Interview avec Ismaïl El Hamraoui, président du Forum des jeunes marocains

Discussion dans 'Info du bled' créé par Info du bled, 26 Septembre 2009.

  1. Info du bled

    Info du bled Writer

    J'aime reçus:
    3
    Points:
    0
    [​IMG]
    Initié par le Forum des jeunes marocains,
    le projet de
    création d’un Parlement des jeunes vise
    à promouvoir leur participation à la vie publique et renforcer l'esprit d’initiative
    chez eux.

    Libé : Comment l'idée de revendiquer la constitution d'un Parlement des jeunes marocains vous est-elle venue?

    Ismaïl El Hamraoui : Partant de la conviction du Forum des jeunes Marocains qui promeut la nécessité d'implication des jeunes dans la prise des décisions et la participation de cette catégorie sociale dans la consolidation des acquis démocratiques, nous avons lancé ce projet ambitieux visant à encourager les jeunes à jouer des rôles très importants dans la société ; des rôles de proposition, de consultation et de la prise des décisions. Il s’agit aussi d’une volonté de lancer un débat démocratique entre les différents acteurs, pour contribuer à l’enrichissement de ce projet dans l’objectif de le réaliser avec clarté et sans ambiguïté.

    Pouvez-vous nous parler de l'expérience du Forum des jeunes Marocains, initiateur du projet « Parlement des jeunes »?

    Au Forum, nous croyons que les jeunes doivent être une force de proposition et sont capables de bâtir l’histoire d’un Maroc démocratique et engagé. Ces jeunes sont appelés aujourd’hui à s'acquitter de leurs responsabilités en toute honnêteté et abnégation. C’est dans ce cadre que le Forum a été créé. Il s’agit d’une organisation ouverte sur la jeunesse marocaine et sur les autres associations œuvrant dans le domaine de la jeunesse, et ce dans le but de pouvoir travailler avec honnêteté pour promouvoir la volonté de changement qui existe chez nos jeunes, ainsi que de leur contribution à l'élaboration de différents projets et chantiers sociaux pour le développement de notre pays.
    Le Forum, par le biais de ses programmes et ses activités visant à renforcer et promouvoir la participation des jeunes à la vie publique et à renforcer l'esprit d’initiative chez eux, veut contribuer à la réalisation et la promotion des objectifs du troisième millénaire pour le développement. Signalons aussi que parmi nos préoccupations, figurent la création d'un réseau ouvert aux organisations de jeunesse ainsi que la diffusion des valeurs de citoyenneté, de démocratie et des droits de l'Homme parmi les jeunes du Maroc.

    Quels seront les rôles du Parlement des jeunes au cas où ce projet verrait le jour et comment prévoyez-vous l'élection de ses membres ?

    Le Parlement des jeunes Marocains est un projet à la fois ambitieux et audacieux. Il permettrait d'atteindre des objectifs opérationnels et stratégiques de la promotion de la participation des jeunes dans la vie publique. Il pourra également répondre aux diverses questions relatives à la participation et l’autonomie de la jeunesse marocaine. Ce projet vise également à donner une légitimité à la représentativité de cette jeunesse, et ce en offrant des possibilités pour les jeunes dans la prise de décision et la mise en valeur de leur expression et opinion, ainsi que de fournir des suggestions aux institutions étatiques, que cela soit sur les grandes problématiques ou bien sur des questions liées à la jeunesse marocaine. Le Parlement des jeunes cherchera, donc, à encourager cette catégorie sociale à participer et proposer des alternatives, la formulation de la résolution et la mise en place des procédures visant l'émancipation politique des jeunes. Et cela dans l’objectif d'établir la culture du dialogue, de la diversité et de la responsabilité chez les jeunes. Ajoutons que cette institution participera à la consolidation des valeurs de citoyenneté, de tolérance et de respect des droits humains.

    Vous avez lancé la campagne intitulée "Mouvement national pour la constitution du Parlement des jeunes". Cette campagne comporte un appel au Souverain pour qu'il donne ses hautes instructions pour la réalisation de ce projet. Pensez-vous que la mise en place de cette institution fera l’objet d’un Dahir ou bien revendiquez-vous une réforme constitutionnelle qui prévoit la création d’un Parlement des jeunes?

    On n’a pas d’autres chemins à suivre que de demander l’intervention et l’aide du Roi. Parce que le Souverain détient les clés de la réalisation de ce projet, sachant que le sabotage du projet par le ministère de la Jeunesse et des Sports était flagrant sous l’ère de l’ex-ministre Nawal Moutawakil.
    La question portant sur le « comment », je crois qu’on a déjà une feuille de route. Il s’agit d’un document bien cohérent où figure la bonne réponse. Et pour cela, je voudrais faire la part des choses entre la vision du Forum et celle du projet du Parlement des jeunes; la première émane de certains jeunes mais la deuxième est ouverte à toute la jeunesse marocaine. Nous ne sommes pas un parti politique ou un syndicat, mais un mouvement de jeunes ; et pour l’instant, les instances du Forum ont revendiqué la promulgation d’un Dahir à l’instar de ce qui a été fait pour certaines institutions consultatives.

    Quelles sont les difficultés que vous avez rencontrées lors de l’élaboration et de la présentation de ce projet?

    Chaque travail ambitieux rencontre des difficultés. Plusieurs raisons nous ont amenés à changer de méthode de travail. Nous avons adressé à l’ex-ministre de la Jeunesse et des Sports plusieurs appels pour tenir une réunion de concertation mais nous n’avons reçu aucune réponse, sauf une concernant une réunion avec l’un de ses collaborateurs, qui n’a pas tenu ses promesses. Toutefois, nous avons un grand espoir pour que l’actuel ministre soit plus compréhensif.

    Quelles sont les perspectives d’avenir de ce projet?

    Nous espérons une intervention de Sa Majesté le Roi pour qu’il donne ses instructions aux autorités concernées afin de faciliter la mise en place d’un Parlement des jeunes Marocains. Sachant que nous ne demandons qu’une institution officielle qui nous permette de participer à la construction de l'Etat du droit.
    Concernant les perspectives, nous travaillons essentiellement sur la promotion et la diffusion de l’idée du Parlement au niveau national et international afin de bénéficier du soutien de toutes les organisations et institutions. Le Forum des jeunes Marocains pourra organiser des réunions avec les collectivités locales, des ONG régionales et internationales. Nous avons également procédé à la désignation des « ambassadeurs » et des coordonnateurs du projet au niveau local, régional et mondial. Signalons également que le FJM a lancé une campagne visant à rassembler les signatures des jeunes, et des associations revendiquant la création du Parlement des jeunes au Maroc. En outre, nous avons ouvert des canaux de communication avec la majorité des acteurs nationaux qu’ils soient partisans ou associatifs.








    Source : libe.ma
     

Partager cette page