Points:
    0
    innocents, que des innocents. Allah yaltaf b3badou.
     
  6. Silvester

    Silvester Bannis

    J'aime reçus:
    8
    Points:
    0
    Le problème réside dans le fait que les "responsables" de ces barrages n'avaient aucune vision ni aucune prévision..Je ne suis pas un lauréat de l'ENPC pour savoir, comme le commun des mortéls, qu'un barrage doit être "EVASE" c.a.d nettoyé de la vase qui souvent occupe la profondeur de ce barrage à raison de 50% et parfois plus... Nous sommes le pays de la négligence
     

Partager cette page