Internet. Que cherchent les Marocains ?

Discussion dans 'Info du bled' créé par Le_Dictateur, 26 Novembre 2007.

  1. Le_Dictateur

    Le_Dictateur Visiteur

    J'aime reçus:
    85
    Points:
    0
    Que recherchent les Marocains sur le Net ? Google Trends, outil statistique qui parcourt les milliards de requêtes du monde entier, permet de répondre à cette question. Ce programme livre en effet l’évolution de la fréquence des recherches d’un terme, tout en mentionnant le pays d’origine des internautes qui y ont procédé. Ce baromètre cybernétique est révélateur des habitudes des internautes marocains, plus ou moins imprévisibles. Première pioche : le terme “Targuist”.

    Au mois de juillet 2007, la petite bourgade du Rif est passée, du jour au lendemain, de l’anonymat total au rang de localité-star, dont le nom inonde les requêtes sur Google. Entre-temps, le Sniper était passé par là ! Fait amusant, dès que la courbe fléchit, elle reprend de plus belle (notamment en octobre) après la diffusion d’une nouvelle vidéo du reporter amateur. La réputation de la petite ville a même dépassé nos frontières.

    Après le Maroc, Targuist est recherchée en deuxième et troisième positions par la France et l’Espagne (du classique, vu la proximité du Maroc avec ces deux pays). On retrouve au pied du podium les Pays-Bas, probablement du fait de la présence d’une forte communauté rifaine dans ce pays.

    Google Trends permet aussi de réaliser des recherches comparatives. Une recherche comparée de Mohammed VI et Hassan II est révélatrice de l’aura du défunt roi, qui semble faire de l’ombre à son successeur : le terme “Mohammed VI” et “Mohammed 6” sont si peu recherchés, à partir des connexions marocaines, que Google Trends n’en fait même pas mention.

    La même opération effectuée avec Hassan 2 (et non pas Hassan II) montre que le défunt roi intéresse toujours les internautes. Et pas que les Marocains. En effet, le nom du défunt roi est très fréquent sur les recherches provenant de France, de Belgique, d’Espagne, du Canada, ou encore des Etats-Unis. Des résultats qu’il convient toutefois de nuancer. Ce score est artificiellement gonflé par la foison d’événements (surtout sportifs) estampillés “Hassan II”.

    Hassan II, plus fort que Mohammed VI
    Le mot “Mohammed VI” se contente d’un lot de consolation, avec un pic le 7 septembre 2007. En rapport direct avec les élections législatives ? Que nenni ! Pour Google Trends (qui renvoie aussi à des articles sur le Web pour expliquer les pics de recherche), le monarque faisait l’événement en recevant… le président du Gabon, par la foi d’une dépêche de la MAP.


    Dans un autre registre, les internautes marocains sont de grands fans des mots “sexe”, en français, et “sex”, dans la langue de Shakespeare, se classant même à la cinquième position mondiale ! Que les âmes sensibles se rassurent : les internautes marocains sont même les premiers pour la recherche du mot “Amour”. Tout aussi instructive est la variation des thèmes recherchés durant le mois de ramadan. Alors que les mots “Coran” et “Harira” prennent leur envol, le terme “sexe” pique du nez. Mais dès le lendemain de Aïd Al Fitr, ce dernier reprend sa courbe ascendante.

    Et qu’en est-il de l’une des stars du Net marocain, à savoir le mouvement Al Adl Wal Ihsane ? Si la Jamaâ se place honorablement dans le classement, elle reste bien loin de son record sur Google, établi début 2006. C’est la date qu’avait prédite son leader, le Cheikh Yassine, pour la fin du règne de Mohammed VI, et le début du califat au Maroc.

    Quand à son frère ennemi, le PJD, ses statistiques montrent un encéphalogramme plat tout au long de l’année 2007… avant de crever le plafond en septembre, durant la semaine des élections législatives marocaines. Idem pour Abbas El Fassi, qui a vécu son quart d’heure de gloire, correspondant à la victoire de son parti… avant de sombrer dans l’anonymat, une fois nommé Premier ministre.

    Côté sport, les Marocains suivent de près l’actualité footballistique de leur pays. C’est notamment le cas lors de grands évènements comme la CAN 2004, où le Maroc s’est incliné en finale, ou encore la Coupe du monde 2006, où le Maroc avait brillé… par son absence. Comme quoi, devant un écran d’ordinateur comme ailleurs, on fait ce qu’on peut avec ce qu’on a.

    Source - Telquel
     
  2. Saad.

    Saad. Accro

    J'aime reçus:
    99
    Points:
    48
    dire google trend o tchouf <D
     

Partager cette page